AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | .
 

 Merry Christmas [Bae Jin & Sumeragi Katsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mar 2 Jan - 23:18
Voir le profil de l'utilisateur

Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.

Par  Inconnu

Tu te regardes une nouvelle fois dans la glace.. Et tu n’es vraiment pas satisfait. Tu sais que tu devrais être simple, ce n’était qu’une soirée, mais c’était la première fois que tu te rendais chez quelqu’un. D’habitude c’était une soirée mondaine entourée d’inconnus qui n’étaient intéressés que par ton rang. Les cadeaux étaient prêts pour l’évènement, il n’y avait que toi qui ne l’était pas. Au fond tu étais nerveux. Tu t’es mis en costard, cela faisait peut-être trop formel, mais au moins tu en avais mis un, de couleur blanc cassé. Evitons de la jouer vraiment trop formel. Tu ne pouvais pas faire autrement, tu aimes être « classe », mais c’est parce que tu as été formaté ainsi. Peut-être que cela n’allait pas du tout au final. Peut-être même que Jin allait encore se faire des idées… Tu ne souhaites pas le rendre mal à l’aise, mais il ne venait pas non plus d’une famille qui manquait de moyens… Alors, peut-être que le costume passera tout de même ? Tu soupires.. Au fond, tu as le tract. Qu’est-ce qu’il pourrait dire ? Tu n’as pas envie de pleurer. D’ailleurs, tu te rappelles la première fois que tu avais vu son nom dans tes contacts.. Ce petit coeur… Tu as papillonné plusieurs fois des yeux, et un sourire sans que tu puisses le contrôler s’était étendu. Il était vraiment sensible. Pendant vos échanges, tu as compris qu’il était impatient de te voir, et tu ne comprends pas comme il pouvait l’être. Tu sais toutefois, que chez lui, c’est sincère. Ce n’est pas surjoué bien au contraire. Tu t’en veux toujours d’avoir été la cause indirecte de son échec. Tu ne comprends pas comment on peut aimer à ce point, les sentiments et tout ce qui va avec, tu ne saisis rien. Comme les paroles de ton aîné de quelques mois, mais tu te dis qu’un jour ou l’autre, peut-être qu’à force de passer du temps avec lui, à force de l’observer, tu pourras saisir ce qu’il dit, mais pour le moment, tu soupires, parce que tu n’arrives toujours pas à être satisfait de ton reflet dans le miroir. Tu n’es pas si porté sur le physique habituellement, mais tu ne veux pas non plus paraître comme une personne hautaine en plus, ce soir il y aurait sa mère et, cela te rend d’autant plus nerveux. Tu finis par sortir, n’oubliant pas de prendre ton sac où se trouvent les présents pour la famille de Bae Jin ainsi qu’un bouquet de fleurs que tu avais composé toi-même. L’art floral t’apaisait, tu espérais juste que cela irait à la mère de Bae Jin. Tu glisses tes pieds dans tes mocassins que tu as préparé à la sortie de l’entrée et surtout, tu n’oublies pas d’enfiler ton manteau long ultser blanc. Tu n’oublies pas non plus de mettre tes gants en cuir. Dehors, avec la neige, les températures sont en dessous de zéro. Tu ne peux pas te permettre de tomber malade, tu dois encore t’entrainer pour les J.O qui arrivent. Fermant la maison, n’oubliant pas de répondre à tes deux hommes qui sont à ton service fêtant les fêtes avec leurs famille, tu hales un taxi afin de pouvoir t’emmener à l’adresse de Bae Jin. Les jambes croisées, attendant que vous arrivez dans le quartier de Insadong, tu es hypnotisé par le paysage. La réalité, c’est que cela te permet d’apaiser tes craintes. Il est 18 heures quand tu arrives devant cette maison de taille moyenne, mais confortable. Tu paies le chauffeur de taxi grâce à ta carte bancaire et, tu te concentres sur la maison en face de toi.

Elle semble chaleureuse d’un point de vue extérieure. Tu as encore le temps de faire marche arrière, mais tu devais honorer son invitation de plus, vous ne serez que tous les trois. Tu es venu 20 minutes en avance, mais en même temps tu es de ceux qui préfèrent arriver tôt que trop tard. Tu marches sur l’allée et quand tu arrives devant la porte. Tu déglutis un peu. Est-ce que tu dois frapper, attendre dehors afin taper à l’heure exacte ? Au fond de toi, un vent de panique commence à se lever, mais tu n’as pas le droit de faire faux bond. Finalement, après 5 minutes à rester devant la porte, tu finis par appuyer une fois ton indexe sur la sonnette. Ca y est tu y es… Maintenant, restait plus qu’à attendre. Attendre qu’on t’ouvre tu pouvais attendre des pas qui s’approchent et voilà que la porte s’ouvre pour laisser place à une très belle dame. Tu es figé, mais tu te reprends bien vite et courbe poliment la tête.

« Bonsoir, je suis peut-être venu un peu trop tôt.. Je m’excuse pour ça. Je manque à toutes mes manières, je suis Sumeragi Katsuki et, ce bouquet et pour vous remercier d’accepter ma présence à vos côtés ce soir. »

Tu lui donnas le set de « bouquet » que tu as fais en guise de décoration de noël. Tu es nerveux… Vraiment… Tu te demandes même où est Bae Jin là.

« Ma grand – mère est plus douée pour l’ikebana. Je m’excuse de ne pas lui faire honneur, si vous ne le trouvez pas à votre goût. Je le comprendrais parfaitement.  »

by FRIMELDA


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Jan - 21:10
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


J’avais attendu cette soirée depuis que je l’avais quitté. Je lui avais envoyé des messages en espérant qu’il ne me trouve pas trop étouffant. J’avais besoin de lui parler et d’avoir des nouvelles de lui. Je n’aimais pas cette rapidité avec laquelle je m’étais attaché à lui. Je l’avais invité sur un coup de tête sans même demander à ma mère, mais je la connaissais assez bien pour savoir qu’elle serait ravie. Et je ne m’étais pas trompé. Mon père passant la soirée à l’hôpital elle était contente à l’idée d’avoir deux hommes rien que pour elle. Je savais qu’elle avait remarqué à quel point j’étais stressé, mais comme toujours, elle n’avait rien dit. Je ne l’avais pas vu depuis son départ au Japon et même si je lui avais clairement dit qu’il me manquait, il ne m’avait jamais répondu.

Ma chambre ressemblait à un champ de bataille. Tous mes vêtements étaient éparpillés dans ma chambre. Sur le sol, sur mon lit, sur mon bureau. J’avais essayé des tenues depuis le début de l’après-midi sans trouver quelque chose qui me rendait assez séduisant. Depuis que j’avais perdu Minho, je n’avais plus fait très attention à ma façon de m’habiller. Je regardais d’ailleurs une la photo de nous sur ma table de nuit. Je me disais que j’avais le droit d’être heureux maintenant. Que c’était ce qu’il aurait voulu pour moi. Je soupirais voyant l’heure tournée. Entre temps j’avais rejoint ma mère pour l’aider à la cuisine. Je voyais son sourire tendre. J’allais mieux. Beaucoup mieux. Cette dépression n’avait pas eu d’effet que sur moi. Ils étaient assez bien placés pour savoir quels effets dévastateurs pouvait avoir cette maladie. J’avais vécu un enfer et je leur en avais fait vivre un. Katsuki avait rallumé quelque chose que je croyais d’éteint en moi. J’avais peur de souffrir encore, mais ça ne pourrait sûrement pas être pire alors je tentais ma chance.

J’avais fini par opté pour un jean et un pull gris. Ce n’était pas très chic, mais je ne l’avais jamais été et il avait dit qu’il ne voulait pas de mensonge. Je lui montrerais qui j’étais en toute simplicité. Je rangeais mon bordel pour que ma chambre soit propre pour ne pas le faire fuir. Je ne savais pas comment allait se passer cette soirée, mais j’avais bon espoir. Je regardais mon réveil en soupirant. Il n’allait pas tarder à arriver. Je me regardais dans mon miroir essayant de me débattre avec mes cheveux. Je n’avais jamais voulu les couper. Je me trouvais bien comme ça. Je relevais la tête en entendant sonner. Je ne pouvais pas le laisser juste avec ma mère, ou elle allait le faire fuir. Je l’entendais du haut des escaliers.

« Bonsoir jeune homme. Les amis de Jin sont toujours les bienvenues et puis c’est comme si vous faisiez déjà parti de la famille vu le nombre de fois où on a vu à la télévision. Merci pour les fleurs, elles sont parfaites »

AH. Je lui avais dit que je n’avais pas arrêté de parler de lui depuis mon plus jeune âge, mais si elle continuait, il allait me prendre pour un fou. Je descendais les escaliers rapidement pour le retrouver, mais je glissais sur une marche et terminas ma course sur les fesses. Je grimaçais légèrement en me relevant. Je me frottais le bas du dos avant de me mettre devant lui en souriant.

