Partagez
Aller en bas
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 232
✮ DATE D'INSCRIPTION : 14/09/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 09/09/1998
✮ AGE : 20 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1172-yoon-jae-min-avancer-dans-ce-monde-est-devenu-irrespirable

Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 232
✮ DATE D'INSCRIPTION : 14/09/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 09/09/1998
✮ AGE : 20 ans.


Yoon Jae Min
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 232
✮ DATE D'INSCRIPTION : 14/09/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 09/09/1998
✮ AGE : 20 ans.
Lun 19 Nov - 0:58

Jae Min aimait le contact. La satisfaction de sentir une peau contre la sienne. Le bien-être d'écouter une chaleur envelopper le froid qui s'installait autour de lui. Il appréciait sentir, être apaisé, réconforté, par un simple toucher. Une simple caresse, un simple frôlement. Un simple geste, faible, minuscule, mais présent. Une action qui laissait une trace, un chemin. Un souffle qui se transformait en respiration, en air frais. Il connaissait les limites cependant, Jae Min. Il ne forçait pas si on ne voulait pas. Il testait. Naturellement tactile, il ne pouvait pas s'en empêcher la plupart du temps, ses mains s'agrippant à celles de la personne en face. A un bras, un morceau de son pull, quelque part. Il ne pouvait pas s'empêcher d'enrouler parfois ses bras autour de l'autre, sans qu'on lui demande, sans qu'on l'autorise. Il testait. Il essayait. Si on lui montrait que l'on n'aimait pas, il reculait, s'excusait et ne recommençait plus. Même si au fond, il crevait d'envie de demander. Juste un câlin. Rien que ça. Affection qu'il n'avait jamais connue. Tendresse qu'il n'avait jamais ressentie. C'était ce que ces gestes lui apportaient. Un sentiment d'assurance. Une présence. Ainsi, il ne se sentait plus seul. Il se sentait entouré, et apprécié. Il manquait de ça. D'affection. La seule personne qui lui en avait donné, c'était Ha Sun. Sa mère ? Elle ne l'avait jamais touché. Pas comme ça. Elle préférait marquer sa peau de bleus plutôt que de le frôler tendrement. Elle préférait lui brûler la peau à l'en faire rougir, plutôt que de le garder contre elle dans ses bras pour le protéger des dangers du monde. Il avait jalousé, petit, les autres qui se faisaient pouponner par leurs mères. Il les avait enviés, ces autres, qui étaient regardés avec amour et qui étaient bercés par la douceur. Il avait envié Ha Sun. Un peu. Au début. Avant de comprendre qu'il n'aurait jamais ça de sa mère. Qu'elle ne lui donnerait jamais cet amour-là, cette tendresse-là, cette affection-là. Il ne la connaissait pas, alors il l'attrapait à gauche et à droite dès qu'il le pouvait. Pour se rassurer. Pour se sentir moins seul. Pour se sentir apaisé. Pour se dire que l'autre était bien là, avec lui.
Mais même s'il était tactile, il y avait des contacts trop rapprochés, trop soudains, trop perturbants pour lui. Des contacts auxquels il n'était pas habitué. Il était sans doute trop chaste, trop prude, trop doux. Il n'était peut-être pas encore prêt. Mais il le sera, un jour. Certainement.
Hochant silencieusement la tête, il se pinça les lèvres, intimidé, la frimousse un peu baissée comme s'il venait de faire une grosse bêtise. « Désolé », ce n'était même pas surprenant de l'entendre articuler cela. « Pourquoi ? », demanda-t-il faiblement, un chuchotement à peine audible. « Pourquoi... tu as besoin qu'on te dise non ? », sa tête se pencha finement sur le côté, curieux, intéressé, perturbé.

Contre le mur, il ne bougea pas, laissant ses dents malmener sa lèvre inférieure alors que ses iris se reposaient sur Uj Syan. Suivant ses mouvements, il le regarda s'allonger. Le dos contre le mur, son visage se pencha à nouveau, ses paupières clignant doucement. « Je ne sais pas », répondit-il honnêtement, « Pourquoi tu le cherches ? », sa tête se bascula de l'autre côté, comme ce chiot qui tentait de comprendre pourquoi une balle roulait. Il plissa les yeux et secoua son visage, glissant un peu sur les draps vers le haut du lit, avant de s'arrêter. Il se tortilla agilement, et s'allongea, son visage tourné vers Uj Syan, il le bougea timidement de haut en bas dans un mouvement discret. Et il n'était même pas certain qu'Uj Syan l'ait vu. « J'ai pas eu froid la dernière fois », qu'il dit, murmure secret entre eux. « Tu tiens bien chaud », il rit quelque peu, s'installant plus confortablement sur le matelas, se rapprochant quelque peu. « Tu as assez de place ? », s'inquiéta-t-il, soucieux d'en prendre trop. Et il eut un souffle plus long, ressemblant à un bâillement éloigné tandis qu'il clignait quelque peu des yeux. « Tu vas réussir à t'endormir ? », lui demanda-t-il, repensant à son insomnie.
AVENGEDINCHAINS


