CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | .
 

 ϟ Naked Body & Exposed Souls ϟ Gabriel & Min Kyung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jeu 22 Mar - 18:55
Voir le profil de l'utilisateur


Naked Body & Exposed Souls
featuring. Gabriel & Min Kyung

C'était encore l'une de ces nuits où le sommeil n'arrivait pas à me trouver. Et tout cela malgré les deux comprimés que j'avais avalés. Ca commençait à m'inquiéter de voir que les somnifères n'arrivaient même plus à me plonger dans le pays des rêves - ou des cauchemars plutôt. C'était peut-être un mal pour un bien, j'allais peut-être mieux vivre le fait d'être fatigué plutôt que de devoir supporter ces cauchemars qui revenaient sans cesse.
Ma tête tourna au ralenti vers mon radio-réveil. Je savais quelle heure il était puisque je l'avais regardé il y a une petite minute seulement. Le temps me paraissait passer au ralenti ce soir et cette chambre me filait la chair de poule. Tout était calme pourtant, je n'avais pas de voisinage, pas de couples copulant comme des sauvages à quelques mètres de moi pour une fois. Je me levais et ouvris le rideau. Les néons tape-à-l'oeil des clubs à hôtesses scintillaient devant moi, il n'y avait pas foule dans la rue. Les mâles coréens avaient-ils trop froid pour penser à venir se réchauffer dans les bras d'hôtesses ? Je refermais d'un geste lent le rideau puis embarqua ma veste en cuir et mon écharpe.
La rue était vraiment calme, j'entendais juste crier les marchands d'odengs et la musique provenant du sex-shop.

— « Ca fait longtemps qu'on t'avait pas vu, Min Kyung ! Ca te dit de venir te réchauffer à l'intérieur avec moi ? Il fait tellement froid, tu ne vas pas me laisser me congeler dehors, hmm ? » J'offris un sourire à Min Soo, la rabatteuse du plus célèbre club de la rue. Cela faisait sept ans que j'habitais ici. J'étais si jeune à l'époque, même pas encore majeur, mais ces femmes avaient eu de la sympathie - ou alors de la pitié - pour moi et m'avaient pris sous leur aile. C'était l'une d'elles qui avait réussi à me dégoter cette chambre au motel.

— « Tu sais très bien que c'est pas avec moi que tu vas faire des affaires... »
lui dis-je avant de retourner mes poches vides. Elle me sourit et me fit une bise sonore sur la joue avant de me laisser partir.

J'errais sans but précis dans le quartier. Ca m'arrivait tout le temps, quasiment tous les soirs, c'était ma petit ballade nocturne. J'étais un oiseau de nuit, j'aimais l'obscurité, l'anonymat, l'ambiance qui était toute autre quand le soleil se couchait et que c'était les néons qui prenaient la relève.

J'arrivais près du panneau publicitaire où les habitants du quartier scotchaient leurs offres ou leurs demandes de petits boulots. Parfois, il y avait vraiment des trucs sympas à faire, j'aimais bien m'occuper des jardins des petits vieux. C'était un boulot tranquille et plutôt bien payé mais on était en hiver, ce n'était pas encore la saison du billet facile offert par un petit vieux. Je devais prendre mon mal en patience et me trouver autre chose en attendant. Une annonce colorée attira mon attention. Elle sortait du lot avec toutes ces couleurs barriolées, ça attirait le regard. Je la déscotchais du panneau afin de mieux la lire. Hmm ? Un artiste qui cherchait un modèle pour poser ? C'était précisé sur l'annonce "nu artistique" mais çe ne me faisait pas peur. J'avais pas un corps dégueulasse à regarder, j'étais largement qualifié pour ce petit boulot !!
Je sortis mon téléphone de ma veste. Il ne fallait pas tarder, c'était le genre de petit boulot sympa à ne pas rater. Gagner un billet à rester immobile pendant des heures, c'était dans mes cordes. Je composais le numéro inscrit.

— « Oh ?... Mais... » J'avais tapé les 12 chiffres du numéro et enclenché le bouton "appeler" et je fus surpris de voir le numéro se transformer en...

— « Gabriel ? Je rêve, c'est toi qui as placardé cette annonce ? » Gabriel ! Quelle coïncidence ! Cela faisait quelques semaines que je ne l'avais pas vu, il faut dire qu'il était toujours occupé. C'était un véritable artiste, habité par sa passion et qui ne comptait pas ses heures quand il était en pleine inspiration. J'avais toujours peur de le déranger mais j'aimais passer du temps avec lui alors j'allais souvent lui rendre visite dans son atelier.

— « Mince, j'avais pas vu l'heure, je te réveille pas au moins ? » J'aurais dû y penser avant de prendre mon téléphone. Il n'y avait que moi pour appeler les gens en plein milieu de la nuit. C'était ça de vivre complètement en décalé. J'espérais que Gabriel ne m'en tiendrait pas rigueur...
gabi le loup



"Bad boys ain't no good but good boys ain't no fun"
I whispered to her ear...
78 KyungSil 78

avatar
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.
Kwon Min Kyung
ϟ Unforgivable Sinner ϟ
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.

Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Mar - 13:39
Voir le profil de l'utilisateur


NAKED BODY & EXPOSED SOULS
featuring. GABRIEL & MIN KYUNG
Avec le débarquement de Ezechiel, il avait complètement oublié qu’il avait posté plusieurs annonces en quête de modèles. Cela lui était passé complètement au-dessus de la tête. Le jeune homme s’inquiétait énormément pour son aîné et nouveau colocataire. Ce dernier était absent.. Sûrement encore chez une de ses clientes.. Cela ne lui plaisait pas de savoir qu’il était loin de « lui ». Cependant, quand il n’était pas saoul, on ne peut pas dire que ses mots ou paroles ont un quelconque effet. Il joue les durs, se complait dans cette vie délirante et fort heureusement dangereuse. Il s’amuse de charmer, draguer.. Boire jusqu’à plus soif au point de ne plus savoir qui il est.. Ce n’est pas un train de vie des plus saints. Ses nuits sont devenues de plus en plus agitées. Il n’arrive pas à trouver le sommeil, particulièrement quand il est absent. Il s’imagine toujours le pire, mais comment cela pourrait-il en être autrement hein ? Il aimerait resté optimiste.. Seulement, ce serait se voiler la face, et regretter amèrement si les choses s’empirent. Il essaie de lui en parler, d’amener le sujet sur la table, mais cela se passe toujours mal et cela ne fait qu’enfoncer un peu plus cette plaie béante dans son coeur. Il était sortit pour taguer, laisser aller ses émotions graves qui s’entrechoquent en lui si violemment qu’il ne ferme plus l’oeil de la nuit si ce n’est quand il est là et encore, quand il n’est pas dans un état égal à celui où, il s’était trouvé quand il a débarqué chez lui. Il continuait ses activités à côtés, mais avait zappé ce concours et cette vente aux enchères qui étaient organisées sous ce thème. Au début, cela ne lui plaisait pas, car il était pudique même si, il était d’accord de considérer le corps humain comme une œuvre d’art à part entière. Il y avait des personnes dont les traits étaient tellement bien dessinés, qu’il se demandait s’ils n’ont pas été sculptés d’une main de maitre par un sculpteur.

Disons, qu’il ne pourrait pas se considérer comme un artiste complet s’il n’essayait pas de faire un minimum d’effort dans un autre genre.. Sortir de sa zone de confort ne ferait que le faire grandir. Il en était persuadé, raison pour laquelle il s’était jeté à l’eau. Evidemment c’était en moyennant de l’argent. Il s’était engagé à payer des personnes pour qu’elles posent nues pour lui et ce, depuis près d’une semaine, peut-être plus même, mais jusqu’ici, il a fait chou blanc.. C’est don rangeant son matériel dans son sac à dos, qu’il se recula de quelques pas pour admirer sa nouvelle œuvre d’art qu’il avait presque terminé. Il valait mieux qu’il se tire avant que les autorités ne viennent le cueillir comme une fleur. C’est ainsi qu’il déambula dans la pénombre de Jongno en rasant les murs. Toutefois, il sentit son portable vibrer. Au vu de l’heure, il crut au début qu’il s’agissait de son meilleur ami alors, il décrocha sans même regarder le correspondant.. L’apporte à son oreille avant de l’écarter rapidement quand il entend une forte exclamation à l’autre bout du fil.