« S…salut ! C’est bon maman, je prends les choses en main tu peux y aller ! »

Je la poussais doucement et je l’entendais rire. C’était agréable de la voir d’aussi bonne humeur. Je sentais mon cœur rater un battement devant sa beauté. J’avais l’air d’un pouilleux face à lui. Il était bien habillé, comme toujours et les costumes accentuait encore plus son charme.

« Félicitation pour ta médaille. »

Je me mordillais la lèvre, un peu mal à l’aise, mais j’étais réellement content de le voir. J’attrapais doucement sa main pour l’emmener à l’étage jusqu’à ma chambre. Je voulais être tranquille avec lui jusqu’à l’heure du repas. Il y avait une photo de lui sur mon bureau, mais je n’avais pas eu envie de la cacher. Je l’invitais à rentrer refermant la porte derrière nous.

« Tu… tu vas bien ? Tu as fait bon voyage ? »

Je me sentais un peu mal à l’aise après tout ce que j’avais pu avouer dans mes messages. Je n’étais pas aussi explicite face à lui. Il m’impressionnait trop.



by FRIMELDA


Too Good at Goodbyes
Pourquoi est ce que tu ne souris plus ? Quelqu'un pourrait tomber amoureux de ton sourire ▬ Jin
avatar

Rang Wolf
❀ Messages : 33
❀ Date d'inscription : 01/01/2018

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Jan - 17:20
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


De la famille vraiment ? Tu étais ébahi, sans voix que tu ne sais plus quoi dire en réalité. Comme à ton habitude, tu optes pour la solution de garder le silence plutôt que de dire une bêtise au moins le temps d’enregistrer l’information et d’essayer de te mettre à ton aise. Elle était douce et, tu revoyais en elle, des traits en commun avec Jin. Tu sais maintenant à qui il ressemble et de qui, il a tiré ses traits fins et gracieux. Rassuré par les paroles de madame Bae, tu t’inclines malgré tout face au compliment des fleurs et offres un léger sourire. Tu es en effet au courant, que ton ami parlait souvent de toi, mais tu as encore du mal à imaginer à quel point en réalité. Ce n’est que lorsque tu t’apprêtes à dire quelque chose en retour, que ton attention fut attirée par un bruit sourd, pour voir une scène qui t’arrache malgré toi, un léger rire, que tu tusses rapidement en mettant ton poing fermé devant tes lippes. Il était vraiment trop mignon et étrangement, tu te gifles mentalement de penser à lui de la sorte. C’était étrange, depuis quand tu trouvais quelqu’un mignon et non saoulant à souhait comme un certain Jae Hyun hein ? Toutefois, ton sourire ne s’efface pas complètement quand tu le vois pousser sa mère vers la cuisine après que tu aies répondu à son salut d’un signe de tête. Cette scène était vraiment attendrissante et elle te permit de te détendre quelque peu. Vous étiez vraiment opposés, cela se voyait clairement, mais au moins, il n’y avait pas de faux semblants. D’ailleurs, tu décides de prendre la parole avant qu’il ne le fasse.

« Je savais que le costume était trop formel. Tu crois que ça passe pour ta mère ? »

Tu ne venais pas de lui demander son avis en réalité. Comme à ton habitude, c’était un trait de ta personnalité qui pouvait être agaçant, mais on ne te referait pas. On peut malgré tout, te féliciter d’avoir eu au moins la délicatesse de demander quand même si, cela passe auprès de la mère de ton hôte. Étrangement, tu ne souhaitais pas qu’elle se méprenne en pensant qu’en venant vêtu ainsi, tu veuilles montrer ta richesse ou quoi que ce soit. C’était bizarre, mais c’était vraiment la première fois de ta vie, que tu souhaites réellement faire bonne impression. Quand, il te féliciter pour ta médaille, le visage calme tu la penche un peu en avant en guise de remerciement et tu lui réponds :

« Merci une nouvelle fois. Est-ce que tu sais où je peux poser mes affaires ? Il y a vos cadeaux dans cet énorme sac… Après le garder près de moi ne me dérange pas non plus. »

Au moins, tu sais qu’il ne sera pas tenté de voir ce que tu lui as acheté. En réalité, le choix fut facile et en même temps pas. Excepté ton grand-père et encore, c’était toujours la même chose chaque année et ta grand-mère ainsi que pour Tanaka san et Kojima san, tu n’étais vraiment pas habitué à offrir des présents. De plus, eux te connaissent à travers la télévision, mais pour toi, ils étaient quand même des inconnus bien que tu sois devenu ami avec Jin. C’était étrange, mais pas désagréable d’avoir enfin un premier ami. Evidemment, tu risquais de le blesser sans vraiment t’en rendre compte. Tu fus étonné bien que tu ne le montres pas par le fait qu’il ait le courage de te prendre par le poignet et de te tirer jusqu’à sa chambre. Tu ne dis rien, il semble moins bavard que lors de vos échanges. Finalement, c’était donc vrai. Les gens étaient plus courageux derrière un écran ? Est-ce que tu fais vraiment impression ? Tu ne sais pas, mais au moins la chambre était chaleureuse et tu fus attiré par une photo de Jin avec un autre garçon. Tu allais dire quelque chose, mais cette fois, c’était ton aîné qui te coupe l’herbe sous le pied. Tu te retournes à demi vers lui et lui répondit tranquillement.

« Oui merci. Je suis habitué et le voyage n’a pas duré longtemps. La corée et le Japon ne sont pas si éloignés l’un de l’autre. Et toi, comment vas tu ? Tes examens se sont bien passés ? Comment cela s’est passé ? »

Après tout, tu l’as aidé en lui faisant ses fiches, en lui expliquant ce qu’il ne comprenait pas et qu’il t’avait demandé. Tu reposes ton regard sur le cadre à photo, surpris qu’il n’ait pas cherché à te le cacher et parce que tu le sentais quand même nerveux. Tu observes la salle complète, le dos toujours à lui tu finis par dire.

« Je suis déçu, je pensais voir tout un tas de posters à mon effigie… Tu es sûr que tu es mon fan ? Ce n’est pas ce que les fans font ? »

Tu lui offres un petit sourire, c’est le mieux que tu puisses faire pour tenter de le détendre. Finalement oui, le costume était vraiment une mauvaise idée. Alors, tu reprends afin qu’il n’y ait pas de blancs inutiles entre vous.

« En tout cas, c’est charmant chez toi. Et.. Est-ce que c’est « lui » ?  »

Dis tu en pointant du doigt la photographie. Tu étais vraiment trop direct, mais est-ce mal d’être curieux. Il semblait vraiment heureux et plus détendu que lorsqu’il était avec toi. Certes, vous étiez de deux milieux différents et encore, vous viviez dans le même monde physiquement parlant. Tu ne sais pas ce que c’est d’aimer, tu n’as jamais été dans une relation, tu n’as jamais eu de relations sexuelles aussi, mais cela ne te gêne pas plus que ça. Tu vis très bien avec ça. De toute façon, tu ne vois pas ce que l’amour pourrait t’apporter de plus que ce que tu as déjà là, si ce n’est peut-être de la faiblesse ? De toute façon, pour toi c’était une complication à laquelle tu ne voulais pas y penser, mais acceptes et comprends que pour d’autres cela représente énormément et ne peuvent s’en passer.


by FRIMELDA


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Jan - 20:19
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


Ma mère parlait toujours trop, elle allait me faire passer pour un cinglé, même si c’était de bon cœur. Je lui avais tellement parlé de Katsuki qu’elle connaissait sûrement sa carrière aussi bien que moi. Elle ne m’avait jamais dit que j’étais chiant, qu’elle s’en fichait. Elle savait que c’était important pour moi et elle m’avait supporté. J’avais remarqué qu’il avait souri après ma chute. Si je pouvais détendre l’atmosphère d’entrée de jeux ce serait une bonne chose. Je n’avais pas envie de paniquer comme la dernière fois. Je secouais la tête en l’entendant. Le costume était parfait, il était magnifique dedans, est-ce qu’il s’en rendait compte au moins ? Il ne voyait pas le charme qu’il dégageait. C’était dommage.

« Non, au contraire. Tu es parfait comme ça. Tu peux être sûr qu’elle va adorer. »

Je me sentais un peu pouilleux face à lui, je regrettais presque mon choix de tenue. Peut-être que j’aurais dû mettre un costume moi aussi. Mais on était à la maison et je n’avais jamais été très chic pour les fêtes de Noël. En général, je finissais sur le canapé, sous un plaid avec un chocolat chaud devant un film romantique avec ma mère. Et c’était bien suffisant. Je l’emmenais jusqu’au sapin pour qu’il dépose les cadeaux. On ne se connaissait pas beaucoup, je savais qu’on n’avait pas les mêmes moyens, et même si ça ne le dérangeait pas, j’espérais que ce que je lui avais acheté allait lui plaire. J’y avais mis toutes mes économies.