Souviens-toi de moi
La froideur de cette solitude se propage indéfiniment rappelant la chaleur de ces souvenirs me traversant. Paralysant, me pétrifiant, en apathie, en léthargie... Je ne suis que prisonnier ici
avatar
Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 161
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1305-bad-rabbit

Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 161
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29


Im Uj Syan
Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 161
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29
Ven 23 Nov - 22:06
anonymous


Le futal sur les hanches, laissant apparaître l’élastique épais d'un boxer, le flan creusé, le ventre qui n'a presque plus de traces des traumatismes de la semaine passée, Ujsyan ne fait plus attention, ni au regard , ni à ce qu'il pourrait lui faire. De toute façon, il pourrait bien lui faire ce qu'il veut, il ne dirait pas non. Occupé à sentir discrètement l'odeur qui émane de cet oreiller qui est probablement le sien, il ne coupe son action qu'à la question : pourquoi lui dire non? Pour ne pas se faire violer en bon et due forme, si bien sûr ça existe, ce qui en soi n'en est plus. Il réfléchit un court instant, le regard dans le vide, et répond doucement: "Un chien a besoin de règles, comme un ujsyan a besoin de règles." Encore et toujours cette référence. On se serait cru dans Shrek ou l'âne explique, ogre avoir couche comme oignon avec couche. Bah là, voilà, il avait besoin de règles. "Et puis si tu me donnes tout ce que je veux, j'vais me lasser. J'ai besoin ... de... je sais pas... mais pas d'un esclave...J'aime juste comment t'arrêtes le temps..." Des mots formulés à mi ton, comme s'il somnolait déjà, ce qui n'est pas exact, il est davantage en train de se noyer dans son odeur, à moitié dans le coussin, discrètement, comme un gosse en manque de drogue, alors qu'il n'y a pas droit et c'était pareil pour lui . Une chose trop précieuse, mauvaise pour lui, parce que tout lui paraîtrait si fade après, mais il s'y engouffre.

Il l'entend s'allonger, et aperçoit sa silhouette grossière. L'envie de le toucher. Un sourire en coin quand il entend qu'il tient chaud. Il est vrai qu'il n'est pas frileux. Son flanc frôle le bras du cadet sans qu'il ne s'en rende compte, à cause du tissu mais Ujsyan ne tarde pas à réagir à son compliment. A sa question, il passe le bras autour de lui, et l'attire contre lui, le dos de Jaemin contre son torse, s’emboîtant lentement à son corps, fourrant sous visage dans la nuque de Jaemin sans aucune perversion, il veut juste sentir son odeur, ses mèches, comme ya une semaine. "pourquoi je cherche ton contact...." Qu'il repète à voix basse. Sa voix et son souffle s'écrase sur cette nuque blanche et fine. "... parce qu'il m'emmène ailleurs... j'oublie c'que j'suis..." Il le serre un peu plus contre lui, sa main , large et imposante, posé contre le torse de Jaemin, doigts écartés. Il desserre l'emprise et laisse sa main tomber sur le matelas, les doigts lâches, détendant en même temps tout son corps et frissonnant. A chaque fois Jaemin s'était éloigné mais demandait ensuite le rapprochement, de nouveau. Et à chaque fois, ujsyan obéissait... il en avait besoin aussi. Les roles s'inversaient. Chose qui n'était jamais arrivé... "T'as envie de dormir...?" Il prie pour qu'il lui dise non. Il prie pour qu'il demande ses caresses, un câlin comme il appelle ça. A-t-il seulement conscience de sa véritable signification pour lui? De la véritable signification pour tous d'ailleurs? Et que deux hommes qui se font des calins, c'est pas franchement normal? Que s'ils s'en font c'est qu'il y a plus qu'une simple désir de contact? Une attirance?




avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 232
✮ DATE D'INSCRIPTION : 14/09/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 09/09/1998
✮ AGE : 20 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1172-yoon-jae-min-avancer-dans-ce-monde-est-devenu-irrespirable

Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 232
✮ DATE D'INSCRIPTION : 14/09/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 09/09/1998
✮ AGE : 20 ans.


