Partagez
Aller en bas
avatar
Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 101
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1305-bad-rabbit

Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 101
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29


Im Uj Syan
Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 101
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29
Jeu 11 Oct 2018 - 16:27
trapped


tenue °°°   Un corps de plus au sol. Son deuxième combat. Il n'est là que depuis une heure et pourtant c'est tout ce qu'on a à lui présenter? Depuis qu'il a battu le vietnamien, et en dépit de son bras qui n'a pas récupéré, et les bleus qui marquent encore son corps, il se tient debout devant le corps de ce mec qui lui a craché dessus au début du combat. Quelque part, il a besoin de cette adrénaline, mais d'un autre coté, plus le temps passe, et moins il trouve de satisfaction dans cette adrénaline là. Il a besoin de plus. Il a besoin de risques bien plus lourds. Mais il n'y a que ça qui rapporte. Il doit rembourser cette putain de dette que son père a contracté auprès de ces enfoirés avant de se faire pathétiquement exécuté en chialant, au lieu de se battre jusqu'au bout pour les siens. Le fantôme lâche de ce géniteur derrière lui, dans chaque combat. Chaque matin. Chaque miroir. Ne pas devenir lui. Protéger les siens. S'en sortir. Ne pas finir au fond du trou, peu importe le prix à payer. Il préférait ne pas mourir, mais ça peut sauver les siens, qui sait. Il pousse le corps inerte, qui roule sur le dos. Son regard capte l'état de son visage et il fait signe à ses entremetteurs de le ramasser. Des abrutis. Pourquoi lui avoir jeter cet adversaire pas prêt dans les pattes. Ça fait dix ans qu'il pratique tous les jours le MMA et 25 ans les arts martiaux. Ils ne comprennent toujours pas? Il n'y a que pour ça qu'il vit. Que ça qu'il sait faire. C'est ce qui nourrit les siens. Et c'est grâce à ça qu'il est encore debout aujourd'hui. Il pourrait endurer toutes les merdes du monde que ça voudrait pas l'amour qu'il voue à ses deux sœurs et à sa mère. Ne pas s'attacher à une âme sœur non plus, triste prix à payer pour ne pas voir la tète de cette dernière mise à prix en échange de sa vie ou de ses défaites. Etre malheureux pour ne rendre personne d'autre malheureux. Mauvais calcul génétique, futur merdique non dissociable. Il fait avec. Comme avec les plaies. Les bleus. Le sang dans sa gorge. Il ramasse ses primes de match gagnés et secoue la main pour signifier qu'il arrête les frais pour ce soir.

Se battre est une chose mais ôter la possibilité à des gamins mal dirigés de s'en sortir eux aussi, c'en est une autre. Il reviendra quand on aura mieux à lui proposer et d'ailleurs il le fait savoir à son entremetteur. Le vieux s'excuse et lui explique qu'en ce moment, le marché n'est pas très riche, qu'il faut attendre un peu. Attendre. Il est drôle lui. Comme s'il pouvait. Il doit payer chaque mois. Il ne peut pas attendre. Le loyer pour avoir le droit d'avoir ses sœurs et sa mère en vie. Et il ne peut pas prendre un autre taf, ça paie pas assez, ce serait absurde. Il sort du tunnel désaffecté et rejoint sa voiture sans se douter de la visite qu'il s'apprête à avoir. La clef tourne dans la serrure de la portière et il ouvre, mais une voix l’interpelle. Il se fige. Choi. Il a retenu que ça. Ni le grade, ni la section. Que ce soit de la criminelle, des stup ou du grand banditisme, qu'est-ce qu'on s'en fout. Il doit être lieutenant. Un grade assez élevé pour avoir le droit de lui casser les roubignoles dès qu'il est frustré dans sa petite vie de flic sarcastique. Uj ferme les yeux un instant, soupire, et se retourne, s'accoudant à sa portière, le regardant un sourcil haussé, comme blasé de le croiser. La soirée pourrait pas être plus merdique.
"Ça faisait longtemps... j'vous manquais...?"