« J’espère que tu n’as pas fait trop de folie… »

Je voulais l’emmener dans ma chambre pour ne plus me sentir épié et pour l’avoir rien que pour moi. Sa présence m’avait vraiment manqué. Je le fixais, observant ses réactions. J’avais bien rangé ma chambre, même si elle l’était toujours en général. Je voulais le mettre à l’aise mais je ne savais pas comment faire. Je souriais quand il me parlait de mes examens. Je m’en étais bien sorti et c’était grâce à lui. J’avais quitté mon travail pour me concentrer sur mes devoirs. Je me sentais beaucoup mieux depuis notre discussion.

« Oui, très bien. Merci encore d’ailleurs. Je partagerais ma réussite avec toi ! »

Je pourrais peut-être l’inviter à manger une nouvelle fois, sans gâcher la soirée. Je regardais son dos, assis sur mon lit. Il avait une allure presque féminine et pourtant il dégageait une virilité que je n’avais pas. Je me sentais rougir et jouais avec mes doigts. Son sourire me détendait.

« J’aurais aimé avoir plus de posters de toi, mais mon petit ami était jaloux, alors j’ai réussi à négocier pour garder cette photo. »

Je riais légèrement. Minho l’était vraiment, jaloux. Mais je ne l’aurais jamais quitté même si Katsuki était un très bel homme. Je posais mon regard sur la photo. Je n’avais pas réussi à la ranger. J’avais besoin de l’avoir près de moi pour m’endormir. Je voulais tourner la page, mais je ne pouvais pas l’arracher. Il avait été mon monde durant toutes ces années, je n’avais pas le droit de me débarrasser de lui. Je sentais mes mains trembler légèrement. C’était toujours un sujet sensible, qui me touchait beaucoup trop et ce soir je n’avais pas envie d’être triste.

« Oui… mais j’ai passé plus de temps sur mon bureau que dans mon lit ces derniers temps, alors je n’avais d’yeux que pour toi ! »

Je riais. Je ne savais pas flirter. Katsuki était assez fermé et je ne savais pas vraiment ce qu’l pensait de moi. S’il était là ce soir c’était qu’il avait envie de me voir, un minimum et je me sentais rassuré. Je me sentais mieux de savoir qu’il était rentré. Même si le Japon n’était pas très loin, ce n’était pas le même pays. J’entendais ma mère nous appeler pour venir manger et je descendais devant lui pour lui montrer le chemin. Nous n’étions que trois, mais j’avais l’habitude. C’était un exploit que ma mère ne travaille pas ce soir.

Sur la table se trouvait tous les plats qu’elle avait passé la journée à cuisiner. Il y avait du poisson, des crevettes, de l’omelette roulée, du poulet mariné, des légumes sautés. Des mets japonais. Je savais qu’elle les avait faits pour Katsuki.

« J’espère que tu aimeras. »

Je la voyais lui sourire tendrement. Ma mère, elle était parfaite. Ce n’était pas très objectif mais je le pensais vraiment. Je mettais discrètement mes champignons dans l’assiette de Katsuki. Je n’aimais pas ça mais ma mère voulait que j’en mange.




by FRIMELDA


Too Good at Goodbyes
Pourquoi est ce que tu ne souris plus ? Quelqu'un pourrait tomber amoureux de ton sourire ▬ Jin
avatar

Rang Wolf
❀ Messages : 33
❀ Date d'inscription : 01/01/2018

Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Jan - 22:35
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


« Sûr ? »

Non, parce que faire mauvaise impression dès le premier soir, autant que tu sois resté chez toi et refuses poliment l’invitation. Tu es heureux que cela aille apparemment et que tu ne donnes pas l’impression de débarquer avec tes grands sabots. Autant être honnête dès le départ comme on dit. Tu es rassuré que la mère de ton invité va aimer, mais tu es aussi soulagé de pouvoir poser les cadeaux sous le sapin. Trop de folies hein ? Tu n’as pas la notion de l’argent enfin, tu ne peux pas imaginer ce que c’est de devoir faire des heures supplémentaires pour rassembler les deux bouts. Pourtant des heures supplémentaires tu en fais pour terminer une exportation ou importation importante et ne parlons pas des transactions. Tu es un acharné du travail, tu ne peux pas faire autrement, toutefois il est vrai que tu n’as jamais manqué de rien, que tes grands parents se tuent à la tâche sans se tuer, disons qu’ils sont dans de bonnes conditions pour travailler même si, ils devraient prendre leurs retraites respectives. Tu serais plus rassuré, malheureusement, tu es le seul héritier des deux empires, tu pourrais aussi récupérer les boites du côté maternel et te trouver un associé. Ce ne serait pas si mal. Il allait falloir que tu y penses bien que cela signifiait passer des heures supplémentaires au travail. Tu ne comptes plus le nombre d’heures qui t’attendent. Pas étonnant que tu n’es aucune vie sociale et que tu n’as jamais expérimenté une quelconque relation. Alors, à sa réponse sur les folies, tu hausses les épaules et lui réponds :

« Qui sait ? Je ne connais pas vraiment vos goûts alors, j’ai un peu pris ce que je pensais que vous aimerez. »

Ce qui ne fut pas une mince affaire exceptée pour un cadeau. Mais, ça c’était une autre histoire et tu verras bien le moment venu. Tu le suis dans sa chambre, en même temps, ce n’est pas comme si tu avais ton dernier mot ce soir et tu étais curieux de voir à quoi pouvait ressembler sa chambre. Il n’y a pas à dire, comparé à la tienne, elle était chaleureuse comme à son image. La tienne était froide, classique même. Il n’y avait pas de photos, de posters ou autres. Elle était neutre, sans saveurs, mais en même temps, pour le peu d’heures que tu y passais… Tu passais la majorité de ton temps au bureau, à la patinoire, à la faculté que ton temps chez toi était restreint et encore, ton bureau avait le loisir ou pas de profiter encore plus de ta présence que ton lit. Tu finis par lui demander comment se sont déroulées ses épreuves et tu esquisse la ligne d’un sourire.

« Ce sera avec plaisir pour ta réussite. Bien que cela devrait être à moi de t’inviter puisque c’est ta réussite. Je suis content de t’avoir aidé. »

Normalement, celui qui paie, ce n’est pas celui qui réussit n’est-ce pas ? Ou alors, tu ne comprenais plus rien ou alors, la culture de ce pays était entièrement différente de la tienne. De toute façon, tu n’étais pas fait pour comprendre l’univers des jeunes. Parce que tu le vois tendu, un peu moins avenant, plus sur la réserve comme lors de vos premiers rendez-vous… Tu essaies de faire un peu d’humour en feignant être déçu de ne pas voir ses murs tapissés entièrement de toi. Tu es heureux que cela ne soit pas le cas d’ailleurs. Tu aurais sûrement paniqué intérieurement. Du coup, tu devrais peut-être remercier son petit ami défunt de lui avoir interdit de poster autant de photos de toi. Tu n’aimes pas réellement te voir sur les magazines ou autres. Tu n’as jamais été que plus beau dans l’action, lorsque tu patines. Tu peux comprendre pourquoi il est resté attaché à « lui ». C’était normal, alors tu ne dis rien, mais sa dernière remarque, te fait arquer un sourcil. Est-ce qu’il blaguait ? Tu ne saurais trop le dire. En réalité, tu n’arrives pas à le comprendre une nouvelle fois. Tu as l’impression de passer à côté de quelque chose et dans ce genre de cas, tu ne sais vraiment pas quoi dire si ce n’est que…. Tu sors de tes pensées quand un éclat de rire résonne dans la pièce. Tu soupires doucement, mais tu souris en coin tout en lui disant.

« Tu blaguais c’est ça ? Tu m’as bien eue. En tout cas, je suis certain qu’il aimerait sans doute que tu sois de nouveau heureux. Tu as un rire agréable et tu es mignon quand tu souris. »

Tu ne sais pas si tu as dis quelque chose de mal, surtout que tu as parlé encore calmement sans vraiment changé d’expression si ce n’est que ce se sourire en coin du début quand, tu as supposé que c’était une blague. Il s’était dissipé et il n’y a pas à dire, tu étais à côté de la plaque. Tu fus sauvé quand madame Bae vous appela. Tu le suivis, après tout, tu étais l’invité et tu fus surpris de voir tous les plats dressés sur la table. Tu reconnus évidemment la cuisine coréenne, mais aussi des mets japonais. Quelque chose en toi se fissura. Tu fus touché par l’attention alors, une fois assis, tu offris un sourire timide, mais reconnaissant à cette femme.