Yoon Jae Min
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 232
✮ DATE D'INSCRIPTION : 14/09/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 09/09/1998
✮ AGE : 20 ans.
Ven 23 Nov - 23:20

Les baisers... il n'en avait pas échangé. Il pensait qu'il devait les réserver pour la bonne personne. C'était peut-être trop perché, comme manière de penser, mais Jae Min voyait la vie et l'amour d'une façon si naïve et pourtant si belle. Il y avait des mouvements qu'il ne pouvait pas exécuter. Inconnus, ils étaient ces étranges vers lesquels il n'osait pas encore totalement s'approcher. Tout comme il y avait des mots qu'il n'osait pas prononcer. Des expressions qu'il n'osait pas dire. Des envies qu'il n'osait pas forcément prononcer. Des envies qu'il voudrait développer mais qu'il était honteux de simplement penser. Il voulait de l'affection et de la tendresse mais jamais il ne formulerait ce besoin à voix haute. Il le songeait, il y pensait. Fortement. Assez régulièrement. Il voulait connaître cette chaleur. Tout le monde. Aussi souvent qu'il le voudrait. Aussi souvent qu'il en avait envie. Il avait envie de profiter, de savourer, de s'enrichir. Il avait envie de se nourrir de cette douce chaleur, de cette douce tendresse, de cette affection après qui il ne cessait de courir. Mais il n'osait pas demander. Il supposait ne pas avoir le droit à tout ça, de toute façon. Il se contentait de ce qu'on voulait bien lui offrir. De ce qu'on voulait bien partager avec lui. Il ramassait les miettes. Il s'en contentait. Ce n'était pas toujours suffisant, loin de là. Mais il n'avait pas le droit à plus, n'est-ce pas ? Il ne pouvait pas espérer à plus. Parce qu'il était puni. Coupable. Misérable.
« Tu n'es pas un chien », répondit-il, les sourcils quelque peu froncés alors qu'il essayait de comprendre. Mais il ne comprenait pas. « Te lasser ? », il haussa les sourcils, totalement confus. En soit, n'était-il pas lassant, Jae Min ? N'était-il pas ennuyeux, Jae Min ? Sa mère lui avait toujours dit qu'il l'était. « Tu finiras quand même par te lasser. Non ? », il bougea brièvement les épaules, les lèvres à peine pincées, perplexe. « Je sais pas arrêter le temps », il rit, léger, discrètement, finement, et secoua son visage comme s'il n'y croyait pas. Il n'avait pas ce pouvoir. Il n'avait pas de pouvoirs tout court.

Un petit souffle surpris le quitta en se sentant attiré. Il ne broncha pas, se laissant faire, le rouge à nouveau présent aux joues alors qu'il se calait tout de même plus confortablement. Sa main se posa sur son avant-bras, ses phalanges serrant doucement quelque peu sa peau. Un frisson longea son dos. « Il t'emmène ailleurs ? Il t'emmène où ? », demanda-t-il dans un petit rire. Il ne comprenait pas. Il cligna les yeux en perdant de la chaleur et sa main attrapa mécaniquement celle du plus âgé, ses doigts s'attachant délicatement aux siens, comme s'il avait peur qu'il disparaisse soudainement. Il souffla doucement, détendu, se posant un peu plus contre lui même s'il était sans doute déjà au maximum. Uj Syan avait bien chaud. « Je vais pas dormir si toi t'y arrives pas », déclara-t-il dans un bâillement discret. Il n'allait pas le laisser seul. « Tu veux qu'on discute ? », le questionna-t-il, basculant son visage sur le côté pour tenter de le voir. Il bailla, moins discrètement cette fois. « Pardon », qu'il souffla avant de se pincer les lèvres. Et après de longues secondes d'hésitation, il se tourna vers lui, gardant le moins de distance possible entre eux. « T'es pas fatigué toi ? », questionna-t-il en clignant rapidement des yeux, baillant à nouveau.
AVENGEDINCHAINS


Souviens-toi de moi
La froideur de cette solitude se propage indéfiniment rappelant la chaleur de ces souvenirs me traversant. Paralysant, me pétrifiant, en apathie, en léthargie... Je ne suis que prisonnier ici
avatar
Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 161
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1305-bad-rabbit

Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 161
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29


Im Uj Syan
Rang Rabbit

✮ MESSAGES : 161
✮ DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 01/09/1989
✮ AGE : 29
Mar 27 Nov - 10:16
anonymous


"Tu dis pas mal de conneries tu sais..." qu'il chuchote pas loin de son oreille alors qu'il sent la maigre chaleur du plus jeune contre lui, frissonnant d'un désir inavoué, ses yeux se fermant près de ses mèches de nuque. La pression courte qu'il a imposé à son corps se fait plus douce et moins présente , pour un temps du moins. Il aimerait quand même comprendre pourquoi ce blondinet ne le fout pas à la porte comme n'importe qui l'aurait fait. Il voudrait juste comprendre aussi pourquoi il ne semble pas choquer de ce contact , qui est tout sauf naturel en soi. Bien sûr qu'il sait arrêter le temps, il le fait sans même s'en rendre compte en réalité, et Ujsyan est le seul à s'en rendre compte. C'est un peu comme Alice qui rentre dans un monde étrange mais pour ses habitants tout parait pourtant normal, parce qu'ils ont l'habitude d'y vivre. C'est aussi simple. Toute anormalité l'est quand on y est né et quand on a l'habitude de ces choses là. Ce qui expliquait aussi la nature atypiquement violente de Ujsyan, pour qui sa nature n'était pas anormale. Il avait juste été formaté de la sorte et voir une créature comme Jaemin le supporter , c'était en ça l'atypie pour lui, qui n'avait été habitué qu'à fréquenter ces potes et ce milieu d'ultra-choc. Un anti-héros. L'exemple même à qui il n'arrive que des merdes mais dont personne ne s'inquiètent parce qu'il est fort, solide et qu'il se relève peu importe les problèmes, mais c'est tellement plus que ça. Tellement plus qu'un simple fait. Tellement plus compliqué d'être fort que faible, tellement plus facile de fuir que de se battre. Les gens normaux diraient que la violence n'est pas une solution, mais en luttant on survit et plus rien n'a d'importance après, parce que tout nous parait si pâle. Pâle au point qu'on ne veuille se lier à plus grand chose qui vaille le coup. Les musiques qui nous font pulser, tout autant que les âmes, doivent avoir des couleurs bien particulières. Celles qui retiennent l'attention de ceux trop abîmés. Ujsyan était de ceux là et Jaemin de ces couleurs sur lesquelles on ne peut pas passer comme ça.

"J'n'ai pas envie de dormir quand je suis contre toi..." qu'il souffle en passant sa main sur le ventre de Jaemin, se collant à lui, derrière lui. Un gros câlin, comme pour absorber totalement sa vie, jusqu'à la moindre cellule de trop, tout ce qu'il aurait pu lui donner. A lui. Il voulait tout. "choisis un sujet..." Il marque un moment de pause et une question lui vient. "T'as une petite amie?" Non parce que si c'est le cas, il va devoir trouver le moyen de s'en débarrasser. On tombe si vite d'un pont. Sous une voiture? Il serait capable d'aller la trouver, de la traumatiser jusqu'à ce qu'elle en pleure, qu'elle lui dise que ok, elle ne foutra plus les pieds sur son territoire. Oui parce que désormais, il pose son veto sur lui. Il en a rien à foutre qu'il ne soit potentiellement pas d'accord. Il l'a décrété et au diable ce qu'il pourrait dire ou donner comme argument, ils ne pèseront pas lourd. Ça pourrait paraître injuste, mais Ujsyan l'est quelque part et les animaux ne comprennent pas les injustices quand ils les commettre, trop habitué à les subir eux-même. Tout reproche n'aurait été que fumée à ses yeux et cette donzelle si elle existait , en deviendrait aussi.




avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 232
✮ DATE D'INSCRIPTION : 14/09/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 09/09/1998
✮ AGE : 20 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1172-yoon-jae-min-avancer-dans-ce-monde-est-devenu-irrespirable

Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 232
✮ DATE D'INSCRIPTION : 14/09/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 09/09/1998
✮ AGE : 20 ans.


