CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | .
 

 [TINEUL] Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dim 20 Mai 2018 - 22:47
Voir le profil de l'utilisateur
"Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness "
La musique était toujours très puissante et même si le bar était situé à l’opposé des enceintes, on n’y échappait guère pour autant. Chaque soir, j’avais l’impression de devenir plus sourde, mes tympans lentement meurtris par les décibels les attaquant sans pitié. Et pourtant, c’était dans cette ambiance folle et assourdie par cette musique que je me sentais le mieux. Derrière le bar, je n’avais pas toujours le temps de souffler et pourtant, j’avais souvent un petit sourire au coin des lèvres. Je profitais de quelques instants de répits pour siroter quelques verres que je m’étais moi-même préparée et surtout, je me remplissais doucement les poches avec des pourboires gentiment laissé. C’était un autre avantage de cette profession, surtout en étant une femme. Les clients masculins avaient tendance à laisser quelques wons supplémentaires pour me faire plaisir, et souvent espérer une « récompense ». Cette tactique avait le don de m’agacer en soi, n’aimant pas être traitée comme un simple objet de désir mais j’avais besoin de sous pour finir le mois alors, j’acceptais avec le sourire… parfois. Même si je me plaisais dans cette ambiance et que j’avais des pourboires en cas de bon service, je restais honnête et si je n’avais pas envie de faire un effort en servant un énième client collant, je n’en faisais guère. Je ne me faisais pas non plus prier pour en insulter certains, protéger par le son assourdissant. De toute façon, ce n’était pas mes collègues qui allaient m’en vouloir et souvent, les pauvres lourds qui venaient vers moi étaient alcoolisés, et donc, peu convaincants en cas de réels conflits.

Je soupirais toutefois lorsqu’à nouveau, on essayait de me faire du charme. Ça ne marchait clairement pas. Il avait du mal à tenir debout et à mon avis, il n’avait même pas connaissance de la couleur de mes yeux, puisqu’il avait les siens plongés dans mon décolleté. Je lui servais pourtant un verre, mettant peu d’alcool pour sa propre sécurité (un bon samaritain !), et je m’en préparais un au passage. Puis, je me tournais vers un autre client, fixant les lèvres de ce dernier pour être sûr de comprendre ce qu’il souhaitait commander. Un nouveau filet d’air passa entre mes lèvres alors que je m’occupais de cette nouvelle boisson, tout en souriant à un client que je connaissais bien. « Tiens, tu n'es pas en charmante compagnie, ce soir ? » Je me penchais pour lui murmurer ces quelques mots, prenant un peu de temps pour avoir une vie sociale. J’aimais ce travail mais j’avais hâte de passer de l’autre côté du bar et de me retrouver sur la piste de danse pour me vider la tête complètement. C’était mon petit plaisir après un service éprouvant. « Oh, tu veux pas faire ton boulot au lieu de chercher les pourboires comme une trainée ? » Malgré l’espace bruyant, j’avais clairement entendu les propos de ce pauvre type qui s’était adressé à moi. Il se trouvait juste à côté de la personne que je connaissais et qui d’ailleurs s’éloigna, attrapé par des bras féminins. Apparemment, non, il n’était pas seul. « Qu’est-ce que t’as dit ?  » Il osa répéter et mon sang commença à bouillir alors que j’avais l’envie dévorante de lui balancer une bouteille sur la tête, histoire de lui faire comprendre ma colère, certainement lisible sur mon visage. « C’est pas toi qui tout à l’heure est venu me faire les yeux doux ? Tu sais ce qu’elle te dit la trainée ? » Je m’approchais du jeune homme, malgré les nombreuses goutes d’alcool sur le bar, pour lui murmurer de « jolis mots » au creux de son oreille. Ca n'avait pas l'air de lui plaire...

Clairement, un nouveau client difficile… Tout ce que j’adorais, ô ironie mon amie de toujours !  


Codage par Libella sur Graphiorum


endlesslove She's strong enough to walk away, but broken enough to look back... I miss you for some reason tonight, tears rise up inside my rising heart
avatar
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Mai 2018 - 12:53
Voir le profil de l'utilisateur


Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness
Kuan Ti avait éprouvé le besoin, ce soir, de sortir, de se vider la tête, de rencontrer des inconnus, de voir du monde. Depuis qu'il était retombé sur Alyss, il n'avait cessé d'être hanté par le passé et surtout pas elle, celle qui l'avait abandonné sans le moindre remord le jour où il avait cessé d'être un héritier prometteur. Alors, prenant son courage à deux mains, Kuan Ti avait remis Paint qui somnolait dans sa cage et s'était habillé puis était sorti, portefeuille dans sa veste, direction le club le plus proche. Il n'y était jamais allé mais il savait qu'il existait, il n'était pas loin de chez lui, il y fut vite arrivé. Dès qu'il fut entré, le chinois se sentit se détendre et soupira d'aise, malgré la musique très forte. Tout allait bien se passer, il en était sûr, il allait trouver des gens sympa, discuter avec eux, passer une bonne soirée et, surtout, oublier ses ennuis. Ses peurs. La musique était beaucoup, elle noyait ses pensées, lui laissait juste ses sentiments.
S'approchant du bar, Kuan Ti remarqua que tous les serveurs étaient déjà occupés sauf un homme et une femme. S'il remarqua la femme, c'est parce que l'homme la regardait, sourcils froncés. Suivant son regard, le chinois remarqua l'air agacé de la jeune femme et, principalement, l'homme qui lui faisait face. S'approchant encore plus, Kuan Ti entendit plus ou moins l'inconnu insulter la serveuse. Celle-ci lui répondit quelque chose et un petit sourire étira les lèvres du chinois qui ne pouvait s'empêcher d'être un peu admiratif devant cette capacité à garder son sang-froid. Son sourire se figea cependant lorsqu'il comprit que cela venait sûrement de l'habitude de ce genre de situation... Le client semblait bien évidemment ne pas apprécier la réponse donnée, manifestement blessé, et Kuan Ti écarquilla les yeux en le voyant lever une main, prêt à l'abaisser pour frapper la serveuse. Sans réfléchir, le chinois saisit la main de l'homme et la retourna dans son dos, lui bloquant le bras en arrière. Se remettant à sourire, Kuan Ti plaqua sa main libre sur celle de l'homme, posée sur le comptoir. Il n'avait aucun problème à garder le client immobile, ne serait-ce que parce qu'il avait l'habitude de ce genre de mouvements - merci le wushu - et aussi car il était plus jeune et mille fois plus sobre. « Il serait peut-être temps de s'en aller, non ? Rentrez chez vous, ou sinon j'appelle la sécurité. » L'homme se débattit mais n'arriva qu'à se faire mal à l'épaule et il grogna. « Pour qui tu te prends, lâche-moi !! » Kuan Ti s'assura que l'homme pouvait le voir, pour lui répondre, souriant toujours : « Je suis le petit ami de la jeune femme que vous embêtiez et aussi professeur de wushu donc vous avez intérêt à ne pas revenir l'embêter, est-ce que c'est bien clair ? » Il ne savait pas d'où sortait cette confiance en lui ni cette phrase mais cela sembla suffire à l'homme qui se détendit, soudainement livide. Kuan Ti le lâcha et le client s'enfuit sans demander son reste. Se tournant vers la jeune femme, le chinois s'inclina légèrement avant de s'approcher pour s'assurer qu'elle pouvait l'entendre : « Je suis désolé de lui avoir dit ça mais ça me semblait la meilleure solution pour le faire partir... Je n'ai pas réfléchi, à vrai dire... Est-ce que vous allez bien ? Il ne vous a pas fait mal ? » Tout en prononçant ces questions, le jeune homme balaya le corps de la serveuse, cherchant une potentielle blessure.



Don't wanna cry
The path that used to be familiar, it’s now unfamiliar. "Is this the path I know?" I ask myself. "What if she’s looking for me?" I’m looking for you right now. Don’t play around, I know you’re right there, feels like you’ll appear, so I’m just waiting. I need to find you, I need to go, but tears well up and it’s getting blurrier.
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Mai 2018 - 12:48
Voir le profil de l'utilisateur
"Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness "
Ce n’était pas la première fois….
Ce n’était pas non plus la dernière fois….
Et pourtant, je persistais et je continuais à perdre mon temps avec des personnes inintéressantes comme ce pauvre mec.