« Merci beaucoup, et je suis certain que vous êtes une excellente cuisinière. Encore désolé du dérangement pour ce soir. »

Tu te courbes un peu pour la remercier tu te laisses servir, toutefois, tu remarques très vite que Jin commence à mettre des champignons dans ton assiette. Tu ne peux t’empêcher de le taquiner pour lui dire :

« Je croyais qu’il n’y avait que les enfants qui triaient ≈  »

Les lèvres légèrement retroussées, tu finis par te redresser et commencer à prendre un champignon en mangeant tranquillement après avoir dit bon appétit accompagné d’un bout d’omelette. C’était vraiment bon. Tu ne peux t’empêcher de complimenter la maitresse de maison après avoir mâché et avalé.

« C’est vraiment bon. Vous êtes une très bonne cuisinière. Jin m’a dit que vous étiez infirmière. J’espère que m’avoir chez vous, ne vous a pas donné trop de travail. Si c’est cela je m’en excuse. »

Infirmier était un beau métier et noble à tes yeux. Tu prends un sushi et c’est encore plus délicieux. Tu ne sais pas si tu devrais la complimenter davantage, mais.

« Je comprend mieux pourquoi Jin a autant d’énergie. Tu as vraiment de la chance d’avoir une mère si bonne cuisinière, raison pour laquelle, tu devrais tout manger. Fais aaah ! »

Tu prends un bout d’omelette avec un des champignons qu’il t’a mis dans ton assiette. Les deux se mariant à la perfection pour l’aider à apprécier plus facilement le goût.


by FRIMELDA


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Jan - 20:34
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


Je ne doutais pas que ses cadeaux allaient nous plaire et puis l’attention était ce qu’il y avait de plus important. Tout ce qui venait de lui me faisait plaisir. Je n’étais pas certain que ce soit une bonne idée de m’attacher à lui, mais je n’avais pas pu m’en empêcher. J’étais content de l’avoir dans ma chambre, dans mon univers, dans mon petit cocon. Il n’y avait que Minho qui avait mis les pieds ici. Et maintenant Katsuki. Je ne préférais pas en faire la remarque pour ne pas l’effrayer. Après la disparition de mon petit ami j’étais longtemps resté enfermé dans cette chambre. De longs mois, j’avais même redoublé mon année à l’école. Je n’étais pas très fier. Remonter la pente avait été long et fastidieux et aujourd’hui j’arrivais enfin à sourire sans me sentir coupable.

« Ça sera pour fêter ta médaille aussi ! Tu le mérite vraiment. »

Et je le pensais. J’avais finalement regarder sa présentation et je l’avais trouvé exceptionnel. Meilleur qu’avant. Il avait vraiment tout donné. Et puis, il était simplement très beau. Je ne pensais pas qu’un petit béguin de gosse pouvait continuer à s’intensifier. Je n’avais jamais imaginé pouvoir le rencontrer. Cette application. Je ne la regrettais pas. Katsuki avait toujours fait partie de ma vie dans un sens, il m’avait même aidé à m’en sortir dans le savoir. Je riais légèrement, mais ce n’était pas qu’une blague. J’avais passé beaucoup de temps à regarder cette photo pendant que j’étudiais. Une façon de me motiver. Je haussais simplement les épaules.

« Peut être que je ne blaguais pas »

Je rougissais en l’entendant me complimenter. Je ne m’y attendais pas et je ne savais plus comment réagir. En une seconde il m’avait presque rendu muet. Je le remerciais de façon presque inaudible. Ma mère avait choisi le bon moment pour nous appeler. Je ne savais plus quoi dire et mes joues étaient toujours eu feu. Je pourrais simplement dire qu’il faisait chaud. Il y avait encore à manger pour dix personnes mais je savais que ça lui faisait plaisir, alors je n’avais rien dit. Tout semblait délicieux. Je n’étais plus très souvent chez mes parents depuis que j’avais ma chambre à l’université, alors j’adorais cette période des fêtes qui nous permettait de nous réunir.

« Ce n’est rien, juste quelques petites choses ! Justement je suis contente d’avoir passé du temps dans la cuisine et pas à ll’hôpital. Et puis tu peux revenir quand tu veux. Faites-vous plaisir les enfants … et Jin… mange tes champignons. »

Je m’arrêtais pour lui sourire. Elle me connaissait par cœur. Katsuki s’y mettait aussi et je n’osais plus bouger. J’avais vraiment l’air d’un enfant à agir de cette façon. Je me reprenais en continuait de lui donner mes champignons.

« Je n’ai que vingt ans. »

Ma mère nous regardait de manière attendrissante. Je savais très bien ce qu’elle pensait, mais je n’étais pas prêt pour le voir aussi. Les deux se liguaient vraiment contre moi et je faisais la moue. Je rougissais d’un seul coup en voyant ses baguettes devant ma bouche. Je l’ouvrais pour manger, complètement mal à l’aise. Il l’avait fait de façon tellement naturelle que je restais encore étonné.

« M…merci ! »

Je n’avais même pas fait attention au champignon. Le repas se continuait dans la bonne humeur jusqu’au dessert. Ma mère avait tenté de préparer une buche au chocolat. J’adorais le chocolat. Je l’avais dévoré en quelques minutes à peine, il m’en restait plein autour de la bouche. J’étais tout excité à l’idée d’ouvrir les cadeaux et j’attrapais la main de Katsuki pour l’emmener jusqu’au sapin.

« On ouvre les cadeaux ???? »

Je regardais ma mère qui hochait la tête pour me confirmer. Je tendais un petit paquet à Katsuki. CADEAU J’avais passé énormément de temps dans la boutique pour le choisir. Et pour ma mère j’avais trouvé une jolie paire de boucle d’oreille. Je ne savais pas s’il allait apprécier, mais j’avais vraiment fait de mon mieux.

« J’espère que vous allez aimer tous les deux… »




by FRIMELDA


Too Good at Goodbyes
Pourquoi est ce que tu ne souris plus ? Quelqu'un pourrait tomber amoureux de ton sourire ▬ Jin
avatar

Rang Wolf
❀ Messages : 33
❀ Date d'inscription : 01/01/2018

Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Jan - 23:33
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


« Merci et euh… Tu l’as vu du coup ma prestation ? J’ai quand même encore des choses à régler. Je suis heureux que ma cheville ait tenu le coup surtout ! »

Elle était rétablie, mais restée fragile jusqu’à au 4 janvier il avait l’ordre de la reposer, car les entrainements en vue des J.O pour le mois de février allait être endurant. Il devait refaire deux nouvelles chorégraphies pour bien commencer la saison des nouvelles compétitions bien que les jeux olympiques soit la compétition qui l’intéresse le plus et qui a sa priorité au niveau de l’investissement. Cela l’embêtera de ne pas pouvoir concourir pour d’autres compétitions, mais quitte à choisir, il préfère se blesser à nouveau après les jeux qu’avant. Ne pas se blesser du tout, à son niveau malheureusement, cela tenait à du miracle. Pour être au top, il devait tout tenter. La preuve sur le programme court, il avait finit second et a chuté. Il a quand même commis quelques erreurs sur le programme long, mais le niveau de difficulté était au-dessus des autres et, il n’avait pas chuté.

La conversation dérive un peu et il est surpris par les paroles de Jin, il finit par penser qu’il lui faisait une blague à cause du fait qu’il rit aux éclats, et il ne peut à cet instant de le trouver vraiment mignon. Ce que tu n’hésites pas à lui remarquer bien que sa réponse te fait froncer les sourcils. Comment il ne rigolait pas ? Il te faisait encore marcher c’est ça ? Le voir rougir te satisfaisait et c’était étrange.. Il était vraiment adorable et c’était étrange pour toi. Tu n’oses plus rien dire et en même temps, tu aimerais pouvoir le faire rougir encore un peu plus. Peut-être que tu as développé un côté sadique ? Tu n’as pas le temps de te plonger plus sur la question puisque, la maîtresse de maison vous appelle. Tu le suis calmement et ne peut t’empêcher d’être touché par l’attention de cette dernière. Tu te doutes biens que les mets japonais sont pour toi. Tu t’en veux quand même un peu de lui avoir donné du travail supplémentaire, mais apparemment cette dernière n’est pas d’accord avec toi sur le sujet. Comprenant et acceptant son point de vue, tu acquiesces bien que tu ne puisses t’empêcher à nouveau de taquiner un peu ton hôte par rapport au fait qu’il agisse comme un enfant en triant ses champignons. Sa réponse te fait sourire légèrement.

