Partagez
Aller en bas
avatar
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 32
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2018


✮ AGE : 22 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1410-min-hyun-tae-like-it-doesn-t-hurt#27779

Rang Puppy

✮ MESSAGES : 32
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2018


✮ AGE : 22 ans.


Min Hyun Tae
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 32
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2018


✮ AGE : 22 ans.
Mar 6 Nov - 18:40
we'll always be there for each other, right?Hyun Tae & Matthew
── « Rp Flashback - Arrivée à Séoul environ trois mois auparavant, le 26/08/18, 18h16. »

Si pour la plupart les heures d'avion étaient longues et ennuyeuses, toi, tu souhaitais ne jamais atterrir. Rester ainsi, planant dans l'air, loin du monde et loin de la réalité. C'était comme un instant suspendu, un moment d'aisance et de calme. Ton corps entier brûlait, souffrait, pourtant, pour la première fois depuis des années, tu te sentais enfin complètement détendu. C'était terminé et tu le savais. Cela faisait si longtemps que tu subissais chaque jour passé sur cette terre que tu ne te souvenais plus de quoi que ce soit d'autre. Il était étrange de se dire qu'alors que tu allais droit vers l'inconnu, avec pour seule certitude et assurance la présence de ton meilleur ami, tu te sentais plus apaisé que lorsque tu devais rentrer chez toi, chez elle, avant. C'était un nouveau départ. Tu savais que ce ne serait pas facile, mais c'était toujours mieux qu'autre chose. Quelques heures plus tôt, tu étais dans la salle de bain, le sang refusant d'arrêter de couler de ton nez, de nombreux hématomes se formant déjà par-ci et par-là. Cette soirée avait de loin était l'une des plus violentes qu'il te fût arrivé de voir. Forcément, elle venait de perdre son fils. Quand bien même elle se foutait royalement de lui sur le point affectif, sa fierté en prenait un coup. Puisqu'il n'était plus là, c'était toi qui avait pris. Tu t'étais fait cogné contre la table, poussé, tiré les cheveux, frappé. Jusqu'à ce que finalement, elle se fatigue et décide d'aller boire un verre au bar. Ce n'était pas plus mal, au moins, tu étais seul. Tu avais hésité. Tu avais regardé la fenêtre, tu t'étais demandé si sauter serait si terrible. Tu t'étais demandé si peut-être, ce n'était pas tout simplement ta seule issue. Mais tu avais repensé à quelque chose. Ou plutôt à quelqu'un. Tu te revoyais alors prendre le téléphone en tremblant, l'objet glissant contre tes mains rougies. Tu l'avais appelé en le suppliant de t'aider. Honnêtement, tu avais dû paraître pitoyable, ta voix tremblante et rauque, altérée par la crise de sanglots qui t'avait prit à ce moment là, en entendant ton ami décrocher.

Si sur le coup, tu n'avais pas hésité une seule seconde lorsque Matthew t'avais dit de venir le rejoindre à Séoul, dans l'avion, tu commençais à stresser. Cela ne faisait qu'une semaine que tu avais reprit contact avec Matthew. Pourtant, tu avais l'impression que tout était comme avant. Si lui ne t'en voulait pas, toi, tu t'en voulais. C'était ce que tu te répétais en boucle. Après tout, tu l'avais laissé sans nouvelles pendant presque quatre ans. Après autant de temps, votre amitié pouvait-elle toujours être intacte ? Tu n'en étais pas certain. Tu étais terrorisé, au fond, même si tu refusais de l'admettre. Après tout, tu avais plus d'une raison de stresser. Tu devrais te réhabituer à vivre normalement, te remettre du traumatisme. Espérer que ton meilleur ami soit toujours ton meilleur ami. T'adapter à un nouveau pays, tourner la page. Toutes ces choses à faire t'effrayais, tu n'étais pas certain d'être à la hauteur. De toute manière, tu n'allais pas faire demi-tour. Une fois l’atterrissage effectué, tu tournais dans l'aéroport, cherchant désespérément ce visage familier. S'il n'était pas venu ? Si vous ne vous reconnaissiez pas ? Après tout, tu portais une capuche, des lunettes pour cacher la tonne de fond de teint qui cachait à peine tes marques, et un masque. Tu savais que tu avais perdu beaucoup de poids, que quatre ans étaient passés. Quatre ans où tous deux, vous avez grandis, passant d'adolescents à hommes.  Que se passerait-il alors ? Tu étais en train de commencer à légèrement paniquer, tentant en vain de rallumer ton téléphone déchargé, quand en relevant la tête, tu l'as reconnu. Matthew. Il avait changé. Il était grand, plus grand que toi désormais. Son visage était devenu plus adulte. Tu n'as pas vraiment eu le temps de l'observer plus longtemps. Sans même que tu ne le réalises vraiment, tu courrais déjà vers lui. Si vous aviez passé quatre ans nouvelles, la dernière fois que tu l'avais vu, vraiment vu, remontait à huit ans auparavant. Alors tu as oublié tous tes problèmes, tu as oublié tes jambes qui voulaient te tuer pour leur imposer de courir après ce qu'elles avaient subies, tu as tout ignoré. Tu t'es contenté de sauter dans les bras de Matthew, les larmes aux yeux.