« Minnie ? Min Kyung ? Pourquoi tu appelles ? Une annonce de quoi tu parles ? »

Il se masse une de ses tempes tout en fronçant les sourcils. Il est en train de se demander si lui aussi n’avait pas trop bu et qu’il fallait qu’il aille le chercher dans un bar du coin. Il continue de s’avancer et, finalement à la question de son seul autre véritable ami en dehors de Zechie, lui donna le sourire. Il était vraiment adorable, il a vraiment été d’une grande aide pour lui, et à chaque fois qu’il le voit, il ne peut s’empêcher de lui des courses pour lui remplir son frigo. Il adorait passer du temps avec son cadet, disons qu’il ne savait pas du tout comment le remercier pour avoir été là, dans les moments difficiles alors que tout le monde lui avait tourné le dos.

« Ne t’en fais pas, je suis dehors, j’avais besoin de prendre l’air et j’avais l’inspiration pour décorer les murs si tu vois ce que je veux dire. »

En effet, les murs ont des oreilles et il n’avait pas envie de prendre le risque qu’on sache ce qu’il faisait. Le street art n’était pas aussi bien considéré qu’on pourrait le croire à Séoul… Particulièrement même, dans cette ville pour tout vous dire. En attendant, il finit par reprendre :

« Alors dis-moi, quelle est la raison de ton appel, tu me parlais d’une annonce.. Rien de grave j’espère ? »

Il était vraiment inquiet pour ce dernier. Il ne souhaitait pas qu’il lui arrive malheur. Il sent qu’il a aussi été marqué par la vie. Il y a des personnes dont on sait immédiatement si elles ont ou non des blessures, mais il ne lui a jamais posé de questions, comme lui a respecté son silence concernant la raison qu’il s’est retrouvé piégé dans un fauteuil. Il était bien heureux de pouvoir remarcher.

« Je me rends au petit appartement que je loue pour mes peintures à Jongo.. Si tu es de sortie, on peut se retrouver là-bas qu’en dis tu ? Je te donnes pas l’adresse, tu la connais déjà pas vrai ? »
gabi le loup



I can't fight this feeling any longer. And yet I'm still afraid to let it flow.
What started out as friendship, Has grown stronger.
I only wish I had the strength to let it show.


avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans
Loyard Gabriel
The weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strongThe weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strong
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans

Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Mar - 22:41
Voir le profil de l'utilisateur


Naked Body & Exposed Souls
featuring. Gabriel & Min Kyung

J'étais super intéressé par cette petite annonce, en fait j'étais intéressé dès qu'il s'agissait de pouvoir gagner un peu d'argent. J'avais comme objectif de pouvoir bouger de ce taudis dans lequel je vivais mais, même si j'avais un emploi stable, je n'avais aucun garant et personne ne voulait me louer de petit appartement à cause de ça. Le seul moyen c'était de montrer un joli compte en banque alors j'économisais chaque centime de won que je pouvais. Ca faisait sept ans que je vivais dans la chambre de ce motel, le seul endroit qui avait bien voulu de moi, mais je commençais à arriver à saturation. J'avais besoin de calme et surtout d'espace, d'avoir des murs plus épais qu'une feuille de papier, d'avoir un endroit où je pourrais enfin inviter mes potes. J'étais le plus vieux, j'avais un "chez moi" mais je ne pouvais même pas les inviter à passer la soirée à boire et à délirer. J’étais sensé être un exemple pour eux mais je n’avais aucune envie que mes potes suivent le même chemin que moi, j’étais un loser et je le savais. La vie que je menais ne pouvait faire rêver personne.
Je n’avais jamais aimé les études. En cours, ça avait toujours été moi le plus dissipé. Si Yoon et Jae avaient parfois terminé en colle, ça avait toujours été de ma faute, j’étais le trouble fête du groupe. Je voulais pour eux le meilleur et je m’étais souvent dit que quitter leur vie aurait été le plus beau des cadeaux que j’aurais pu leur faire. Parce que je les avais entraînés dans pas mal de mes conneries… Mais il fallait croire que j’étais un sacré égoïste. Je m’accrochais à leur amitié comme un soulard à sa bouteille de vin, je ne me voyais pas vivre sans eux, ils étaient mes rayons de soleil et d’espérer. Alors la seule chose de bien que je pouvais faire pour eux, c’était les encourager à ne pas devenir comme moi, à ce qu’ils ne deviennent pas des ratés de la vie. J’étais fier de leur parcours, de les voir réussir à la fac, là où moi j’avais échoué presque dès le début. Yoon était un as du dessin, Jae Hyun avait sa voie toute tracée dans la photographie. Il n’y avait que moi qui errais sans but dans la vie, dans la nuit. Comme cette nuit… Mes pas m’avaient amené à la limite de Hongdae et Jongno, je déambulais tel un fantôme dans mon quartier, invisible pour la majorité des passants. Je n’étais qu’une ombre sans âme qui se faufilait dans la nuit à la recherche d’une quelconque lumière.
Les quelques lignes de cette petite annonce me faisaient miroiter quelques wons salutaires. Plus je gagnais et plus vite je pourrais quitter cet endroit. Je n’acceptais pas n’importe quel petit boulot, attention, malgré mes nombreux défauts, j’avais gardé ma droiture. Rien d’illégal. Je pouvais remercier Jae et Yoon pour ça, parce que sans eux je ne serais sûrement pas devenu ce mec bien… Je souriais à cette pensée, un sourire douloureux, amer, un sourire qui me faisait plonger la main la première dans la poche de mon pantalon pour en sortir un briquet argenté qui brillait de mille feux à la lumière des néons. Un mec bien… Moi ? Si ce briquet pouvait parler, il en aurait de vilaines choses à dire sur mon compte.
Je le remis tout doucement en place dans ma poche alors que les bics du téléphone retentissaient dans mon oreille. J’avais du mal à croire que j’avais Gabriel au bout du fil. Si c’était une coïncidence, c’était une belle et sacrée coïncidence. Je levais les yeux au ciel alors que je l’entendais m’appeler Minnie. Il n’y avait que lui qui le faisait, il n’y avait que lui que je permettais de commettre une telle offense. Yoon et Jae auraient eu droit à une sacrée claque derrière le crâne s’ils avaient osé m’appeler comme ça une seule fois. Mais Gabriel, je le laissais faire… parce qu’il était mon hyung. Le seul hyung que j’avais dans ma vie. J’étais le hyung de Jae Hyun et Yoonie et ça m’avait soulagé d’avoir à mon tour quelqu’un de plus âgé que moi qui m’avait guidé dans ma vie. Gabriel était rentré à temps dans mon existence, à un moment clé. Il avait cette qualité d’écoute incroyable et je pouvais absolument parler de tout avec lui. Même si j’étais un salaud et que la vie ne m’épargnait pas, on m’avait fait un sacré cadeau en me mettant une personne telle que lui sur mon chemin.

— « L’annonce… Placardée partout dans le quartier, c’est toi n’est-ce pas ? » Je ne pouvais pas l’avoir inventée, sinon je ne serais jamais tombé directement sur lui en composant son numéro. J’avais eu peur de l’avoir réveillé mais Gabriel me rassura en me disant qu’il était en train de commettre ses méfaits made by Okami sur les murs de la ville.

— « T’inquiète, j’ai parfaitement compris ce que tu voulais dire… Et non, rien de grave, juste cette annonce qui m’a interpellée et… je ne pensais vraiment pas tomber sur toi en composant ce numéro. Si tu n’es plus occupé, on peut se voir ? »

Cela faisait longtemps que je n’avais pas passé de temps avec lui et je réalisais tout à coup qu’il me manquait et que j’avais peut-être besoin de lui… Surtout en ce moment parce que j’avais les idées un peu noires.

— « Ton petit appartement ? Non, pas besoin de l’adresse, je sais parfaitement où c’est. J’arrive dans dix petites minutes, je suis pas loin de Jongno. A tout de suite, hyung ! » Je raccrochais et mon allure augmenta, je n’étais qu’à quelques rues de lui. C’était comme si un phare venait de s’allumer dans la nuit. J’allais rejoindre mon guide, pas vraiment spirituel, mais Gabi était comme un guide dans ma vie. S’il n’avait pas été là lui aussi, surtout à cette période critique de ma vie, j’aurais été capable de fair des conneries.

Je toquais à la porte avant de l’entrouvrir.