« Dois-je te rappelais que j’ai ton âge et que je suis même plus jeune de quelques mois ? »

Tu appréciais découvrir ce côté enfantin de lui et, tu ne savais pas s’il connaissait ta date de naissance. De toute façon, tu trouves un moyen de le lui faire manger en le lui apportant avec l’aide de tes baguettes jusqu’à sa bouche. Pour toi, c’était un sacrilège de gaspiller de la nourriture. Tu étais fier de lui faire manger et finalement, tu ne peux t’empêcher de le taquiner avec une étrange lueur :

« Ne serais-tu pas en train de rougir ? »

Puis, finalement, tu te souviens que vous n’êtes pas tout seuls, alors tu reprends calmement ton repas et quand les assiettes se vident, tu oses reprendre la parole.

« Vous voulez que je vous aide à quelque chose madame ? Je peux très bien débarrasser ou bien ranger les assiettes au moins pour faire de la place. Vous avez travaillés toute la journée, c’est la moindre des choses. »

Tu espérais gagner sur ce terrain là. Tu étais peut-être l’invité, mais elle avait déjà bien assez fait pour toi. Tu souhaitais la remercier comme il se doit en te rendant serviable. Tu l’aides quand même un peu et l’écoutes attentivement pour savoir où mettre les choses. Finalement, elle te chasse un peu de la cuisine pour que tu attendes sagement la buche. Tu devrais faire attention à ta ligne, mais pour ce soir, pour les efforts et la gentillesse de la mère de ton ami, tu prends une part de gâteau et la manges entièrement, mais tranquillement et posément par petite cuillère. Jin à côté de toi, était complètement ton opposé ce qui te fit agrandir momentanément les yeux et prend une serviette pour lui essuyer la bouche.

« Avant de sortir de table, tu devrais au moins essuyer ces miettes. »

Tu les effaces doucement et plies ta serviette une fois que c’était terminé.

« Voilà, petit impatient c’est bon. Pouvez-vous m’excusez et me permettre de sortir de table. Je vous remercie encore pour ce dîner. Le dessert était vraiment bon. »

Tu te courbes un peu pour t’excuser et lui demander la permission. La politesse est de mise avec toi Tu n’es pas le genre à te laisser aller. En réalité, maintenant que tu es devant le sapin avec Jin et sa mère, tu appréhendes, comment ils vont prendre tes cadeaux. C’est Jin qui t’avait emmené sous le sapin et sa bonne humeur t’attendrit et tu ne lâches sa main que parce que lui-même l’a fait pour te tendre le cadeau qu’il t’a offert après avoir eu la permission de sa mère. Tu demandes toi aussi la permission de l’ouvrir en premier et devant le bracelet tu souris.

« Il me plait beaucoup. Merci, je vais le mettre direct.  »

Ce que tu fis, tu l’enfilas à ton poignet gauche et tu laissas la mère et le fils se parler. Au moins, cela faisait retarder le moment pour tes présents. Tu prends ton énorme sac et tu tendis quatre paquets. Deux pour le père de Jin qui était absent, mais le fait qu’il ait autorisé ta venue, méritait quand même qu’il soit remercié et deux cadeaux pour la mère de Jin.

« Deux présents pour votre mari et pour vous. Je n’arrivais pas à me décider, mais c’était au moins pour vous remercier. »

Pour le père de Jin, tu lui avais acheté un coffret où se trouvait une  cravate en soie en provenance d’Italie avec un mouchoir en soie qui allait de pair avec la cravate pour mettre dans la poche. Quant à l’autre, c’était une boite où se trouvait des boutons de manchettes de la marque Zilli. Bien connu pour ses vêtements de luxe. Puisque tu leur vendais tes diamants, on peut dire que ces bijoux, ils t’appartenaient. Pour madame Bae, c’était un bracelet de diamants. Ses diamants ont servi à la confection aussi et pour le second cadeau, ce fut un sac à main de luxe en cuir.

« J’espère que votre mari et vous aimerez. J’ai essayé de ne pas faire trop de folies. Et tiens, c’est pour toi petit impatient. Tu en as le plus. »

Tu lui donnes le sac, pour qu’il les prenne directement. Il y avait dans une des boîtes, sa propre médaille d’or qu’il avait gagné. Evidemment ça ne remplacera certainement pas la médaille d’or qu’il a raté, mais en réalité, il n’avait pas réfléchi très longtemps à lui offrir cette dernière. Des médailles d’or, ce n’est pas ce qui lui manquait. Dans une autre boite, se trouvait une nouvelle paire de patins à glace. Il avait bien vu que les siens commençaient à s’user. Pour le troisième cadeau, c’était des boutons de manchettes mais pour les avocats, Si cela pouvait l’aider aussi pour ses stages et tout. C’était très important qu’un avocat ait des boutons de manchettes, malgré qu’il soit encore un enfant. C’était en argent véritable et en dernier cadeau une montre jacqueline. Il attendait maintenant les réactions avec une certaine boule au ventre.



by FRIMELDA


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Jan - 19:00
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


« Je sais très bien quel âge tu as. »

Je lui souriais gentiment. Je connaissais très bien sa date d’anniversaire. Je la retenais mieux que celle de mes propres amis, mais je me retenais de l’avouer. J’aimais cette ambiance légère qu’il y avait entre nous, bien loin de celle de notre dernière rencontre. Et je manquais de m’étouffer suite à sa remarque sur mes joues rouges. Ça, ça ne changeait pas, il était capable de me mettre mal à l’aise en quelques secondes. Je le regardais de travers mais sans vraiment lui en vouloir. J’avais juste un peu de mal à me laisser aller devant ma mère, même si elle me connaissait par cœur et qu’elle savait très bien ce que je commençais à ressentir pour Kastuki. C’était sûrement flagrant, mais je savais que ce n’était pas le genre de chose que lui, pouvait remarquer.

Ma mère avait essayé de se débrouiller seule, mais il ne lui avait pas laissé le choix, alors je me levais à mon tour pour tout ramener dans la cuisine, remplir le lave-vaisselle Je rangeais les plats dans le frigo. J’avais dévoré le dessert sans vraiment m’en rendre compte. Je pouvais me nourrir uniquement avec du sucré et puis je n’avais pas beaucoup l’occasion d’en manger. Je restais figé quand il m’essuyait la bouche. Il était vraiment attentionné et je sentais mon cœur tambouriner dans ma poitrine. Je n’avais plus l’habitude que l’on prenne soin de moi de cette manière. C’était vraiment agréable. Je rougissais et détournait le regard. Si seulement il pouvait se rendre compte de ce qu’il était en train de réveiller moi…

J’appréhendais fortement sa réaction face à mon cadeau. C’était un peu personnel, intime comme cadeau et même si j’étais incollable sur sa carrière, je ne connaissais sa personnalité que très peu. J’attrapais instinctivement sa main pour regarder ce que ça donnait sur lui. C’était parfait. Je me disais que c’était une matière de lui montrer qu’on était ami, à lui et aux autres. C’était idiot de vouloir être possessif. Je me doutais qu’il ne comprendrait pas le sous-entendu, alors je n’avais pas de soucis à me faire.

« Je suis content que ça te plaise… »

Ma mère me collait un bisou sur la joue pour me remercier et je lui offrais un de mes plus beaux sourires. Je restais aussi surpris que ma mère face à son discours. Des cadeaux pour mon père aussi. C’était quelqu’un de bien Katsuki. Je les laissais sous le sapin.

« Tu es fou… Il les ouvrira en revenant de l’hôpital, il sera vraiment content ! »

Ma mère ouvrait délicatement ses paquets et je la regardais faire avec tendresse. Ce n’était pas le genre de chose qu’elle s’achetait parce qu’elle faisait toujours passer mon bien être avant le sien. Elle le méritait vraiment. Mais c’était trop. Beaucoup trop. Elle l’embrassait comme le faisait avec moi pour le remercier en disant qu’elle se servirait de ce sac tous les jours. Il avait vraiment de bon goûts Katsuki. Mon cadeau semblait un peu minable à côté mais je ne disais rien.

Je le fixais, un peu abasourdi en voyant le nombre de paquets pour moi. Je les ouvrais les uns après les autres. La montre était parfaite et je la passais à mon poignet en souriant pour lui montrer qu’elle était faite pour moi. Les boutons de manchettes iraient parfaitement avec mon nouveau costume pour mes futurs stages et les patins à glace…. Je n’avais même pas de mot. Je le regardais simplement la bouche ouverte.

« Katsuki… C’est trop tu sais. Il va falloir que tu viennes t’entrainer avec moi. »

Je riais légèrement, tenant la dernière boite dans mes mains. Je l’ouvrais et manquais de la laisser tomber en remarquant qu’il s’agissait de sa médaille d’or. Je sentais les larmes me monter aux yeux mais je les retenais pour ne pas casser l’ambiance. Je me jetais dans ses bras, passant les miens autour de sa taille.