Un regard qui veut tout dire, et des liasses qui ont vite volé sous le siège conducteur. Uj Syan ferme sa portière, puis à clef et plonge ses mains dans ses poches, droit en le regardant s'attendant à tout un discours sur sa culpabilité potentielle d'il y a dix ans, blabla... il sait même pas pourtant ce flic tient absolument à le foutre derrière les barreaux pour un truc qu'il n'a pas fait , mais ça le soûle. Pour autant, il reste calme, parce qu'il sait très bien que Choi est bien plus frustré que lui sur ce sujet. Il n'a aucune preuve et Ujsyan n'a aucun casier judiciaire, ce qui en soit, doit bien lui foutre les nerfs. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de supporter ses irruptions spontanées. Il se faisait chier tiens.




avatar
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 75
✮ DATE D'INSCRIPTION : 22/04/2018


✮ AGE : 27 ans
Voir le profil de l'utilisateur

Rang Wolf

✮ MESSAGES : 75
✮ DATE D'INSCRIPTION : 22/04/2018


✮ AGE : 27 ans


Choi Hyun Ki
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 75
✮ DATE D'INSCRIPTION : 22/04/2018


✮ AGE : 27 ans
Ven 12 Oct 2018 - 17:55
trapped


tenue   :kok:  Je m’étais foutu dans une merde pas possible et je ne savais pas pourquoi. Ce n’était pas juste parce que je couchais avec Woojin, je lui avais proposé mon aide bien avant. Mais depuis, j’avais envie d’en faire plus, de l’aider à s’en sortir et de le protéger. Je n’étais pas fait pour vivre avec quelqu’un, mais il était le premier qui ne me donnait pas envie de fuir. J’avais même repris contact avec mon frère. Je mettais ma carrière en jeu. Si mon père l’apprenait, il me tirerait sûrement une balle dans la tête comme le jour où je lui avais tourné le dos. Ce type était toxique. Il broyait tout sur son passage. Pour l’argent, pour le pouvoir. Et si je n’avais pas choisi d’entrer dans la brigade du grand banditisme c’était parce que j’étais trop impliqué. J’étais le rejeton d’un mafieux. Je connaissais sa violence, ses vices, et si je l’avais en face de moi, je serais capable de mettre fin à sa vie sans réfléchir. Je m’étais tourné vers la criminelle. Dure, brutale. Certains de mes affaires m’empêchaient encore de dormir. Tous ceux que je n’avais pas pu sauver et qui hantaient mes rêves. Je n’étais pas un surhomme, mais j’essayais de faire de mon mieux. Toujours le dernier à partir. Je bossais sur des dossiers sans penser à fermer l’œil. J’en oubliais même parfois de manger. Et il y avait bien une affaire qui me tourmentait. Dix ans. J’étais encore jeune, juste officier. Une famille décimée. Encore une histoire de fric. C’était toujours une histoire de fric. Et je savais que le frère était impliqué. Il m’avait toujours filé entre les doigts. Il était là, devant moi. Libre.  « Hey !» Je l’interpellais. Je savais très bien ce qu’il faisait, et si je le voulais vraiment je pouvais l’arrêter. Mais j’attendais autre chose de lui, je voulais le coincer, qu’il se retrouve embringué dans mes affaires. Il pouvait être utile.

Il se battait. Illégalement, et ce n’était pas difficile à deviner en voyant sa gueule et son corps couverts de bleus. Il était têtu, moi aussi. Je ne lâchais jamais rien et ces dix années le prouvaient bien. J’étais toujours là, à essayer de comprendre. Et j’avais enfin trouvé quelque chose. Je ne pourrais pas le foutre derrière les barreaux, j’en étais conscient. Ce petit enfoiré s’en sortait toujours. Mais je pouvais l’obliger à bosser pour moi et ça, ça ne lui plairait pas.  « Tu sais bien que je ne peux pas me passer de toi. » Je m’approchais de lui, le bloquant contre sa voiture.  « Je suppose que tu t’ai fait un bon paquet de fric ce soir non ? » Je n’avais pas vu les billets, mais j’avais de l’instinct. Je n’étais pas arrivé à mon poste avec juste un peu de chance.  « Tu sais que c’est pas légal ce genre de combat ?» Bien sûr qu’il le savait ce merdeux et c’était ce qui le rendait encore plus énervant.  « Tu veux passer la nuit en garde à vue ? » Ce n’était pas un jeu, j’étais capable de l’y trainer s’il ne m’écoutait pas. Je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance, mais il n’aurait pas le choix. Ujsyan était du genre à n’en faire qu’à sa tête, mais il ne me faisait pas peur. J’avais déjà vu bien pire. Il savait se battre, moi aussi. Et j’avais un flingue. Je m’étais déjà pris une balle, et j’avais survécu. Il y avait une raison à ma présence aujourd’hui.