Yoon Jae Min
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 232
✮ DATE D'INSCRIPTION : 14/09/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 09/09/1998
✮ AGE : 20 ans.
Mar 27 Nov - 21:25

Respiration finement arrêtée. Souffle étrangement coupé. Il s'humecta les lèvres dans un silence, et expira dans un son sinueux, râpé, raté. « Je sais », qu'il brisa l'air ambiant de ces mots, des syllabes à peine audible, une esquisse fine et légère aux lèvres qui n'exprimait rien, même si Uj Syan ne pouvait pas le voir. « Je suis désolé », qu'il ajouta dans le même ton. Doucement. Lentement. Comme s'il murmurait un secret qu'il gardait depuis bien longtemps. Il le savait, qu'il disait n'importe quoi. Sa mère lui avait répété bien souvent et le lui répétait encore quand elle en avait l'occasion, quand elle commentait la conversation qu'il avait eue avec une cliente au salon, par exemple. Si en plus Uj Syan le disait lui aussi, cela voulait dire qu'il n'y avait vraiment rien d'intéressant qui sortait de sa bouche. Un constat plutôt humiliant. Une conclusion logique cependant. Un petit frisson roula sur ses bras et le long de son dos, et il ne saurait dire si c'était le froid qui courait sur lui ou si c'était ce dégoût qui s'exprimait librement. Ce dégoût qu'il avait pour lui-même. Comme si son corps confirmait ses pensées. Comme si son corps lui hurlait la vérité. Comme si sa propre enveloppe charnelle ne le supportait plus.  Pourquoi n'était-il pas plus... Non, peut-être moins... ? Comment devrait-il être ? Que devrait-il dire ? Ses lèvres s'écartèrent dans une douce inspiration, se refermant au ralenti la seconde suivante, le regard bas, fixé sur un point invisible. Honteux, coupable, gêné et désolé. Des mots qui le caractérisaient toujours un peu trop bien, un peu trop fortement. Au moins Ha Sun aurait des choses intéressantes à dire, des questions importantes à poser, des problèmes alarmant à soulever. Lui non. La preuve. Et il était tellement envers Uj Syan. Désolé qu'il soit obligé de le supporter. Pourquoi restait-il ? Pourquoi ne s'en allait-il pas ? Il pouvait laisser Jae Min, il comprendrait, il ne lui en voudrait pas. C'était l'action naturelle à prendre. Le mouvement à faire. Le coup à jouer. Il ne s'en voudrait qu'à lui, comme à chaque fois, comme maintenant, comme hier, comme demain.

A ses mots suivant, il haussa simplement les sourcils dans une moue perplexe, gardant ses lèvres scellées pour se retenir de poser une question. Ou même deux. Pourquoi n'avait-il pas envie de dormir ? Et que voulait-il faire, alors ? Soudainement soucieux d'articuler trop d'interrogations, trop de choses erronées, il resta muet, profitant de la chaleur du plus âgé en se calant encore un peu mieux, encore un peu plus près. Il cligna des paupières. Un sujet ? Il bougea quelque peu son visage, ses joues rougissant un peu, ses phalanges glissant entre celles d'Uj Syan pour jouer avec. « Non », qu'il dit, avant qu'un léger rire ne vienne rouler dans sa gorge. « J'ai pas de petit-ami non plus », il secoua son visage comme pour appuyer ses paroles, un ton amusé vibrant dans sa gorge. Il fronça les sourcils, les pommettes encore plus rosies qu'avant. Il se racla la gorge, mouvant maladroitement ses épaules, embarrassé. « Et toi ? », qu'il lui demanda pour détourner la question, « Je veux dire... t'as une petite amie ? », précisa-t-il, ses doigts jouant plus nerveusement avec les siens.
Il devint muet ensuite. Ses doigts lâchèrent ceux du plus âgé pour se poser sur son avant-bras, tapotant doucement la peau présente ici, frôlant cette douce chaleur qui émanait de son corps. Un fin soupir de bien-être effleura sa bouche après quelques secondes, alors qu'il savourait, profitait, s'enveloppait de cette chaleur. Chaleur réconfortante, apaisante, sécurisante. Il aimait ce qu'elle lui apportait. Ses phalanges glissèrent à nouveau jusqu'à sa main, l'attrapant délicatement, il la serra quelque peu, serrant un peu son bras, comme pour le rapprocher un peu plus, comme pour se couvrir totalement de son corps dans un ronronnement satisfait.
AVENGEDINCHAINS


Souviens-toi de moi
La froideur de cette solitude se propage indéfiniment rappelant la chaleur de ces souvenirs me traversant. Paralysant, me pétrifiant, en apathie, en léthargie... Je ne suis que prisonnier ici
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos partenaires et amis
Rends leur une petite visite !