« Merci… »

Il n’imaginait pas à quel point j’étais touché et je n’avais pas d’autres mots. Juste merci. Merci pour tout.

« J’en prendrais vraiment soin. »

Je me rendais compte de mon geste et le lâchais en rougissant. C’était la première fois que j’agissais de façon aussi familière. Je sentais mon cœur s’emballer à nouveau. C’était agréable d’être dans les bras de quelqu’un, encore plus dans les siens.

« Mon cadeau pour vous, il est dehors ! »

Je me tournais un peu surpris par ma mère, elle nous poussait sur le palier et refermait la porte derrière nous. Je clignais es yeux plusieurs fois sans comprendre ce qui venait de se passer. Il faisait plutôt froid malgré mon pull et j’avais beau regarder autour de moi, je ne voyais rien. Et puis je levais la tête. Et je la remarquais. La branche de gui.

« AH ! »

Je la pointais du doigt. Je me demandais quand est-ce qu’elle avait bien pu préparer ce guet-apens. Je me sentais rougir et me mordillait la lèvre. Je me sentais vraiment mal à l’aise et pourtant, je faisais un pas vers lui, posant ma main contre son torse avant de l’embrasser tendrement. Je bougeais légèrement mes lèvres contre les siennes pour approfondir le baiser sans pour autant aller plus loin. Je me séparais de lui à contre cœur. Mon cœur avait failli exploser et je tremblais. Ce baiser, il m’avait complètement retourné. Il m’avait fait ressentir quelque chose que je n’avais jamais ressenti avant. Même avec Minho.

« J…Joyeux Noel… »



by FRIMELDA


Too Good at Goodbyes
Pourquoi est ce que tu ne souris plus ? Quelqu'un pourrait tomber amoureux de ton sourire ▬ Jin
avatar

Rang Wolf
❀ Messages : 33
❀ Date d'inscription : 01/01/2018

Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Jan - 15:36
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


« Donc, tu ne devrais pas utiliser ton âge pour gaspiller. »

Surtout pas face à lui, ce n’était en rien méchant, disons juste que lorsqu’une personne met du temps à tout préparer la moindre des choses, même s'il y a des aliments qu’on n'aime pas, de se forcer à manger. Il se moque gentiment de ses joues rougies, ne comprenant toujours pas pourquoi il rougissait de cette façon. Les réactions humaines dites « normales étaient totalement incompréhensibles à ses yeux. Ce n’était pas faute pourtant d’essayer, mais il avait grandi dans un moule d’adultes. Un moule où exprimer ses sentiments était une faiblesse. Il n’a côtoyé principalement que des adultes, des hommes d’affaires importants. Au niveau des autres membres de sa famille, ils étaient formés à la même enseigne. Le repas se passa agréablement, il échangea parfois avec madame Bae sur son travail, après tout, c’était un travail qui l’intéressait, mais qu’il ne pourrait jamais faire et, il n’est pas certain d’avoir le coeur assez accroché pour travailler dans ce genre d’endroit qu’il ne supportait pas vraiment. A cause de ses blessures causées par ses entraînements, il s’y était rendu une paire de fois, mais il n’était pas plus à l’aise que lorsqu’il s’y est rendu avec le sang de ses parents sur ses vêtements. Il a mangé malgré tout, les champignons que son ami lui avait déposés dans l’assiette bien, qu’il l’avait forcé à manger en lui tendant à nouveau les baguettes. C’était venu assez naturellement et puis, il était hors de question qu’il le laisse faire l’enfant après tout le travail que sa mère avait fourni pour ce dîner de ce soir. Quand le repas, pris fin, il s’imposa pour donner un coup de main. C’était la moindre des choses qu’il puisse faire pour remercier son hôtesse de ce soir. Il a reçu une éducation, stricte, conservatrice assez pieuse. Sa grand-mère avait été plus souple avec lui, voulant seulement le bonheur de son petit fils et ne pas lui mettre tout sur le dos. Elle était plus simple bien qu’il utilisait aussi du personnel pour les tâches ménagères sans oublier que ces derniers étaient encore humains. Contrairement à son grand-père. Une fois que tout était rangé, ils passèrent au dessert qui, se termina bien vite et ce, parce à cause de l’impatience de son aîné au point qu’il voulait sortir de table sans même essuyer les recoins de ses lèvres. Katsuki sourit, prit une serviette pour l’appliquer sur la bouche de ce dernier.

« Tu rougis encore ≈ Tu es sûr que tu n’es pas malade ? »

Pour s’en assurer Katsuki posa le dos de sa main sur son front, mais il était froid. Il ne comprenait vraiment pas sa réaction, est-ce qu’il était embarrassé de quelque chose. Oh c’était sûrement parce que..

« Tu rougis, parce que tu agis comme un enfant devant moi ? »

Il était à côté de la plaque, mais on l’excusera. Il se laissa emmener sous le sapin, il prit place sur le canapé où sa mère les rejoignit rapidement. Il n’aurait pas cru recevoir un présent. Il s’en doutait un peu, mais l’invitation lui suffisait amplement. Le bracelet le fit sourire. Il adorait ce genre de bijoux. Cela restait simple, sobre et classe. Tout ce qu’il aimait. Raison pour laquelle, il ne perdit pas de temps pour l’enfiler tout en le remerciant de ce présent. Le patineur le laissa prendre sa main pour le laisser observer.

« N’est-ce pas ? C’est le genre de bijoux que je porte le mieux ! Tu as bien choisi. Merci encore. »

Il n’allait pas dire que cela lui allait mal, alors que c’était entièrement faux. Il observa aussi la dame ouvrir le présent de son fils et le bisou qu’elle offrit à Jin, le rendit mal à l’aise. Disons qu’il n’était pas familier avec toutes ces preuves d’attention ou autres. Quant au cadeau pour son père, le jeune homme acquiesce et..

« J’espère que cela lui plaira. Et comment ça je suis fou ? »

Oui, le nippon ne voyait pas ce qu’il y avait de fou à offrir un présent à son paternel bien qu’il soit absent. Il avait une boule au ventre, surtout quand ce fut madame Bae qui ouvrit les présents la première. Peut-être qu’il avait mal choisit.. Après tout, il n’y connaissait rien. Puis sa grand-mère, avait des goûts de luxe, il devait lui offrir une journée à l’opéra ou au ballet. Des sources aux chaudes. Généralement, il lui offrait quand même un parfait et un bijou pour qu’elle ait quelque chose de matériel de lui.. Mais, c’était moindre. De plus, il ne connaissait pas cette femme, alors il ne pouvait pas lui offrir un voyage ou autre.. Ce serait sûrement épancher encore sa richesse et Jin, se descendait déjà bien assez tout seul. Heureusement, qu’il ne connaissait pas l’autre partie de sa vie.. Celle qui n’a rien avoir avec le patinage. Apparemment cela lui plaisait.. Et il en tomba des nues quand elle déposa ses lèvres sur sa joue. S’il n’avait pas un très bon contrôle de lui, il aurait sûrement les pommettes rougies. Son coeur, par contre s’était mis à battre. Il était heureux que personne ne puisse l’entendre.. C’était bizarre.. Il se sentait un peu à l’étroit.. Tant de démonstration, ce n’est pas son « monde ». Même si, c’est le 24 décembre… En attendant, il sourit timidement et tend le sac à Jin pour qu’il ouvre ses cadeaux. Ses expressions étaient marrantes. Il penche encore la tête sur le côté à sa phrase quand il découvre les nouveaux patins qu’il lui avait offert.

« Pas de soucis pour m’entrainer avec toi, mais si c’est vraiment trop, je peux les reprendre aussi tu sais ≈ »

Il le charrie et le taquine. Il restait un dernier présent. La réaction du jeune coréen face à sa médaille le fait un peu paniqué surtout quand il rattrape de justesse la boîte. Il commence sérieusement à avoir peur. Peut-être qu’il n’aurait pas dû la lui offrir, il ne sait pas. Sa respiration se coupe quand il se jette dans ses bras et enroule ses bras autour de sa taille. Une douce chaleur s’infiltre en lui, mais il ne comprend pas ce que c’est.. Il ne connaît pas ce sentiment. C’est donc maladroitement qu’il tapote doucement dans son dos alors, qu’il s’était tendu et est toujours un peu tendu.