Je n’aimais pas perdre mon temps avec des choses insignifiantes et depuis que je travaillais derrière ce bar, j’avais eu droit à nombreuses réflexions et propos désobligeants ou emplis de perversion à mon encontre. Cela ne me faisait plus rien moralement, j’étais plus forte que ça et je n’accordais pas vraiment d’importance à ces clients qui se montraient virulents ou trop insistants. Pourtant, je ne supportais pas certaines injustices et être traitée comme un robot, comme une personne inférieure ou comme un objet de désir, je ne le supportais pas et je ne pouvais, de ce fait, pas m’empêcher d’ouvrir la bouche pour faire entendre le fond de mes pensées. Il avait dépassé une ligne, il avait été impoli verbalement envers moi, comme si j’étais uniquement ici pour le satisfaire et obéir à ses demandes alors que non, je ne voulais pas être réduite ainsi alors que mon travail, je le faisais ! Je n’étais peut-être pas toujours professionnelle, notamment lorsque je me servais des verres ou lorsque j’envoyais balader certaines personnes, mais je faisais quand même de mon mieux. Je prenais souvent sur moi, même lorsque ma fierté était titillée. C’était inutile de faire la morale à toutes les personnes qui pouvait m’irriter alors que l’alcool avait de l’influence sur certaines attitudes. Toutefois, l’alcool n’excusait pas tout et surtout pas les propos qu’il avait tenu.

Ce n’était pas ce que j’avais entendu de pire mais je savais pertinemment comment il me considérait. Tout cela parce que je m’étais montrée indifférence à ses avances et que ça n’avait pas pu plus à ce monsieur alcoolisé. Il était hors de question que je lui serve à boire, hors de question que je n’entre pas dans son jeu pour lui faire comprendre que je n’étais pas impressionné par son numéro de goujat. Il n’était pas le pire et surtout, il était inconcevable que je me taise. J’avais plusieurs combats à défendre notamment celui du respect de la femme dans une société qui n’était pas encore égalitaire. Je n’étais pas une personne qui restait sans rien dire, ma franchie m’avait valu des problèmes mais je préférais que ça se passe ainsi plutôt que de rester inactive et de prendre peur. J’étais bien trop fière et en colère contre la vie pour me laisser faire de la sorte. Ainsi, je jouais avec le feu, m’amusant peut-être un peu trop de cette situation. Je voulais le piétiner, lui faire comprendre que je n’étais pas une brebis égarée qui allait prendre peur, simplement parce qu’il levait le ton. Je n’allais pas non plus m’abaisser à mon niveau même si mes propos eurent leur effet. Clairement, il n’avait pas imaginé cette réaction de ma part et surtout pas avec des mots aussi doux que ceux que j’avais susurré à son oreille. Il était en colère, je le voyais devenir encore plus rouge et cela m’amusait doucement. Néanmoins, je ne l’avais pas imaginé devenir violent alors, lorsque je le vis lever la main en l’air, je fus tétanisée. J’avais bien compris ce qu’il avait dans la tête et ce qu’il comptait faire de cette main. N’ayant aucune réaction, j’attendais simplement que sa main vienne s’abattre sur mon visage, sachant que ce geste n’allait au moins pas être inaperçu même si j’aurais préféré éviter une telle scène. Je n’étais jamais à l’aise lorsque j’étais témoin de violence, et surtout lorsque j’étais la cible de certains gestes, des images me revenant en mémoire. Cela me serrait le cœur alors que je revivais ces moments difficiles.

Aucune main ne fut posée sur moi et revenant à moi, je réalisais qu’un autre homme était intervenu, immobilisant mon ‘agresseur’. J’étais étonnée de ce revirement de situation et encore plus en voyant l’individu qui venait d’intervenir, n’ayant pas soupçonné une telle personne de pouvoir contrôler aussi facilement le gêneur. Ce dernier était bloqué et lorsqu’il tentait de se détacher de l’emprise de l’intervenant, il se faisait plus mal qu’autre chose. Le voir dans cette situation me fit doucement sourire, un sourire un peu malsain, certainement, mais j’étais fière de le voir soumis de cette manière, lui qui avait voulu faire le malin. C’était mérité même si je regrettais de ne pas m’être sortie de cette affaire sans aucune aide. Mon ‘sauveur’ sembla gérer la situation, tout en restant calme. Il avait un sacré contrôle et j’étais subjuguée par sa capacité a gardé son sang-froid.