— « Hyung, t’es là ? » Je pénétrais à pas feutré dans l’appartement en espérant ne pas être arrivé le premier.
gabi le loup



"Bad boys ain't no good but good boys ain't no fun"
I whispered to her ear...
78 KyungSil 78

avatar
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.
Kwon Min Kyung
ϟ Unforgivable Sinner ϟ
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Mar - 17:18
Voir le profil de l'utilisateur


NAKED BODY & EXPOSED SOULS
featuring. GABRIEL & MIN KYUNG
C’était bizarre comme le hasard faisait bien les choses. Ou du moins que lorsque on était au plus mal, il y avait toujours une petite lumière qui permettait de vous garder la tête hors de l’eau. Il fut surprit que Min Kyung l’appelle, mais il semblerait que cela en soit de même pour l’autre au bout du fil. Il sourit à cette pensée, bien qu’il avait l’esprit rempli de Ezechiel, qu’il avait du mal à se rendre compte ou comprendre de quoi lui parlait son ami. Minnie était vraiment un garçon adorable, même s’il avait de suite remarqué qu’il portait des cicatrices et des blessures beaucoup plus profondes qu’on ne pourrait le croire. Peut-être, qu’à cause de son accident, d’avoir été meurtri et abandonné à plusieurs fois, il avait ce dont de détecter les personnes qui souffrent comme « lui ». C’est ce qui l’a poussé à aller vers lui dès qu’il l’avait vu à l’hôpital.. Perdu et assis au milieu d’autres patients ou membres et amis d’un malade. Il lui avait sourit et lui avait même apporté un chocolat chaud pour tenter de lui redonner le sourire. C’est ainsi qu’est né leur amitié bien qu’il était coincé dans ce fauteuil. Il ne sait plus exactement ce qu’il lui a dit, surtout des bêtises afin de pouvoir éclairer ce facies des plus sombres. Gabriel s’était toujours battu comme il le pouvait. Il n’avait pas voulu inquiéter sa mère qui a pleuré pendant la journée entière.. Et qui s’excusait d’être si faible face à son père… Il avait compris qu’elle s’inquiétait pour « lui » malgré la distance, qu’elle s’était réellement pliée pour lui afin qu’il soit pris en charge par d’autres médecins.. Juste le fait qu’elle semblait être la seule à s’inquiéter de son état, de savoir que le jeune homme qui l’avait pris.. N’avait eut personne pour le pleurer… Malgré sa condition passé, il s’estimait heureux de compter pour quelqu’un.. Bien que sa vie.. Il avait voulu plusieurs fois l’abandonner. Toutefois, c’était aussi en la mémoire de cet inconnu qu’il s’était battu. Pour qu’il continue d’exister dans ses souvenirs… Malgré tout, tout comme la lune, il préférait ne pas montrer ses blessures… Il rayonne pour éclairer les autres, les écoute, mais quand il s’agit de « lui ».. C’est une grande histoire… Il revient rapidement sur terre quand, la voix de son ami le ramène sur la planète terre en répondant à son annonce concernant…

« AH ! L’annonce pour trouver un modèle pour une peinture de nue ? Si si c’est bien moi !!! Désolé, j’avais complètement zappé, n’ayant pas eu de réponses.. Attends.. Tu es partant pour être mon modèle ? »

D’un côté, c’était plus sûr pour un pudique et puceau comme lui. Au moins, ce n’était pas un étranger sur lequel il pourrait craquer, mais d’une certaine façon… C’était étrange de voir son ami sans vêtements, surtout que malgré la couche de vêtements qu’il portait, il pouvait aisément deviner ces derniers. Non pas qu’il avait le compas dans l’oeil quoi que, pour la beauté des autres, il l’avait il… Il était heureux d’être seul, parce que sinon son ami le verrait en train de rougir. Il finit par presser le pas et, jusqu’à cet appartement d’une chambre, salle de séjour donnant directement sur la cuisine avec une fenêtre donnant sur la cour et la rue. Il y avait une salle de bain et un wc séparé. C’était simple.. Mais, il y avait l’espace suffisant pour qu’il puisse dormir là-bas.. De quoi manger et assez pour accueillir deux trois personnes maximum. Il ne pouvait pas inviter pleins d’amis, mais c’était tranquille et puis, excepté l’homme qu’il a au bout du fil, il ne connaît personne d’autres. Enfin si, mais il ne se voyait pas invité Ezechiel. Il y avait une table basse et des coussins pour manger dans la salle de séjour qui était vraiment grande. Puis, le prix n’était pas si excessif que cela. Il continue de parler et finit par dire :

« Pas de problèmes, je suis aussi sur le chemin donc on se dit à tout de suite dans mon petit appartement Minnie!  »

Cela lui faisait toujours drôle d’être surnommé « hyung », mais puisqu’il était le seul à le surnommer ainsi, cela lui faisait toujours très plaisir. Il avait l’impression de compter pour une autre personne et cela le poussait toujours à vouloir aller de l’avant, malgré que sa vie soit devenue depuis quelques temps un véritable foutoir. Il se dépêcha et s’arrêta à un restaurant chinois pour prendre à emporter. Il ne sait pas si son dongsaeng avait mangé, mais au vu de l’heure qu’il était, ce serait toujours agréable de pouvoir manger quelque chose. Gabriel faisait toujours attention à ce qu’il y ait de quoi manger dans son frigo de son appartement, le fait de partager son loyer et les courses dans son appartement principal.. Il se disait qu’il pourrait acheter un local, un vrai … Quant au petit appartement qu’il a côté… Il l’avait acheté, donc il n’y aurait que les factures d’électricité, d’eau, de gaz et de téléphone ainsi que les charges comme le nettoyage des couloirs ou bien les poubelleurs.. Mais… Il faudrait qu’il en parle à son dongsaeng. Les bras chargés de courses, une fois qu’il a payé, il se dépêcha de se rendre à son appartement de Jongno, ne voulant pas trop inquiéter son ami. Il avait laissé la porte ouverte, puisque le concierge de l’immeuble faisait vraiment bien attention à ce qu’il n’y ait pas de voleurs.

Quand il se dirigea vers son appartement en marchant d’un pas rapide, il vit que la porte était ouverte, heureusement qu’il s’était rapproché d’ici, pour faire ses « méfaits ». Ouvrant de nouveau la porte les bras chargés, il allume la lumière pour surprendre son hoobae, légèrement essoufflé. Il se plia un peu, se maintenant grâce à ses genoux pour récupérer un peu d’oxygène :

« Désolé.. J’espère que je ne t’ai pas fait trop attendre et pour me faire pardonner ! J’ai emmené de la bouffe ! Chinois ça te va avec une bière ? »

Dit-il avec un sourire brillant. Il pouffe doucement, pousse la porte avec un coup de pied et ôte ses chaussures à l’entrée pour se diriger vers la petite table au milieu des coussins. Il y avait le strict minimum d’aménagement.. Puisque, ce n’était qu’un lieu secondaire et pour le travail, mais il y avait malgré tout de quoi faire. Plusieurs toiles étaient posées au sol contre le mur. Des neutres comme des finies.. Tout son matériel s’y trouvait aussi. Otant sa veste, il se retourne vers son Minnie.

« Je suis surpris, mais aussi heureux que ce soit toi qui répondes à mon annonce. Et puis, je suis vraiment heureux de te voir.  »

Il l’observe un moment, s’avance vers lui et pose le dos de sa main contre son front après avoir enlevé les lanières de son sac à dos de bombes et autres de peinture, d’acrylique, etc... Tout comme sa veste qu’il accrocha aux portes manteaux :

« Tu n’as pas de fièvre. Tu as une petite mine dis moi.. J’ai bien fait de prendre à manger. Si quelque chose ne va pas dis-le-moi. Tu sais que tu peux tout me dire non ? Tu n’as pas d’ennuies vraiment ? »
gabi le loup



I can't fight this feeling any longer. And yet I'm still afraid to let it flow.
What started out as friendship, Has grown stronger.
I only wish I had the strength to let it show.


avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans
Loyard Gabriel
The weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strongThe weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strong
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans

Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Mar - 12:44
Voir le profil de l'utilisateur


Naked Body & Exposed Souls
featuring. Gabriel & Min Kyung

Pas de réponse. Est-ce que j’étais vraiment arrivé là le premier ? Je me déchaussais et laissais mes baskets dans la petite entrée de l’appartement afin de ne rien salir. J’étais venu très rarement dans cet appartement, je cherchais à tâtons l’interrupteur pour pouvoir y mettre un peu de lumière mais je ne le trouvais pas.

— « Hyung ? » répétais-je au cas où Gabi soit là et qu’il soit resté dans le noir, mais je n’obtenais toujours aucune réponse, j’étais vraiment arrivé le premier. Je me tenais contre le mur pour me guider, si je me souvenais bien, il suffisait d’aller tout droit pour arriver dans le salon. Je faillis trébucher à cause d’une petite marche et je lâchais un juron bien senti contre cette fichue marche qui venait de m’exploser les orteils.

Lorsque la lumière apparut soudain dans la pièce, je me retournais avec une main sur le coeur. J’expirais une profonde bouffée d’air, rassuré de voir la tête de Gabriel apparaître sous mes yeux.