Je suis les Guns'n'Roses, trésor, j'ai un appétit pour la destruction.
avatar
Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 101
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1305-bad-rabbit

Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 101
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29


Im Uj Syan
Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 101
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29
Dim 14 Oct 2018 - 16:14
trapped


tenue °°°   Carrures similaires. Force probablement similaire. Les deux savent qu'ils sont mutuellement des adversaires redoutables. Ujsyan tant sur le plan combat qu'hyunki sur le plan manipulation. Aucun n'avait intérêt à aller trop loin pour ne pas déséquilibrer cette guerre froide. Un comble que de dire qu'il ne faut pas déséquilibrer un  déséquilibre mais pourtant ils avaient un semblant d'entente inavouée, qu'ils ne pouvaient eux-même pas expliquer. Ils ne pouvaient pas ne pas se voir plus d'une  semaine, sans quoi l'un ou l'autre aurait l'impression d'avoir perdu un adversaire, le seul qui pourrait tenir la route dans toute cette merde dans laquelle ils allaient bientôt trouvé source commune, douleur fraternelle et pour laquelle Ujsyan ne se doute absolument pas des conséquences. Il sent cette main le pousser contre sa propre voiture et l'y plaquer et se laisse faire, plantant son regard dans le sien. A sa question, Ujsyan hausse un sourcil et ne répond rien. Sait-il? Bien sûr que oui il sait, sinon il ne se serait pas fait un plaisir de déplacer son postérieur divin de flic jusqu'à lui. Il n'aime pas ça. Sa cage thoracique se crispe, mais il ne laisse rien entrevoir. Il n'est pas du genre à repousser violemment un flic ou lui en coller une, bien que l'envie soit bien présente. Il a un peu plus de jugeote que ça. Ah bon c'est illégal? Sans blague. Pauvre con, il croit qu'il a le choix? Il ne le croit pas de toute façon. Il sait trés bien que ce grand borné pense qu'il a buté sa sœur et son père, et pourquoi pas violé sa mère tant qu'à faire. Dégueulasse, rien que d'y penser, ça lui fout la nausée. Il avait un respect immense pour les femmes de sa vie et savoir que ce flic imaginer de telles saloperies sur lui l'énervait au plus au point mais il étira un rictus en coin sans le lâcher des yeux. Parce qu'il savait qu'il n'avait rien sur lui. Passer la cellule en dégrisement? Un rire étouffé et Ujsyan regarda un peu autour d'eux avant de replanter ses yeux sur lui. Il le connaissait mieux qu'il le pensait.

"Ks... tu viens jamais me faire chier pour rien et me foutre en cellule te servirait à rien. Alors accouche, tu veux quoi."

Fini les vouvoiements, on rentre dans la cour des rues. C'est de l'un à l'autre, comité strictement restreint et aux diables les formalités et les politesses. Il le menaçait clairement et Ujsyan détestait ça plus que tout au monde, surtout avoir un couteau sous la gorge. Il pose une main abîmé à plat sur son torse et le recule. Il est trop près. Faut pas se frotter à lui comme ça, on sait jamais et il n'est pas d'humeur non masochiste aujourd'hui, il ressort de combat donc son esprit à une direction particulière. Un groupe de jeunes fait son apparition en coin et il soupire, ouvre la portière et entre dans la bagnole en disant: "Monte, ça les concerne pas."

Donner un ordre à un flic c'est pas banal, mais c'est comme ça, il n'a qu'à faire avec. Sinon qu'il l'emmène en cellule s'il pense que c'est mieux, mais Ujsyan n'a pas encore dit son dernier mot. Il choppe la liasse et la range sans la cacher de son visu , sous son fauteuil.