❝ - Matthou ! Je suis désolé ... Tu m'as tellement manqué ... ❞

© 2981 12289 0
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 155
✮ DATE D'INSCRIPTION : 13/09/2018


✮ AGE : 21 ans
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1165-song-d-matthew-lil-baby-wants-to-fly-high#top

Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 155
✮ DATE D'INSCRIPTION : 13/09/2018


✮ AGE : 21 ans


Song Matthew
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 155
✮ DATE D'INSCRIPTION : 13/09/2018


✮ AGE : 21 ans
Jeu 22 Nov - 2:21
we'll always be there for each other, right?Hyun Tae & Matthew
── « Rp Flashback - Arrivée à Séoul environ trois mois auparavant, le 26/08/18, 18h16. »

Il était presque l'heure. Il était presque temps. Et cette attente me tuait tout autant qu'elle me prouvait à quel point je me sentais revivre rien qu'à la pensée que j'allais le revoir. Mon ami. Mon meilleur ami. Et peut être cette difficulté que j'avais éprouvé à quitter ma terre. Le Canada. A bien y réfléchir, j'avais beau dire que mon pays me manquait ce n'était en rien comparable à ce que j'éprouvais pour Hyun Tae. Notre relation était bien au delà des mots. Comment seulement expliquer quelque chose d'aussi fort .. on ne pouvait que ressentir ou s'en faire une vague idée. Et les minutes passants, je ne cessais de mordre les cordons de ma capuche.. nerveux, excité ? Peut être un habile mélange des deux.

Ma mère, elle, se contentait d'observer la scène de loin. Un café à la main, je la savais tout aussi nerveuse que moi. Mais elle respectait notre intimité et savait que j'avais imposé une limite. Depuis des années d'ailleurs. Sans m'en rendre compte. Lorsque je passais du temps avec mon meilleur ami, je n'avais de cesse de ne le vouloir que pour moi seul. Mon meilleur ami. Mon Tae'. A moi. J'étais très territorial et parfois jaloux. C'était plus fort que moi. Il était à près tout très précieux pour moi. Mon premier ami. Ma moitié. Et vivre aussi loin de lui avait été une véritable torture. Vivre sans sa présence.. sans son rire.. sans ses joues rebondies et son sourire d'ange. Comment avais-je seulement survécu dans cette solitude dans laquelle j'avais été plongé la tête la première. Et il m'était arrivé bien des fois de regretter d'avoir suivi ma famille. Égoïstement, je leur en avais voulu parfois .. et puis je m'étais habitué à la souffrance. J'étais même devenu un expert. La vie étant ce qu'elle était, je n'avais pas tout le loisir de ne penser qu'à lui. Mon meilleur ami. Non la torture que je subissais quotidiennement ne manquait pas d'occuper mon esprit. Et petit à petit, mon cœur s'était enfermé quelque part. Il avait disparu noyé dans un torrent de douleur .. une douleur qui avait fini par m’anesthésier tout entier. Par me rendre moins souriant. Par me rendre fuyant. Par me rendre tout bonnement incapable de gérer cet aspect social si déterminante pour le bon développement de sa personne.