— « Hyung, tu m’as foutue une de ces trouilles ! Depuis quand t’es devenu un pro dans l’art de la dissimulation ? Je t’ai pas entendu arriver ! » Je savais qu’il était quelqu’un de plutôt discret, surtout depuis que je connaissais ses agissements en tant qu’Okami. Il se devait d’être le plus invisible possible pour ne pas se faire repérer par la police quand il peignait ses oeuvres sur les murs de la ville mais j’étais vraiment surpris de ne pas l’avoir entendu arriver dans l’appartement.

— « T’as couru ? T’étais si pressé de me voir ? » J’avais posé la question en riant en le voyant plié en deux pour retrouver sa respiration. « J’ai pas eu le temps de t’attendre, t’inquiète pas, je viens à peine d’arriver. » Je n’avais plus besoin de partir en exploration à la recherche de l’interrupteur, c’était beaucoup mieux maintenant qu’il y avait la lumière. Bière ? Bouffe ? Gabriel venait de prononcer les mots magiques ! Je n’avais pas mangé grand chose, encore une fois, ce soir et mon estomac n’allait pas rechigner à manger enfin de la vraie nourriture parce que je carburais dernièrement seulement avec des pots de nouilles instantanées.

— « Tu pouvais pas faire plus plaisir à mon estomac ! » J’en salivais déjà d’avance. Je rendis son sourire à Gabriel alors que je le regardais en train de se déchausser et de fermer la porte derrière lui. Cela faisait bien longtemps aussi que je n’avais pas partagé mon repas avec quelqu’un, rien de penser à ça me mettait le baume au coeur. J’allais passer un bon moment en compagnie de Gabriel.

— « Attends, laisse-moi t’aider. » Je le voyais se bagarrer avec tous les sacs qu’il portait, dont ses sacs contenant toutes ses peintures. Je lui pris les sacs plastiques contenant la nourriture et les bières d’où se dégageait une bonne odeur de riz et de nems. Je posais le tout sur la table basse et je laissais Gabriel finir de se découvrir. Je souriais à nouveau en l’entendant dire qu’il était heureux de me voir. C’était rare qu’on me disait une telle chose.

— « Je suis heureux d’entendre que je suis le premier à répondre à ton annonce. » C’était étrange que je ne l’avais pas vue avant mais le principal c’était que je sois le seul sur les rangs, j’avais plus de chances que Gabi m’engage pour ce petit boulot.  « Et moi aussi je suis content de te voir, ça fait quelques semaines non ? » J’avais parfois l’impression que Gabriel était le frère que je n’avais jamais eu, celui que j’aurais aimé avoir. Enfin peut-être pas… Je n’aurais pas voulu qu’il appartienne à la famille de cinglés que j’avais et je n’aurais pas voulu qu’il connaisse la violence de mon père et l’alcoolisme de ma mère. Je n’avais plus de réelle famille, je ne parlais plus à mes parents depuis sept ans et je ne m’en portais que mieux. Je m’étais créé ma propre famille, ma famille de coeur, dont Gabi faisait partie.
Surpris, je le voyais s’avancer vers moi. Pendant un instant, j’ai cru qu’il allait me prendre dans ses bras mais il me toucha simplement le front avec sa main. J’avais une si sale gueule que ça pour qu’il s’inquiète à ce point ?

Je ne lui répondis rien sur l’instant, préférant m’agenouiller devant la petite table basse et ouvrir les différentes boîtes en aluminium où il y avait la bouffe chinoise. Ce que venait de me dire Gabriel me faisait cogiter, je prenais conscience que mon mal être pouvait maintenant être visible aux yeux des gens. Je savais cacher les choses, cacher ce que je ressentais quand je n’allais pas bien et ça me surprenait que quelqu’un ait pu le remarquer. Mais on parlait de Gabriel et ce garçon, depuis le début, avait su me déchiffrer comme personne, il lisait en moi comme dans un livre ouvert, chacune de ses remarques faisaient mouche et me touchaient plus que de raison. Je ne pouvais pas lui cacher grand chose et ce n’était pas plus mal parce que ça me faisait du bien de lui parler, de me confier à lui, de vider mon sac de temps en temps. Je ne pouvais pas tout garder pour moi, il me l’avait fait comprendre à de nombreuses fois, sinon c’est un coup à devenir dingue et à péter les plombs.

Des ennuis…? J’avais le chic pour me tremper dedans jusqu’au cou, à croire que les problèmes me suivaient comme une ombre, même quand je n’en cherchais pas. J’essayais de ne pas les attirer, surtout en ce moment. J’avais envie de pouvoir rebondir et arrêter cette poisse qui déferler sur moi et ma vie.
D’un air absent, je décapsulais les bouteilles de bière avant d’en offrir une à Gabriel. Je buvais une gorgée en me détournant légèrement sur le côté, par respect pour mon hyung.

— « J’ai pas vraiment d’ennuis… C’est juste la vie, tu vois ? Elle s’amuse à nous mettre des obstacles, des bâtons dans les roues. J’ai l’impression qu’elle aime m’en mettre plus qu’à d’autres et que je dois me battre deux fois plus que les autres pour arriver au même point… » Je cumulais les boulots pour réussir à atteindre mon rêve, pouvoir m’échapper de la chambre de motel dans laquelle je vivais mais j’étais encore loin de mon objectif et la lumière au bout du tunnel n’était pas encore visible. C’était financièrement compliqué depuis que j’avais quitté le domicile familial mais pour rien au monde je n’aurais changé les choix que j’avais faits. J’étais beaucoup mieux sans mes parents dans la vie. Il valait mieux que je vive seul dans une chambre d’un motel pourri plutôt que de devoir supporter la violence physique et psychologique de mes parents.

Je tendis les baguettes en bois à Gabriel pour qu’on puisse commencer à manger.

— « Merci pour le repas, hyung. Un jour je t’inviterais moi aussi chez moi, quand j’aurais vraiment un chez moi. » Je plongeais tête la première dans le bol de riz, ingurgitant la nourriture comme si je n’avais pas mangé depuis des jours.

— «  Et si tu me parlais un peu de cette annonce alors ? Quand tu dis « nu artistique », c’est vraiment à poil ? » Je lui demandais ça sans gêne aucune. Pour moi, c’était comme si j’allais aux bains publics sauf que là je serais payé pour rester nu.

— « Je savais pas que tu faisais ce genre de trucs aussi… » Plus je connaissais Gabi et plus j’en apprenais sur ce qu’il faisait et c’était vraiment diversifié, entre ses fresques murales, ses toiles, ses sculptures, son boulot de nail artiste et maintenant ses croquis de nus. «  Tu veux qu’on commence quand ? Je pourrais pas être dispo tout le temps, je te préviens. J’ai du taf en ce moment avec le tournage du drama… Oh mais je suis con, tu voudras sûrement voir avant de m’embaucher ! Ca se passe comment un entretien d'embauche pour du nu artistique ? » demandais-je en plaisantant.
Je n’avais peut-être pas le corps qu’il recherchait pour son croquis, même si j’avais totalement confiance en ma plastique, je m’efforçais à faire un jogging tous les matins et des abdos tous les soirs.
gabi le loup



"Bad boys ain't no good but good boys ain't no fun"
I whispered to her ear...
78 KyungSil 78

avatar
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.
Kwon Min Kyung
ϟ Unforgivable Sinner ϟ
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.

Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Avr - 19:33
Voir le profil de l'utilisateur


NAKED BODY & EXPOSED SOULS
featuring. GABRIEL & MIN KYUNG
Il ricane un peu devant la frayeur de son cadet. Il sait qu’il ne devrait pas en rire, mais c’était plus fort que lui sur le coup. Comme pour se punir, il toussote un peu. A retenir, rire quand on est essoufflé est une très mauvaise idée. Vraiment une très mauvaise idée, seulement il ne put s’empêcher de garder le sourire face au commentaire de son cadet. L’art de la dissimulation hein ? S’il pouvait vraiment y passer maitre il en serait heureux. Quelque part, peut-être que « oui » à force de dissimuler ses sentiments à son meilleur ami qui, maintenant vivait avec lui pour le meilleur comme pour le pire.