« Je suis content que mes présents te plaisent. Je te fais confiance pour en prendre soin ! Ne me dis pas que tu vas pleurer encore une fois hein ? »

Il lui sourit et se détend à nouveau quand il y a de nouveau de l’espace entre-eux et en même temps, il ne pouvait s’empêcher d’être un peu triste qu’il ne soit plus proche de lui. C’était bizarre. Il était déjà heureux qu’il ne soit pas de nouveau en pleurs, car il aurait été bien embêté. Il cligne plusieurs fois des yeux, quand la maîtresse de maison les mis presque à la porte en leur fermant même la porte au nez sur le palier. Un présent pour eux deux. Il chercha aussi, mais il ne voyait rien de ce qui pouvait se rapprocher de loin à un présent. Il sursaute au cri de Jin et relève la tête. Ils étaient sous une branche de guy. Il se rappelle avoir entendu ce que deux personnes devaient faire quand elles se trouvaient en dessous, avait même assisté à l’action, mais… Il sortit de ses pensées quand il sentit la main de Jin sur son torse et avant même qu’il ne puisse dire quelque chose, il se retrouva avec ses lèvres sur les siennes. Tout s’arrêta pour lui, c’était son premier véritable baisé.. C’était doux, chaleureux et sucré aussi.. Il s’était figé sous cette action qu’il n’avait pas réagit. Pourquoi, est-ce que son coeur avait raté un battement ? Quand son ami se mit à rougir et à tourner la tête sur le côté en lui souhaitant joyeux noël. Il revient à ses sens, car il avait quitté un peu la terre. Il se gratte l’arrière de la tête avant de s’avancer. Si Jin, l’avait fait, il pouvait le faire aussi. Alors sans répondre à son « joyeux noël », il fait un pas, coince son menton entre son pouce et son index pour tourner son visage en sa direction et déposer à nouveau ses lèvres froides contre leurs consœurs qui étaient beaucoup plus chaleureuses. Il bougea à peine ses lèvres et ne chercha pas du tout à approfondir. Il voulait faire aussi bien que Jin avait fait pour lui. Il sentit une chaleur gagnait son bas ventre, et c’était trop étrange. Raison pour laquelle il s’écarte et libère enfin le visage du jeune coréen.

« Joyeux noël à toi aussi. J’espère que ton petit ami ne m’en voudra pas.. Je veux dire.. Est-ce que j’ai bien fait comme la tradition ? Désolé, c’est la première fois que je fais ce genre de choses alors… Si je m’y suis mal pris tu peux me le dire… On devrait peut-être rentrer à nouveau avant que tu n’attrapes froid à nouveau. »




by FRIMELDA


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Fév - 21:02
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


Katsuki croyait toujours que j’étais malade dès que mes joues devenaient rouges, je me demandais comment il faisait pour ne pas comprendre que c’était lui qui me faisait cet effet-là. Je restais figé en sentant sa main contre mon front. Il était vraiment à côté de la plaque mais je le trouvais bien trop adorable pour lui en vouloir. Ses questions me mettaient encore plus mal à l’aise et je ne savais pas.

« Je rougis parce que tu… laisse tomber. »

Je lui souriais gentiment. Je n’avais pas envie de me dévoiler ou j’étais presque certain de le faire fuir. Il n’avait pas l’air d’être prêt pour avoir une relation avec quelqu’un. Je me demandais d’ailleurs s’il avait déjà été amoureux. Partager sa vie avec Kastuki ne devait pas être de tout repos, mais il était le premier homme avec lequel je me sentais bien depuis Minho. Il me donnait envie d’avancer, moi qui n’avait fait que reculer depuis toutes ces années. J’étais vraiment heureux que mon bracelet lui plaise. Il ne comprenait pas le sous-entendu, mais il était comme ça, complètement aveugle. J’avais un peu l’impression qu’il m’appartenait. C’était idiot.

« T’es dingue parce que t’es vraiment trop attentionné. »

Ce n’était pas un reproche. Au contraire. Parfois on avait vraiment du mal à se comprendre, on ne venait pas du même monde et notre éducation était différente. J’étais encore sous le choc de tous mes cadeaux et serrais mes nouveaux patins contre moi en le regardant de travers.

« Non c’est bon je les garde. »

Il n’imaginait pas à quel point mon cœur battait vite, j’avais l’impression qu’il allait finir par se décrocher. Sa médaille était le coup de grâce. Bien sûr que si j’allais me remettre à pleurer. Ce n’était pas juste un petit cadeau. C’était une partie de lui, le résultat de son talent et de ses efforts et il me l’avait donné. A moi. Un type qu’il avait rencontré quelques semaines plus tôt et qui ne lui avait causé que des problèmes. Je reniflais pour retenir mes larmes.

« Non ça va c’est juste que… ça me touche. Je pleure pas parce que je suis triste cette fois. C’est parce que je suis vraiment content. »

Il n’allait pas comprendre, mais j’avais essayé de lui expliquer ce que je ressentais. Je n’avais pas le temps de m’en remettre que ma mère nous foutait à la porte alors qu’il faisait vraiment froid. Je savais qu’elle avait une idée derrière la tête mais je n’avais pas imaginé ce genre de scénario. J’avais rêvé d’embrassé Katsuki depuis notre dernière sortie, mais je ne pensais pas être son style. C’était ma chance et je l’avais saisie. Ses lèvres étaient douces comme je me l’étais imaginé et j’étais terrifié à l’idée qu’il me repousse. Je n’osais plus le regarder alors qu’il ne bougeait pas. Est-ce qu’il allait se mettre en colère ? Rentrer chez lui et ne plus jamais me contacter ? J’avais cette boule dans ma gorge. Je ne regrettais pas ce doux baiser, je l’avais même beaucoup apprécier. Beaucoup trop.

Je sursautais en sentant ses doigts sur mon menton et mon regard croisait le sien. Je n’osais pas répondre à son baiser pour ne pas le brusquer. J’avais l’impression d’avoir des papillons dans le ventre et je me sentais idiot. Je me blottissais dans ses bras en souriant suite à ses mots. Je n’avais pas envie de rentrer. Je voulais profiter de ce moment magique.

« Non je crois qu’il nous en voudra pas… Et… je suis célibataire. »

Minho resterait mon plus grand amour, mais j’avais envie de passer à autre chose. Enfin. Je me doutais qu’il n’allait pas comprendre cette remarque.

« C’est la première fois que tu embrasses quelqu’un sous le gui, ou la première fois que tu embrasses quelqu’un ? »

Je ne l’avais pas senti très à l’aise lors de ce baiser mais je serai étonné d’apprendre qu’il n’avait aucune expérience. Je restais contre lui profitant de la chaleur de son corps.

« Juste une minute. Tous les deux…  Je… Je l’ai pas fait parce que c’est la tradition mais parce que j’en avais envie… »

Si je ne lui disais pas clairement qu’il me plaisait, il n’allait jamais le deviner tout seul, mais je n’étais pas encore prêt pour dire ces mots. Je souriais en prenant sa main et en le trainant à l’intérieur pour nous réchauffer. Je secouais la tête en croisant le regard de ma mère et entrainait Katsuki à nouveau dans ma chambre. Je m’asseyais sur mon lit.

« Je… Est-ce que… tu voudrais sortir avec moi ? Je veux dire…comme mon petit ami ? »

J’attrapais un coussin que je serrais contre moi. Je voulais l’embrasser, encore et encore…



by FRIMELDA


Too Good at Goodbyes
Pourquoi est ce que tu ne souris plus ? Quelqu'un pourrait tomber amoureux de ton sourire ▬ Jin
avatar

Rang Wolf
❀ Messages : 33
❀ Date d'inscription : 01/01/2018

Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Fév - 14:52
Voir le profil de l'utilisateur





Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


L’amour et toi ça fait 100… Tu es novice en la matière en même temps, ce n’est pas comme si cela t’avait une seule fois intéressé en vérité. Tu n’as jamais trouvé nécessaire pour toi d’être en couple. Tu as 20 ans et après ? Si tu es sincère avec toi-même, tu aimais ta vie comme elle était. Car tomber amoureux, cela signifiait être distrait. En plus, avec les jeux Olympiques approchant à grands pas, ce serait mentir que tu aies besoin de cela. Alors pourquoi, ce baisé, qui n’était finalement rien.. Ne te laisse pas totalement indifférent ? Tu ne sais pas, tu ne comprends pas et c’est ce qui te prend le plus la tête en réalité. Raison pour laquelle, mais aussi parce que tu ne souhaitais pas être le seul idiot qui n’avait pas le courage de déposer ses lippes contre ses consœurs dans la tradition du gui, tu t’approches de lui, coince son menton et dépose tes lèvres contre les siennes. Ton coeur s’affole un peu, mais tu mets cela sur le fait que tu n’as jamais fait une telle chose auparavant. La douceur de ces lèvres contre les tiennes est agréable, mais tu ne dois pas t’y perdre. Il est sûrement encore amoureux de son défunt petit ami et puis, de ton côté.. Tu ne pourras pas dire si tu l’aimes ou non. C’est abstrait et puis, tu as peur qu’il lui arrive malheur, comme le fait que tu es terrifié de trop t’accrocher aussi. Tu te retires, un peu gêné et tu oses sans avoir froid aux yeux si son « ex » ne leur en voudra pas trop. Tu es perturbé, plus que tu ne le devrais par sa réponse. Cette soirée t’avait procuré divers sentiments, que tu ne comprenais pas. Dans le salon, en ouvrant les cadeaux, tu avais eu envie de le prendre contre toi, afin qu’il ne pleure pas même si, c’était de joie. Et là, maintenant qu’il se blottit dans tes bras, tu te raidis sur le moment et tapote maladroitement son dos. Tu coeur a raté un autre battement. Quand était-ce la dernière fois qu’on t’a étreint ? Souvenir qui remonte tellement que, c’est difficile à dire. Par contre, tu ne comprenais pas pourquoi, il disait qu’il était célibataire enfin, ce n’était pas le plus important… Par contre, tu arques un sourcil à seconde question