Alors il fallait comprendre que ce n'était pas simple pour moi. Le visage à moitié caché par ma capuche, les mains perdues dans ces manches trop longue, je gardais les yeux rivés sur le panneau d'affichage. Je mordillais ma lèvre nerveusement et je faisais les cents pas. C'était interminable. Ce temps qui ne défile jamais à la vitesse que l'on souhaite. Et plus je tournais en rond, plus les images de notre enfance défilaient devant mes yeux. Tout me revenait en mémoire et je me trouvais stupide de ne pas y avoir pensé un peu plus souvent ses derniers mois. Un sourire étirant bientôt le coin de mes lèvres, j'avais hâte. Tellement hâte. Je répétais son nom dans ma tête. Je hurlais intérieurement. Je trépignais d'impatience et puis finalement à moitié affalé contre les rambardes, mes prunelles luisaient avec une certaine tristesse. Ce coup de fil. Mon cœur ce soir là avait bien cessé de battre pendant quelques instants. Ce premier contact en quatre ans n'avait pas été des plus joyeux. Bien au contraire. Je ne m'étais jamais senti aussi mal.  Et je n'avais jamais autant éprouvé de haine envers une personne.. moi qui ne connaissais même pas ce mot, trop habitué à cette éternelle et stupide tolérance. Les autres paraissaient toujours pardonnables. Mais cette femme ne l'était pas et ne le serait probablement jamais à mes yeux. Elle avait dépassé cette limite, cette frontière imaginaire que j'avais dessiné tout autour de lui un jour. Un cercle creusé dans le sable. La promesse que j'étais comme cette ligne, cette barrière. Infranchissable. Que je le protégerais de tout. Qu'il n'avait pas à s'en faire. Car pour moi notre amitié avait cette valeur là.. elle était puissante et profondément pure. Innocente. Comme ces promesses d'enfant..

" Les passagers du vol ... "

D'un coup de tête un peu vif, je quittais soudainement mes pensées alors que je cherchais des yeux ce visage que je n'avais jamais pu oublier. Mais il y avait tellement de monde. Et la foule j'en avais horreur. Baissant alors la tête, les mains plaquées contre le bas de mon sweet, je me faisais vulgairement bousculer jusqu'à ce que j'arrive à me frayer un chemin à l'écart. Paniqué, je finissais par relever la tête de peur qu'il s'égare. Hyung Tae. Plus le temps passait, plus l'idée qu'il n'ait finalement pas pris l'avion commençait à germer dans ma tête. Impossible. Cette idée là me révulsais .. et puis.

- Matthou ! Je suis désolé ... Tu m'as tellement manqué ...

Comme ça aussi simplement, il se retrouvait enfin dans mes bras. Et j'avais pu mettre le temps, je finissais par percuter. Je revoyais nos regards se croiser. Et puis tout s'était passé si vite. Est-ce que j'avais couru vers lui moi aussi ? Clignant furieusement des yeux, son parfum me montait déjà au nez.. Il sentait toujours aussi bon. Mais il était affreusement maigre. Mais je réprimais toute allusion pour le moment trop occupé à le serrer aussi fort qu'il m'était possible de le faire.

" ... m'as.. man..qué... aussi.. Tae'..

Bien incapable de contrôler mes émotions, je sanglotais comme un enfant alors que je sentais mon cœur palpiter de joie. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas ressenti quelque chose d'aussi positif. Et frêle tout à coup, je posais un genou à terre et puis l'autre sans le lâcher. Jamais. Plus jamais. Sanglotant au creux de son cou, je me moquais bien de ce que les gens pouvaient penser. Le monde avait cessé d'exister. Il n'y avait plus que moi et lui. Et c'était bien tout ce qui comptait.



© 2981 12289 0


Coeur abimé

Put your hand on my heart.. make it stop bleeding like a fool, pathetic thing..
avatar
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 32
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2018


✮ AGE : 22 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
http://seoulmates.forumactif.com/t1410-min-hyun-tae-like-it-doesn-t-hurt#27779

Rang Puppy

✮ MESSAGES : 32
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2018


✮ AGE : 22 ans.