« Qui sait ? »

Il lui offre un clin d’oeil avant de finir par reprendre sa respiration. Au moins, son « état » avait eu le don de le faire rire. Il pouffe à nouveau. Il est vrai que son hoobae lui avait manqué et ce, pour plusieurs raisons. C’était un ami qui lui était devenu précieux avec le temps. Il n’avait jamais eu de petits frères et désormais, il n’avait plus de famille non plus. Son père l’a renié de tout son être, sa mère ? Elle l’aimait toujours, mais elle restait malgré tout du côté de l’homme qu’elle aimait plutôt que de son fils adopté. Au fond, c’est ce qu’il était.. Qu’une pupille d’un pays qui fut ravagé par la guerre. Il n’est même plus certain de retrouver le village où tous les habitants voulaient sa mort, tout cela à cause du fait que sa mère est décédée en lui donnant naissance. Il ne se rappelle pas de ses sept premières années de vie. Juste quelques mois et, quelque part, il ne souhaitait pas s’en souvenir, il était bien comme il était maintenant. Si sa mémoire a bridé ses souvenirs, automatisme de défense, c’est qu’il y avait sûrement une bonne raison à ceci. Il finit par se redresser et lui dire, rassuré de savoir que son ami n’avait pas trop attendu :

« Un peu et puis, quel mauvais hôte je serais si je faisais attendre mon invité hein ?  »

Il lui offrit un autre clin d’oeil se sentant heureux d’avoir tapé dans le mille. Lui aussi n’avait pas mangé, ces derniers temps, son appétit se faisait moindre. Ses lippes s’étirèrent un peu plus et une fois la porte de l’appartement fermé, il le laissa l’aider avec les courses et à sortir les tupéroirs en plastique où se trouvaient les divers aliments provenant de la cuisine chinoise. Il y avait des baozis, des petites bouchées cuites à la vapeur composées de viandes et de pâtes d’haricots rouge. Du riz cantonnais, du bœuf mariné aux épices, des raviolis chinois et de nems. Il en avait pris peut-être pour un petit régiment, mais au moins, son dongsaeng pouvait manger à sa faim. Il sait que celui ne soit pas manger tous les jours comme il le souhaite. Il le gratifie d’un sourire pour le remercier de l’aider. Gabriel lui apprend qu’il est le premier à l’appeler pour du « nu ». C’était la première fois enfin, il ne savait pas non plus comment cela se passait, mais pour être honnête, il voulait s’essayer un peu à tout sans avoir aucun regrets.

« Je ne pensais pas que tu étais enthousiaste à exposer ton corps. Merci en tout cas d’avoir répondu et oui.. Cela fait presque un mois. Tu prends bien soin de toi dis ? »

Il était soucieux de lui, surtout qu’il avait une petite mine, ce qu’il lui rapporte en s’approchant de lui, posant sa main contre son front. Au début, il pensait qu’il était malade, mais il se rendit compte que non. C’était d’autant plus étrange. Il prend la bière qu’il lui tend, il n’hésite pas à trinquer avec la sienne avant de prendre une gorgée au goulot. De là, il l’écoute parler tout en fronçant les sourcils. La vie n’était pas simple, surtout pas pour ceux qui étaient démunis. Finalement, il était en train de réfléchir de plus en plus et au fur et à mesure qu’il l’écoutait, il se dit que c’était peut-être pas une si mauvaise idée. D’ailleurs, il prit les baguettes qu’il sépara après être revenu pour avoir récupéré des bols afin que chacun d’eux y mettent ce qu’ils avaient piochés. Il allait lui répondre, mais il préféra commencer à manger tout en pouffant doucement un peu :

« Fais attention à ne pas t’étouffer ! Je ne mangerais pas tout tout seul, donc fais toi plaisir ! »

Ce serait vraiment dommage qu’il perde son petit frère de coeur à cause d’un grain de riz. Il prit son exemple et commença à remplir son estomac et l’écouta poser pleins de questions. Lui-même n’était au courant de pas grand-chose si ce n’est que.. Il s’esclaffe ne pouvant plus se retenir devant toute cette flopée de paroles !! D’un côté au moins cela lui permettait de penser à autre chose qu’Ezechiel et le fait qu’il est en train de foutre sa vie en l’air alors que d’autres, se battent malgré les coups de bâtons qu’ils reçoivent. Il reprend une gorgée de sa bière et reprend en la reposant :

« Oui c’est du nu, au pire, il y a des serviettes, ou bien on pourra prendre un drap si tu es trop gêné bien, que je le suis sûrement un peu plus que toi !  »

Dit-il, le joue légèrement aux joues et essayant de détourner le visage. Il mange pour essayer de faire disparaître cette gêne et puis, il reprend soudainement :

« Pour être honnête, c’est aussi une première pour moi. Il y a une somme d’argent conséquente à gagner, c’est un concours. Mais, plus que le prix, je veux au moins tenter une fois. Je pense pas qu’on peut dire qu’on est un peintre complet sans passer par des zones d’inconfort je crois hahahahaha et t’inquiètes pas, pour le peu que j’ai pu voir, je n’aurais pas pu rêver mieux comme mannequin ! La vie t’a vraiment bien gâtée de ce côté là ! »

Ce qui était vrai. Il était beau. S’il n’avait pas son meilleur ami dans la tête, il aurait sûrement eu le béguin pour son cadet. Continuant de manger doucement, il finit par dire tout en gardant en tête ce qu’il lui avait révélé plus tôt. Il s’était confié à lui et plusieurs minutes s’étaient écoulées sans qu’il dise quoi que ce soit enfin..

« Dis… J’y pense.. Avant de commencer.. J’ai un colocataire en ce moment.. Donc je pense m’acheter un autre local plus petit ou ce sera plus pour peindre que rester et, je me disais.. Que cet appartement que j’ai acheté.. Je pourrais te le louer qu’en dis tu ? Il faudra faire quelques courses ou autres et comme tu poses pour moi, je te fais cadeaux des 4 premiers mois de loyers qu’en dis tu ? »


gabi le loup



I can't fight this feeling any longer. And yet I'm still afraid to let it flow.
What started out as friendship, Has grown stronger.
I only wish I had the strength to let it show.


avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans
Loyard Gabriel
The weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strongThe weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strong
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans

Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Avr - 21:37
Voir le profil de l'utilisateur


Naked Body & Exposed Souls
featuring. Gabriel & Min Kyung

Des repas de famille, je n’en avais jamais eus… Il était rare que l’on mange ensemble en même temps, mes parents et moi. La plupart du temps ma mère sirotait sa bouteille de whisky (lorsqu’elle était encore assez sobre pour savoir où se trouvait sa bouche) accoudée au buffet, mon père gueulait contre la télé avachi dans le canapé avec un plateau repas sur ses genoux… Mais ça, c’était quand il était à la maison et pas en train de croupir dans l’une des cellules de la prison. Je les avais passés la plupart du temps tout seul ces repas et si vous voulez mon avis, ce n’était pas plus mal. Je n’avais pas à subir les coups comme ça.
Je m’étais habitué à manger tout seul, dans le silence, même encore aujourd’hui. Yoon et Jae mangeaient tous les midis au resto universitaire et moi, je ne pouvais accueillir personne dans ma piole. Alors ces repas que je partageais de temps en temps avec Gabi, je les appréciais à leur juste valeur. On parlait de tout et de rien dans une ambiance sereine. C’était une aparté de calme dans ma vie, quelque chose que je chérissais.
Mais aujourd’hui, le silence était moins présent que d’habitude et c’était totalement de ma faute. Je m’étais jeté sur la nourriture comme un mort-de-faim et je faisais un bruit de tous les diables à chaque bouchée que j’avalais. Hyung me disait d’aller moins vite parce que sinon j’allais étouffer, ce qui ne manqua pas quand j’eus la malheureuse idée de vouloir lui répondre la bouche pleine de riz. Je cherchais la canette de bière en tâtonnant la table et j’avalais une gorgée salvatrice.

— « Désolé… » lui dis-je. Je devais avoir les joues complètement rouges, saleté de grains de riz qui étaient passés par le mauvais trou…! « C’est le premier vrai repas que je prends depuis une semaine… » avouais-je, honteux. Je savais que Gabriel allait me faire la leçon mais j’étais loin d’être le meilleur des cuistots, à part faire bouillir de l’eau pour mes ramens, je ne savais pas faire grand chose. C’était la seule nourriture que j’avais chez moi dans mon placard. J’avais même fini par enlever la prise de mon frigo parce que je n’y stockais plus rien dedans… Mais la vraie raison, celle que je cachais encore plus, c’était que je faisais des économies sur tout, et notamment la nourriture. C’était tellement cher en cette saison les fruits et légumes… Et j’avais besoin de chaque centime pour augmenter l’argent de mon compte en banque et pouvoir me barrer le plus vite possible de mon taudis.

Heureusement, on changea bien vite de conversation. Je n’étais pas à l’aise quand on parlait de moi et du fait que je ne mangeais pas à ma faim. Par contre parler de poser nu pour lui ne me dérangeait pas le moins du monde. Je me mis à sourire lorsqu’il avoua qu’il serait sûrement plus gêné que moi.