"M'regarde pas comme ça, t'sais très bien que j'ai pas le choix. Et c'est pas d'la drogue, je fracasse juste des mecs qui le demandent. Sans compter que la plupart sont des enfoirés, donc je fais ton ménage... tu devrais me remercier. Au lieu de ça, tu veux me foutre en taule... logique de flic à la con... " en même temps que ces mots, Ujsyan sort son portable pour vérifier qu'il n'a eu aucun appel de ses sœurs ou de sa mère. Rien. Elles devaient avoir compris qu'il ne rentrerait peut-être pas ce soir. Avec le recul, elles avaient du courage. Trop de courage et il avait parfois honte. Elles ne l'attendaient jamais, mais quand il rentrait , même blessé, elles ne posaient jamais de questions et s'en occupaient. Une famille condamnée comme il en existe tant à Séoul, mais la sienne avait un passé sanglant.



avatar
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 75
✮ DATE D'INSCRIPTION : 22/04/2018


✮ AGE : 27 ans
Voir le profil de l'utilisateur

Rang Wolf

✮ MESSAGES : 75
✮ DATE D'INSCRIPTION : 22/04/2018


✮ AGE : 27 ans


Choi Hyun Ki
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 75
✮ DATE D'INSCRIPTION : 22/04/2018


✮ AGE : 27 ans
Hier à 17:32
trapped


tenue   :kok:  Mon statut de flic me donnait des droits, et parfois je les prenais, sans autorisation. J’avais toujours eu ce côté impulsif. La justice n’était pas belle, pas honnête. J’avais la mienne. Et c’était celle que je suivais. J’outrepassais les règles. J’étais réprimandé, mais on ne m’avait jamais rétrogradé. Parce que j’obtenais des résultats. Et si je voulais qu’on me laisse tranquille, je devais encore en apporter. Ujsyan avait toujours son cul dans des affaires qui n’étaient pas très nettes. Il avait des contacts. Bien plus que moi. Il connaissait des types que je ne pouvais pas approcher. Il pourrait être un véritable atout même s’il était hors de question que je l’avoue un jour à voix haute. Flatter l’égo de ce merdeux qui se croyait déjà au-dessus de tout le monde ? Jamais. J’avais aussi trop de fierté pour ça.
Ce que je voulais ? Son réseau. Des informations. Des noms. Tout ce qui me permettrait d’attraper une bande d’enfoirés. Le trafic d’êtres humains était bien plus commun qu’on ne pouvait le croire. J’avais une piste. Ce n’était pas suffisant. Je souriais en voyant sa main contre mon torse.  « Bah quoi ? Je te fais trop d’effet ? » Provocateur. J’avais toutjours été le vilain petit canard de la famille. Le fils indigne qui ne respectait jamais les règles de ce connard de patriarche. Celui qui refusait la violence, qui tenait tête aux ainés et qui se faisait tabasser à chaque fois qu’il osait soutenir leur regard.

Je montais dans sa voiture en levant les yeux au ciel. Sa liasse de billets n’était pas vraiment bien dissimulé et je n’avais pas besoin de parler. Il se cherchait des excuses tout seul.  « Pourquoi t’essaye de te justifier si ce que tu fais c’est si bien que ça ? » Je me foutais de ces bagarres, j’avais des problèmes bien plus importants, mais j’avais besoin de m’en servir pour le coincer. Lui passer une laisse autour du cou. Ujsyan était tenace et bordel qu’est-ce qu’il était borné.  « Je sais, je sais. Dans la police on est bête et méchant. Tu vas t’en remettre ?  » Je soupirais, agacé par son comportement de sale gosse. Difficile d’imaginer que j’étais plus jeune que lui.  « Y’a des mecs qui vendent des filles, plus jeunes que tes sœurs. Le genre à trainer dans ce genre de combats improvisés. » Je ne demandais rien pour le moment. J’exposais les faits.  « Avec ta gueule fracassée tu passes inaperçu. » Et moi je puais le flic à des kilomètres.  « Tu me chope des infos et je ferme les yeux sur tes conneries. » Même si j’étais certain de prendre un malin plaisir à le foutre en taule, même pour quelques heures. Son passé était trouble et je n’étais pas prêt à le laisser tranquille. Je n’arrivais pas à vivre entièrement dans le présent.  « Fais attention à ce que tu réponds. Je suis un con de flic, alors on ne sait pas vraiment de quoi je peux être capable. » Je gardais mon petit sourire, sans le lâcher du regard.






Je suis les Guns'n'Roses, trésor, j'ai un appétit pour la destruction.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos partenaires et amis
Rends leur une petite visite !