« Première fois. Seconde fois aussi que j’embrasse quelqu’un. Enfin si on peut dire que le premier compte vraiment.. Juste une fan qui m’a sauté dessus..  »

Tu n’as pas honte de dévoiler cette information, être encore vierge ou non à ton âge, cela ne te destabilise pas. Tu as réussi là où peu de personne l’ont fait. Parce que c’est noël, tu concèdes à sa demande, trouvant agréable son contact, mais une petite sonnette d’alarme commence à s’agiter en toi. Finalement, vous rentrez à nouveau dans la maison, toujours perturbé par son allusion d’envie et là… Le Blanc total une fois que vous êtes de nouveau dans sa chambre. Comment ça sortir en tant que couple ? Tu comprends et en même temps non.. Tu es « perdu ».. C’est le mot. Tu ne préfères pas répondre de suite, de peur de le blesser.. Disons juste que… Tu pourrais toujours lui faire plaisir, mais…

« Petit ami ? Pourquoi ? Tu serais heureux ? Je… Je ne vais pas avoir le temps de sortir.. Je dois m’entrainer pour les jeux.. Mais après.. Si tu veux.. Je veux bien.. »




by FRIMELDA


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Fév - 21:27
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


J’avais du mal à me rendre compte que j’étais le vrai premier baiser de Sumeragi Katsuki. Peu de personne s’intéressait au patinage, mais pour moi il reprenait la plus grande star du monde. J’avais embrassé un homme que j’admirais depuis longtemps et même si je l’avais idéalisé, je me rendais compte que j’étais vraiment en train de craquer pour lui. Les relations ce n’était pas son truc et il n’avait pas l’air d’en comprendre l’utilité. Je ne pouvais pas le faire tomber amoureux de moi, mais je pouvais juste essayer. Je me sentais trop bien avec lui pour ne pas tenter ma chance. Alors oui je prenais le risque de me faire briser, mais j’avais envie de vivre. Ne plus passez à côté de ma vie.

« J’espère que ça ne te dérange pas que ce soit moi alors. C’est important un premier baiser. »

J’avais pris mon courage à deux mains pour lui demander s’il voulait devenir mon petit ami, mais je me doutais que j’allais me heurter à un mur. Je baissais la tête suite à son silence, me sentant complètement stupide. Comment est-ce que j’avais pu croire qu’il voudrait de moi. Il n’avait pas d’expérience et il n’avait pas envie d’être avec moi. Je pouvais le comprendre. Je n’osais pas parler, sentant une boule au fond de ma gorge. J’avais envie de pleurer. Encore. Mais j’en avais assez de passer pour un faible. Je redressais la tête en entendant le son de sa voix qui me faisait toujours frissonner.

« Pardon… C’est idiot de t’avoir demandé ça… »

Il n’avait pas le temps. Je n’avais pas la même vie que lui, je n’arrivais pas à son niveau. Il lui fallait quelqu’un de son niveau. J’avais la même passion, mais pas le même talent. J’allais à l’école, et je ne participais qu’à de petits championnats. Alors de mon côté, j’avais sûrement un peu trop de temps.

« N…non tu as raison. Tu dois t’entrainer. Je… Je sais pas ce qui m’a pris. »

J’essayais de lui sourire gentiment. Je m’étais plus ou moins fait recalé, mais je n’étais pas certain qu’il ait clairement compris ce que je lui avais demandé. Je voulais qu’il soit mon copain, qu’on partage des choses tous les deux. Mais autre chose que du patin à glace. Je passais mon pouce sur mes lèvres en repensant à notre baiser. Ça ne voulait rien dire pour lui. Il l’avait fait parce que c’était la tradition et qu’il était bien élevé.

« Tu veux rester dormir la ? Enfin… je pense que tu dois avoir beaucoup de chose à faire demain. C’est gentil d’être venu ce soir en tout cas. »

Je n’avais pas envie qu’il s’en aille. Et d’un autre côté j’avais un peu honte de m’être pris un semi râteau. Katsuki était tout ce que j’aimais. Je m’étais même attaché à son côté décalé, complètement à côté de la plaque. C’était ce qui faisait son charme. Je ne savais plus vraiment dans quel état j’étais. J’avais envie de pleurer sous ma couette et d’un autre côté je n’avais pas envie de le lâcher.




by FRIMELDA


Too Good at Goodbyes
Pourquoi est ce que tu ne souris plus ? Quelqu'un pourrait tomber amoureux de ton sourire ▬ Jin
avatar

Rang Wolf
❀ Messages : 33
❀ Date d'inscription : 01/01/2018

Revenir en haut Aller en bas
Hier à 14:29
Voir le profil de l'utilisateur


Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis.


Par  Inconnu


Si cela te dérangeait ? Pas le moins du monde. C’était ce qui te dérangeait intérieurement, car normalement tu aurais grimacé, mais là, rien. Sinon, tu ne serais pas revenu pour nouer à nouveau tes lippes aux tiennes. C’était bizarre. Certes, il y avait le fait que c’était la tradition, mais au fond de toi, tu l’avais voulu aussi bien que tu aies aussi du mal à l’admettre et tu commences même à avoir peur. Jin apportait trop de changement, te force à bouger de ta zone de confort. Tu ne sais toujours pas si c’est bien ou non. Tu aimerais faire un pas en arrière et quant à savoir si c’était important ou non ! Tu aimerais juste hausser les épaules. Tu n’as pas la même vision que lui, cela ne fait que se confirmer à nouveau et pour ne pas le froisser ou le blesser tu réponds juste calmement.

« Non ne t’inquiètes pas. Je ne pense pas que j’aurais accepté quelqu’un d’autre. »

Tu lui fais savoir subtilement que tu ne serais pas revenu à la charge si il s’agissait de quelqu’un d’autre. L’image de cet idiot qui t’avait bousculé et interrogé apparut dans ton esprit, mais tu préfères rapidement l’effacer de ton esprit. Toutefois, la tension redevient bizarre.. Tout simplement, parce que tu n’as pas accepter de sortir en sa compagnie. Tu ne comprends pas, tu n’arrives pas à réaliser qu’il puisse avoir des sentiments pour toi alors, que vous ne vous connaissez depuis quoi ? Tu ne sais pas.. Pour toi, c’est vraiment que de la grande admiration qu’il prend pour de l’amour. Seulement, tu te la boucle et n’essaie pas de le contredire. Pourtant, tu peux sentir qu’il a moins d’enthousiasme qu’auparavant.

« Mais on peut sortir après. »

Oui tu n’abandonnes pas l’idée, même si tu ne sais pas exactement où il voulait en venir et, là encore quelque chose se tord en toi. C’est désagréable. Toutefois, tu soupires doucement :

« Pourquoi tu t’excuses ? Tu n’as pas commis un crime. Et tu ne m’as pas fait du tort. »

Au fond, tu ne le comprends toujours pas et cela t’inquiètes. Tu aimerais vraiment, mais tu es conscient que tu rates beaucoup de choses. Tu clignes des yeux et regardes ta montre. Tu ne veux pas déranger plus longtemps cette famille. Tu as eu l’un des plus beaux noëls.

« Je pense que je vais rentrer, je ne veux pas profiter davantage de votre bonté à ta mère et toi. Merci pour ce noël. Je suis certain que ce bracelet va me porter chance. Je patinerais avec pour les JO. J’ai vraiment passé un agréable moment avec vous deux. »

Tu t’inclines, même si tu comptes aussi t’incliner auprès de sa mère. Tu prends juste ton téléphone pour appeler un taxi. Une fois que c’est fait, qu’on t’a dit qu’il restait 20 minutes, tu reportes ton attention sur ton hôte.

« Je reste encore 20 minutes, j’espère que cela ne te dérange pas. »


by FRIMELDA


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
 

Merry Christmas [Bae Jin & Sumeragi Katsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seoulmates :: Les quartiers de Séoul :: Insdadong (인사동) :: Quartiers résidentiels :: Résidences-