— « On fera comme tu le sens, serviette, pas serviette, moi je m’en fous, j’ai rien à cacher ! » J’étais plutôt fier du corps que j’avais réussi à me sculpter au fur et à mesure des années et j’allais sûrement adoré me voir peint pour la postérité sur l’une des toiles de Gabi, surtout que j’adorais son travail. « Oh c’est pour un concours ? T’es obligé de gagner avec un modèle comme moi…! » lui dis-je en riant et en faisant gonfler mes biceps. Les autres peintres ne risquaient pas d’avoir un modèle aussi bien foutu que moi…!
Je replongeais dans mon bol de riz avec un éternel sourire accroché à mes lippes. J’étais heureux parce que ça allait me permettre de voir Gabriel encore plus longtemps. Nous avions tous les deux une vie plutôt chargée, lui entre ses toiles et moi avec mon travail d’esclave sur les plateaux de tournage alors j’aimais savoir que mon temps libre durant les prochains jours, j’allais pouvoir le passer avec lui.
Lorsque mon aîné reprit la parole, je relevais la tête de mon bol, tout comme je relevais mes sourcils. Un colocataire ? Gabi ? J’avais du mal à me l’imaginer partager son appartement avec quelqu’un. Il n’était pas un ermite, loin de là, mais je l’imaginais comme moi : aimer le silence, son indépendance. On dirait bien que je m’étais trompé. J’étais curieux et je comptais bien lui poser des questions sur ce mystérieux colocataire sorti de nulle part. Mais ma première question resta en suspens, accrochée au bout de mes lèvres… Gabriel venait de me couper la respiration avec sa proposition. Est-ce qu’il y avait une caméra cachée dans la pièce ? Est-ce qu’il se moquait de moi ? Je restais la bouche entrouverte face à lui, mes baguettes venaient de retomber sur la table.

— « Je.. Attends Gabi… T’es sérieux là ? » Je n’arrivais pas à croire. J’avais envie d’appeler Jae Hyun et Yoonie tout de suite pour qu’ils viennent me pincer. Mais j’avais tellement envie d’y croire que je sentis les larmes venir humidifier le bord de mes paupières. C’était trop beau pour être vrai… Je me rappelais tout à coup les innombrables refus que tous les propriétaires des appartements que j’avais visités m’avaient envoyé en pleine figure à chaque fois. Gabi ne pouvait pas me louer cet appartement, tout simplement parce que… « J’ai pas de garant… Y a personne qui peut se porter caution pour moi… Je… Mais c’est gentil d’avoir pensé à moi, hyung… » J’y avais cru. L’espace d’un très fugace instant. Mon coeur s’était embrasé mais ma raison avait éteint l’incendie aussitôt. Je replongeais le nez dans mon bol de riz, j’étais incapable de pouvoir regarder Gabi en face parce que les larmes menacer de couler. J’étais incapable de regarder autour de moi parce que je savais que si je le faisais, j’allais me projeter dans cet appart’, m’imaginer les lieux avec les meubles que j’aurais pu acheter, m’imaginer Jae et Yoon assis là en train de manger avec moi, chez moi, pour la première fois.

Parfois, l’imagination, ça faisait mal au coeur. Encore plus que la réalité....
gabi le loup



"Bad boys ain't no good but good boys ain't no fun"
I whispered to her ear...
78 KyungSil 78

avatar
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.
Kwon Min Kyung
ϟ Unforgivable Sinner ϟ
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.

Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Avr - 16:31
Voir le profil de l'utilisateur


NAKED BODY & EXPOSED SOULS
featuring. GABRIEL & MIN KYUNG
« Comment ça le premier repas ? Minnie faut que tu manges, pourquoi tu ne m’appelles pas quand c’est comme ça ? »

Min Kyung fut son premier ami après la disparition de Ezechiel et quand il n’avait personne après son réveil. Au début, il fut surpris de le voir pendant ses séances de rééducation après leur premier rencontre. Toutefois, il ne l’a jamais rejeté au contraire, savoir qu’il y avait quelqu’un qui l’attendait après ses séances, lui avait permis de se battre. Ceci dit, ils avaient toujours été sur un pied d’égalité, il ne se rappelle plus le nombre de fois qu’il l’avait invité.. Il avait commencé à vendre ses toiles à ce moment-là, avant de commencer à vendre ses statuettes, cadres en bois qu’il arrivait à sculpter au sein de l’hôpital. Au moins, il avait commencé à se créer un réseau. Le jeune homme, ne souhaitait pas compter sur sa mère qui finalement aujourd’hui, il ne la voyait pas vraiment. Comment pourrait-il même la voir ? Si elle lui rendait visite, cela pourrait créer des complications dans son couple et, Gabriel détestait être une source de conflit du coup, il avait fait ses preuves tout seul. Il ne gagnait pas une fortune, mais il vivait bien, plus facilement grâce à l’arrivée aussi inattendue qu’inopinée de Zechie dans sa vie. Ceci dit, il était content qu’il l’ait appelé, comme quoi le hasard faisait bien les choses. Au moins, maintenant il allait veiller sur son alimentation et à chaque fois, viendrait avec un bentôt qu’il comptait bien lui préparer. Il le faisait bien pour son colocataire, il pouvait très bien le faire pour son petit frère de coeur. Ce ne serait pas grand-chose de cuisiner un peu plus. Il était un peu gêné concernant la posture ou bien le fait que son cadet puisse avoir une serviette ou non. Il se sentait mal d’exposer à la vue de tous le corps de son cadet. Puis, si jamais d’ici là, il avait quelqu’un, cette personne, ne lui en voudrait t’elle pas de montrer à tout le monde, le corps de l’homme qu’elle ou qu’il aimait ? Parce que s’il avait bien compris une chose pendant toutes ces années, c’est que Min Kyung était bisexuel au minimum. Il l’avait flirté autant avec les hommes qu’avec des femmes donc.. Quant à lui, il était plutôt resté discret sur sa sexualité puisque, il n’a jamais tenté d’aller vers des hommes et encore moins, des femmes. Comment le pourrait-il quand il n’y a qu’une personne qui hante son esprit et son coeur. Ce fut à son tour de s’étouffer à la réponse de Minnie.

« Keuf keuf ! Tu veux me tuer c’est ça ? N’empêche, je suis sûr que j’ai le parfait modèle. Oui, si je ne gagne pas, ce sera entièrement ma faute et je le pense sincèrement ! Alors, je vais me donner à fond pour faire honneur à ton courage, bien que j’ai l’impression que c’est simple pour toi ! »

Ce qui était vrai. Il le taquine, mais quelque part, c’est cette effronterie dont il pouvait démontrer qui lui avait plut au fur et à mesure qu’il l’avait découverte. Sûrement aussi, parce qu’il savait que ce n’était qu’un masque. Il n’allait pas se mentir si il échouait en n’étant pas sur une des marches du podium, c’est lui et son talent qu’il allait devoir remettre en question. Au moins, il allait sortit de cette zone, il allait vraiment tout donner. Il fit part à son cadet, qu’il ne vivait désormais plus seul malgré le fait qu’il était toujours aussi certain de finir sa vie tout seul. Combien de temps son meilleur ami allait rester à ses côtés ? C’était une très bonne question. Il n’est pas certain de vouloir connaître la réponse. Cependant, son histoire impossible n’était pas le sujet, s’il l’avait mis sur le tapis, c’était pour proposer à son cadet cet appartement. Evidemment, c’était plus un studio, un grand studio avec une salle de bain, un wc, une seule chambre, une cuisine ouverte avec un énorme espace en guise de salle de séjour. Mais, avec un peu d’imagination, ce grand studio pouvait devenir un appartement sympa. Il sourit tout prenant un peu de ce qui se trouvait en face de lui, mais, il front les sourcils quand Min Kyung se ravise et lui dit que c’est impossible pour « lui », parce qu’il n’a pas de garant.. Et là, il pose ses baguettes, se penche vers lui pour lui pincer ses deux joues et les étirer un peu avant de les relâcher et de lui offrir une pichenette sur le front.

« IDIOT ! Je ne sais pas si je dois être blessé par le fait que tu me considère comme les autres propriétaires. J’ai pas besoin que tu aies un garant et puis, en te faisant cadeau du loyer pendant 4 mois, avec ce que tu as dû économisé, je te fais confiance pour me payer les autres mois. C’est ma façon à moi de te payer en posant pour moi. Il y a de quoi faire. Je pourrais te faire un îlot comme ça, il y aura une séparation entre cet espace et la cuisine. Après tu n’auras qu’à venir dans ma boutique de sculpture et prendre ce qui te fait plaisir pour tes meubles.. et.. »

Il venait de se rendre compte qu’il venait de partir loin dans son monologue et, il s’arrêta de parler, inquiet du silence de son cadet. Est-ce qu’il avait dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? Sûrement oui. Après, évidemment, il pouvait aussi lui demander en échange de venir l’aider à débarrasser ses toiles et matériel à l’étage de sa boutique. Il allait sûrement louer l’étage du dessus. Au moins de cette façon, ce serait beaucoup plus simple pour lui de travailler. Il n’était pas loin de son premier boulot s’il se perdait dans une nouvelle peinture. Et puis, peut-être qu’il pourrait aussi installer une autre salle ou du moins un coin pour accueillir ses clientes pour la manucure ? Ce sera toujours mieux que chez lui et, cela lui permet en même temps de rester ouvert toute la semaine. Mais, c’est que cette idée le bottait vraiment quand il y pensait maintenant ! C’était la meilleure idée qu’il ait eu depuis un moment, mais là… Il commence vraiment à être inquiet par rapport à Kyung.