Min Hyun Tae
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 32
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2018


✮ AGE : 22 ans.
Lun 3 Déc - 21:22
we'll always be there for each other, right?Hyun Tae & Matthew
── « Rp Flashback - Arrivée à Séoul environ trois mois auparavant, le 26/08/18, 18h16. »

Tu ne parvenais pas à te dire qu'enfin, tu le retrouvais. Enfin tu pouvais le prendre dans tes bras et entendre sa voix autrement que par un téléphone. Cela faisait longtemps, bien trop longtemps. Des tas de choses devaient avoir changées, des tas de choses devaient être arrivées, aussi bien pour toi que pour lui. Matthew te serrait apparemment aussi fort qu'il le pouvait. Tu aurais fait semblant de te faire étouffer, si tu n'étais pas trop occupé à pleurer contre son épaule. Les gens pouvaient bien vous regarder de travers, tu n'en avais rien à faire. Pour la première fois depuis des années, tu te sentais bien. Vous aviez toujours eu cet effet-là, l'un sur l'autre. Avec Matthew, tu t'étais toujours senti protéger et en sécurité. Tout comme toi tu le protégeais lorsqu'il en avait besoin lui aussi. Tu étais soulagé de te dire que cela n'avait pas changé. En vérité, rien n'avait changé. C'était comme si vous étiez encore ces deux gamins inconscients de tout ce qu'ils vivraient dans le futur proche. Tu le suivis dans sa chute, alors que tous deux vous vous laissiez lentement glisser au sol, sans jamais vous lâcher.

❝ - J-Je suis tellement heureux d-d-de te retrouver! ❞

Tu avais du mal à parler entre quelques hoquets, alors que tu le lâchais seulement pour essuyer tes larmes. Quand tu t'écartas un peu, tu mis tes mains sur ses joues, souriant. Il avait bien changé, le petit Matthou que tu connaissais. Tu pris un air surpris, d'humeur à la taquiner un peu.

❝ - Waouh, jamais j'aurais pensé que tu puisses devenir aussi beau, comme quoi, la puberté fait vraiment des merveilles ! ❞

Tu le regardas quelques secondes avant de finalement replongé sur lui pour un autre câlin. Pas besoin de dire qu'il t'avait manqué, il le savait déjà. De toute façon, tes gestes parlaient d'eux-mêmes. Tu te fichais bien du fait que tes côtes soient douloureuses, lorsque dans son étreinte Matthew appuyait dessus sans vraiment s'en rendre compte. Il faisait partir la douleur même lorsqu'il en était plus ou moins la cause. Cela ne te surprenait pas vraiment. Dès le premier jour où tu as rencontré Matthew, tu savais déjà qu'il serait important. Jamais tu n'imaginais qu'il pourrait l'être à ce point. Il est vrai que ces dernières années, tu avais la tête ailleurs, tu n'y pensais pas vraiment. Mais quand vous étiez plus jeunes, il ne se passait pas une heure sans que tu ne penses à lui. Vous faisiez toujours tout ensemble, que ce soit vos bêtises, vos punitions, vos sorties. C'était simple. Qui trouvait Matthew, trouvait toujours Hyun Tae avec. La séparation lorsque vous vous étiez quittés avait été difficile. Tu pensais ne jamais avoir pleuré et ne jamais pleurer autant pour ton meilleur ami. Pourtant, tu te rends aujourd'hui compte que la séparation n'était rien comparée aux retrouvailles. Tu ne sais pas si c'est dû au fait que c'est bien la première fois depuis des années maintenant que tu te sens heureux, en sécurité, mais tu avais l'impression que toutes tes émotions étaient décuplées. Tu étais lessivé, soulagé, tu voulais simplement ne plus jamais partir, ne plus jamais quitter Matthew. Lui au moins, tu lui faisais confiance. Tu savais que tu ne serais pas jugé, ni frappé, ni humilié.

❝ - Matthou, je peux te demander quelque chose...? On peut rentrer à la maison ? Je... Je suis fatigué et j'aimerais juste pouvoir m'allonger devant un film et parler tranquillement... Qu'on se fasse des papouilles et des câlins, comme on faisait quand on était jeunes... ❞

© 2981 12289 0
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos partenaires et amis
Rends leur une petite visite !