« Qu’est-ce qu’il y a ? J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? »

Après tout, Gabriel parlait beaucoup, il était naïf, mais tout ce qu’il voulait c’était aider son cadet et cela, ne date pas d’hier. Seulement, jusqu’à présent, il n’avait pu se le permettre alors, maintenant qu’il le pouvait, il ne comptait pas se gêner. Par contre, du coup, il ne le paierait pas.. Du moins, cela allait dans ce sens et, il espérait qu’il le comprenait bien. Mais, s’il voulait de l’argent à la place, ce n’était pas grave non plus.. Quoi que maintenant, il espérait quand même avoir une réponse de la part de son vis-à-vis.

gabi le loup



I can't fight this feeling any longer. And yet I'm still afraid to let it flow.
What started out as friendship, Has grown stronger.
I only wish I had the strength to let it show.


avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans
Loyard Gabriel
The weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strongThe weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strong
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Avr - 19:56
Voir le profil de l'utilisateur


Naked Body & Exposed Souls
featuring. Gabriel & Min Kyung

Je savais que Gabriel allait me fâcher parce que je ne mangeais pas tous les jours à ma faim. C'est vrai que je mangeais peu, mais le pire c'était que j'étais conscient que je ne mangeais pas bien. C'était mauvais ce que je faisais, surtout pour mon corps d'Apollon que j'avais mis des années à sculpter. Ce serait bête de perdre tant d'années de travail seulement à cause d'une surconsommation de ramens...! Mais je n'arrivais pas à faire autrement en ce moment, je n'avais ni le temps ni l'envie de me faire correctement à manger. Heureusement que Gabriel était là pour me donner un bon coup de pied au cul. J'étais gêné qu'il me fasse la remarque, au point de baisser les yeux pendant qu'il me fâchait.

— « On pourra manger ensemble plus souvent si tu m'engages pour ta peinture ! » lui dis-je en retrouvant un ton enjoué. C'est vrai qu'on allait pouvoir passer pas mal de temps ensemble grâce à ça et j'étais pressé de commencer. « Je suis sûr que tu vas gagner ! T'es le meilleur artiste de tout Séoul ! » Et je ne disais pas ça pour lui faire plaisir, c'était vrai, il était un artiste qui arrivait à faire parler de lui, son travail était magnifique. Je savais que je pouvais faire confiance à Gabriel quand il me disait qu’il allait se donner à fond pour gagner, ce n’était pas étonnant de sa part, c’était comme ça que je le connaissais. « Ok, tu vas donner le meilleur de toi-même et je vais faire de même de mon côté. Promis, je vais essayer de mieux manger pour garder mes muscles de rêve et que tu puisses dessiner toutes mes jolies formes…! » Je lui offris un clin d’oeil d’un air amusé. J’aimais bien charmer mon entourage et j’étais un garçon qui avait plutôt le contact facile. Je n’hésitais pas à draguer tout ce qui bouge. Vraiment tout ce qui bouge. Pour moi le plaisir était aussi agréable avec un garçon qu'avec une fille et je ne disais jamais non à un coup d’une nuit, tant que cela se limitait, justement, à une nuit. Je n’avais pas envie de m’embêter avec une relation alors que ma vie était totalement chaotique. Il fallait que je gère d’abord mes problèmes avant d’envisager la folie de me mettre avec quelqu’un. Même si l’idée me trottait dans la tête depuis quelques jours, depuis ma rencontre avec la jolie caissière du convenience store de mon quartier. Je souriais alors que l’image d’Eun Sil passa devant mes yeux. Je plongeais à nouveau mes baguettes dans le riz avant d’en manger une bonne plâtrée.
C’était mignon comment Gabi semblait gêné dès que je faisais ou disais quelque chose d’un peu osé. A l’époque, quand on s’est connu, je devais bien avouer avoir été charmé par lui. Il était tellement gentil, du style il était la gentillesse incarnée. Ça m’avait fait bizarre d’être tombé sur lui à l’hôpital après tout ce qui s’était passé avec Jun Jin… Je n’avais plus été habitué à rencontrer des gens biens sur mon passage… Sans le soutien et la gentillesse de Gabi, qui sait ce que je serais devenu aujourd’hui, il avait été une étape importante dans ma remontée vers une vie « normale ». Aussi important que l’avaient pu l’être Jae et Yoonie. Je mettais Gabi sur un pied d’égalité avec eux dans mon coeur. Toujours est-il que je n’avais jamais eu le béguin pour mes deux meilleurs potes. Mais Gabi… C’était bien parce qu’il y avait cette amitié et ce profond respect entre nous que je n’avais rien tenté car ce mec était vraiment parfait. Il était beau, sexy et il ne s’en rendait même pas compte. Il avait tout pour lui.
Ne pas l’avoir dragué semblait, avec le recul, avoir été l’une de mes meilleures idées. Sept ans plus tard, il était toujours présent dans ma vie. Il représentait cette stabilité que j’aimerais pouvoir trouver un jour chez quelqu’un, savoir que je pouvais compter sur l’autre les yeux fermés, pouvoir tout lui dire, tout lui demander, sans avoir peur de sa réaction. Est-ce que quelqu’un comme ça existait pour moi ? Est-ce qu’Eun Sil…
Voilà que je me mettais à repenser à ma petite brune. J’essayais de la chasser de ma tête mais elle était tenace la petite. L’envie de lui envoyer un message malgré l’heure tardive me trottait dans la tête mais je n’avais pas envie de la réveiller au cas où elle n’aurait pas mis son portable en silencieux et puis ce ne serait pas très poli de faire ça à table alors que je partageais un bon repas avec Gabi. Gabi qui me fit instantanément relever la tête vers lui quand il commença à me parler de me louer son appart. Je lui avais fait part tout de suite de la raison pour laquelle tous les propriétaires refusaient de me louer leur bien mais…

— « Aïeuh !! » Je me frottais le front, à l’endroit où venait d’atterrir une pichenette méchamment donnée par Gabi. Je l’écoutais et le regardais avec des yeux ronds. Gabriel était sérieux, il voulait vraiment me louer son appartement. Tout à coup, c’était comme si le voile qui obscurcissait mon ciel depuis que j’avais quitté la maison familiale disparaissait. Un appartement… A moi ? Sans voisins qui copulent dans la chambre d’à côté ? Sans le bruit de la musique assourdissante des sex clubs d’Hongdae ? Un endroit où j’allais pouvoir enfin accueillir mes amis sans avoir honte de l’endroit où je créchais ?
Gabi n’avait aucune idée de ce qu’il venait de faire. Il n’était plus un frère pour moi mais un dieu. Ce geste… Je n’aurais jamais assez d’une seule vie pour le remercier.

— « Qu’est-ce qu’il y a ? J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? » J’avalais ma salive avec mal parce que les sanglots semblaient vouloir s’en mêler. Je devais avoir l’air d’un con à rester là sans rien dire, les yeux à moitié embués de larmes. J’étais incapable de dire quoi que ce soit alors tout ce que j’avais réussi à faire, c’était me lever pour faire le tour de la table et serrer Gabi très fort dans mes bras.

— « Merci… Merci Gabi… » Je crois bien qu’une larme venait de s’échouer sur son tee-shirt, je tentais de les essuyer maladroitement du revers de la main. « T’as pas idée de la merde de laquelle tu me sors… Je sais pas comment je vais pouvoir te remercier… » Je le serrais pour la peine un peu plus fort contre moi. Mes larmes s’arrêtèrent tout à coup. Je regardais autour de moi. Cet appart… Ça allait être mon chez moi dans pas longtemps. Tout cet argent que j’avais économisé… Moi qui avais pensé que j’allais devoir l’utiliser pour assurer mes arrières par rapport aux propriétaires récalcitrants… Qu’ils voient que j’avais un compte en banque solide. Je n’avais plus besoin de me soucier de tout ça, de faire des économies sur des bouts de chandelles…!
J’avais gagné le jackpot ce soir : je venais d’obtenir un appart et une très jolie somme d’argent à dépenser. J’avais déjà plein d’idées de meubles à acheter, de déco à accrocher. J’allais enfin avoir un endroit à moi et qui me ressemble. Je me reculais pour regarder Gabi droit dans les yeux.

— « Crois-moi que si mon coeur était pas déjà pris, je t’aurais embrassé là ! »
Et je partis dans un rire, un vrai, l’un de ses rires libérateurs qui vous font le plus grand bien. J’allais enfin pouvoir commencer à vivre, et tout ça grâce à Gabriel.
gabi le loup



"Bad boys ain't no good but good boys ain't no fun"
I whispered to her ear...
78 KyungSil 78

avatar
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.
Kwon Min Kyung
ϟ Unforgivable Sinner ϟ
Rang Snake

✮ MESSAGES : 277
✮ DATE D'INSCRIPTION : 27/01/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/12/1993
✮ AGE : 24 ans déjà que je souille cette Terre.

Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Avr - 10:34
Voir le profil de l'utilisateur


NAKED BODY & EXPOSED SOULS
featuring. GABRIEL & MIN KYUNG
« Ah oui, parce que sinon, je te retiens cela sur ton salaire, si tu ne fais un effort pour manger ~~ »

Il le taquine et d’ailleurs prend un air faussement coléreux avant de pouffer de rire. Il se demande toujours si, c’est grâce à son annonce qu’il le voit ce soir ou bien, il avait besoin de quelque chose d’autres ? Parce que pour voir son annonce, c’est qu’il a fallu qu’il sorte hors de chez lui. Min Kyung était brisé de l’intérieur ou du moins, c’était une âme torturée. Sûrement, parce que lui-même, l’était.. Il y avait aussi des souvenirs de son pays natal.. Des souvenirs dont il n’a jamais parlé à personne, même pas son meilleur ami qui croit que ses parents sont ceux biologiques alors, qu’ils l’ont juste adopté. C’est aussi pour cela qu’il a décidé avec l’art de transmettre un message.. Que cela soit des paroles, des enfants.. Car, il a vécu la guerre dans son enfance.. Il n’a jamais été qu’un petit garçon.. Sauf, qu’il ne se rappelle seulement que de quelques mois.. Avant qu’il ne sauve des griffes celui qui devint son paternel. Cette histoire, c’est la boîte de Pandore. Tous comme ses souvenirs qui sont bloqués dans sa mémoire et dont il ne se souvient de rien. Toutefois, au lieu de penser à son passé, pour le coup, il s’inquiète vraiment pour son cadet. Il a peur qu’il fasse un malaise et que cela dérive vers un accident plus grave au travail. Min Kyung était vraiment un garçon attachant, il fallait juste savoir le prendre ce que beaucoup n’ont pas compris. Il pourrait briller, s’il n’y avait pas « obscurité » qui parfois se reflète dans son regard. Il possédait deux meilleurs amis.. C’est tout ce qu’il savait et, au fond, il n’avait pas chercher à creuser plus loin. Pourquoi ? Parce qu’il se disait qu’ainsi, leur relation ne serait pas forcée, elle continuerait à devenir que plus forte sur des bases saines. Forcer quelqu’un n’a jamais permis d’obtenir de très bons résultats. Des fois, il se disait qu’il aurait peut-être mieux valu pour lui, qu’il tombe amoureux de son cadet, mais sa relation actuelle avec celui-ci, il y tenait comme la prunelle de ses yeux, lui qui n’avait plus de « famille ». Ils possédaient ce point commun.

A croire que c’était devenu son passe temps, et pas seulement à lui, de le faire rougir ou de le mettre mal à l’aise à mettant dans la conversation un sujet un peu trop « olé olé ». Il aimerait être moins introverti, parler de ce sujet sans que ses bajoues ne prennent une jolie teinte rosée, mais sa nature trop « puérile ou bien innocente ».. Font qu’il était déstabilisé. Il avait préféré se réfugier dans la nourriture tout en bafouillant, gêné au possible, pourtant, il arriva malgré tout à mettre un sujet précis sur la table. Ce à quoi, il pensait, car c’était impossible pour lui, que Min Kyung puisse continuer à ainsi. Il n’avait jamais visité sa chambre, et n’a pas non plus chercher à s’inviter à tous prix, mais il savait à quel point c’était pénible pour son petit frère de coeur. Trouver un logement dans la ville dé séoul en particulier, cela devenait de plus en plus difficile. Il était très bien placé pour le savoir. D’où sa proposition de louer cet appartement.. Sauf que voilà, il faut croire que son cadet le mettait dans le même panier de fruits périmés que ces autres propriétaires qui voulaient s’assurer de recevoir une somme d’argent à chaque fin de mois.. Autant vous dire, qu’il le prit légèrement mal et que le propriétaire des lieux ne perdit pas de temps pour lui faire comprendre en lui étirant les joues et une pichenette au passage :

« C’est pour m’avoir mis dans le même panier qu’eux tous. Tu ne l’as pas volé ≈ »

Il lui tire la langue. A se demander qui était le plus mâture entre les deux, mais ses lèvres formèrent un sourire doux en réitérant sa proposition qu’il venait de mettre sur la table.

« Evidemment, cela veut dire que je ne te paierais pas en liquide ou directement en te faisant cadeau des 4 mois de loyers à partir du moment que tu signeras le bail ~ J’espère que cela te va comme marché ~~ »

Il n’était pas certain que les termes du contrat en tant que son modèle lui plaisent toujours, surtout qu’il faisait vraiment une drôle de tête, qu’il avait même peur sur le coup, qu’il avait dit quelque chose de mal. Gabriel commence à paniquer et à se sentir vraiment mal pour son dongsaeng. Il était même prêt à s’excuser, mais, quand il le vit se lever pour contourner la table, il se fige et se tourne vers lui, prêt à lui présenter des excuses, mais à la place.. Il fut l’objet d’une énorme accolade qui lui fit rater quelques battements de coeur et rougir au passage, son menton au-dessus de son épaule. En sentant ses légers frissons et, entendant ses frissons, il se détendit entre ses bras et, répondit à son étreinte tout en faisant des cercles dans son dos pour tenter de l’apaiser.. Pendant que lui, commence à sentir sa poitrine se compresser contre celle du jeune Kwon.. Doucement, en sentant ses larmes il :

« Tu n’as pas à me remercier vraiment.. Les amis se serrent les coudes non ? Mais, si tu tiens vraiment à me remercier, alors prends soin de toi et sois heureux, cela me suffira amplement. Tu sais, que si tu as besoin de parler je suis là aussi ! »

Il voulait que cela s’ancre bien dans l’esprit de locataire désormais ou disons futur. Il ne lui demandait rien d’autre que de faire plus attention à lui. Il ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose.. Certes, pendant quelques temps, avec cette histoire de concours, il allait pouvoir veiller au grain, mais il ne souhaite pas que cela soit des paroles en l’air. Il n’avait pas envie de refaire la même erreur qu’il a faite avec Ezechiel.. Il reste un moment interdit sous la révélation de son jeune ami, au point que ses yeux s’arrondirent comme des soucoupes tout en rougissant légèrement avant de finir par l’accompagner dans son rire, n’ayant pas mangé ce léger détail qu’il venait de lui avouer.

« J’ai eu un gros câlin cela me suffit et puis, mes lèvres ! Il faut les mériter. »

Il lui offre un énorme clin d’oeil pour mieux repartir dans un fou rire. Parce qu’au fond, tomber amoureux de Min Kyung qui sait ? Bien que son esprit n’a jamais été que hanté par son meilleur ami revenu, tout comme son coeur. Cette situation ? Elle était douloureuse.. Très douloureuse.. Voir l’homme que vous aimez si près de vous, sans être capable de le toucher.. C’est sûrement le pire.. Et le pire, c’est qu’il se baladait à moitié à poils dans l’appartement, cela le rendait dingue. L’inviter à finir le repas, après qu’ils aient repris leur calme il..

« Alors ton coeur est pris ? C’est nouveau ça ≈ Il semblerait qu’il se soit passé beaucoup de choses de ton côté.. Raconte moi ça.. Tu n’es pas obligé évidemment ≈ Mais, tu as attisé ma curiosité là ~~ »


gabi le loup




I can't fight this feeling any longer. And yet I'm still afraid to let it flow.
What started out as friendship, Has grown stronger.
I only wish I had the strength to let it show.


avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans
Loyard Gabriel
The weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strongThe weak can never forgive. Forgiveness is an attribute of the strong
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 171
✮ DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 15/12/1992
✮ AGE : 25 ans

Revenir en haut Aller en bas
 

ϟ Naked Body & Exposed Souls ϟ Gabriel & Min Kyung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seoulmates :: Les quartiers de Séoul :: Jongno (종로)-