Tant bien que mal, j’essayais de décrypter l’échange qu’il y avait entre les deux individus mais avec la musique, il m’était difficile d’entendre ce qu’il disait. Il me sembla pour autant percevoir le mot petit-ami et je me demandais ce que le bel inconnu venait de dire. Je me trompais peut-être mais il se faisait certainement passer pour mon petit-ami. Cette idée me fit froncer les sourcils même si je me doutais qu’il mentait pour régler cette situation. Je n’étais pas fan des mensonges, notamment ce genre de numéro mais je ne disais rien, bien contente qu’il soit intervenu. Même si je ne voulais pas le reconnaitre, bien trop fière. « Pitoyable… » Murmurai-je alors que le pauvre type, une fois relâché, prit ses jambes à son cou sans demander son reste. Il était devenu bien pâle, les paroles de l’intervenant ayant eu l’effet escompté. « Et voilà qu’il part la queue entre les jambes » Son intervention avait été efficace, je ne pouvais pas dire le contraire et au moins, il n’y avait pu trop de grabuges. Mes collègues ne semblaient même pas avoir remarqué ce qu’il venait de se passer de mon côté. « J’étais trop loin pour entendre. Qu’est-ce que vous lui avez dit ?  » L’avait-il menacé ? Quelle approche avait-il eu pour qu’il parte aussi rapidement ? J’étais curieuse. « En tout cas, même si je pouvais m’en sortir seule sans problème, vous avez été très efficace » Trop fière pour le remercier convenablement, je reconnaissais tout de même sa capacité. « Je vais bien, il ne m’a pas touché. » Je continuais, le rassurant certainement de cette façon. Les propos insultants étaient déjà oubliés… j’étais malheureusement habituée et cela ne faisait rien. Ça me permettait juste de rebondir et de me défouler par moment. Je n’en avais pas eu le plaisir cette fois-ci, mais vu qu’il était devenu violent, j’étais finalement chanceuse. Heureusement qu’il était intervenu, la situation avait été bien gérée. Quel jeune homme surprenant… « Vous voulez un truc à boire ? Je vous l’offre, c’est la moindre des choses » Je proposais avant de me reculer. Je m’étais également approché pour pouvoir l’entendre et lui répondre. Il me fallait à présent continuer mon service, même si j’avais bien envie de me poser. J’attrapais un verre de shot et je le vidais, espérant reprendre des forces et me remettre dans le travail. Je jetais un coup d’œil derrière mois : dans quelques minutes, j’allais pouvoir prendre l’air. Cela me motiva à reprendre, tout en continuant de jeter des coups d’œil à ce mystérieux individu...  



Codage par Libella sur Graphiorum


endlesslove She's strong enough to walk away, but broken enough to look back... I miss you for some reason tonight, tears rise up inside my rising heart
avatar
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Mai 2018 - 22:30
Voir le profil de l'utilisateur


Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness
Tout en inspectant la jeune femme, vérifiant qu’elle n’était pas blessée, le jeune homme ne put s’empêcher de remarquer combien elle était belle. Mais il s’efforça de mettre cette constatation de côté pour se concentrer sur son objectif réel : s’assurer qu’elle allait bien. Kuan Ti n’aurait peut-être pas dû se lancer ainsi à la rescousse de la jeune femme, il le regrettait un peu, il n’aimait pas trop l’attention qu’il avait attirée, il voyait bien quelques personnes le surveiller, y compris le collègue de la serveuse, qui avait toujours les sourcils froncés mais semblait en proie à un dilemme inconnu au jeune chinois. Apparemment, il avait eu peur d’offenser l’inconnue mais il n’y avait aucune raison de ça, elle ne l’avait pas bien entendu. Kuan Ti lui sourit cependant, voulant paraître agréable et inoffensif, pour la serveuse. Dont il n’avait pas le nom, ce qui commençait à bien le frustrer. Il ne releva donc pas le fait qu’il doutait très bien qu’elle eut pu se débrouiller seule mais répondit malgré tout à sa précédente question : « Je l’ai juste menacé, ne vous inquiétez pas, je ne pense pas qu’il reviendra. Si jamais c’est le cas, dites-le-moi et je repasserai le rappeler à l’ordre ! » Il ne voyait aucun inconvénient à revenir ici, si ça pouvait être pour aider la jeune femme. S’il pouvait être utile, d’une manière ou d’une autre… « Je vais prendre un diabolo menthe, s’il vous plaît ! » Il ne supportait pas l’alcool, son existence même et les gens qui en buvaient, normalement. Cependant, lorsque la serveuse vida d’un trait un shot d’alcool… Kuan Ti n’éprouva pas le même dégoût que d’habitude. Il éprouvait juste une sorte de curiosité et d’inquiétude. Elle avalait ça tellement naturellement… Ça ne pouvait pas être sain, elle devait avoir un problème mais… Quoi ? Le chinois avait envie de savoir, il voulait connaître son nom, savoir où elle vivait, pourquoi elle se laissait faire lorsque des clients l’insultaient, pourquoi elle buvait ainsi, qui– Un grand verre apparut devant lui, son diabolo. Revenu sur terre brusquement, Kuan Ti paya la jeune femme puis prit son courage à deux mains. S’appuyant sur le comptoir, il s’avança pour qu’elle l’entende parfaitement bien : « Est-ce que… Ça vous dirait de sortir, dehors, afin de discuter ? Je suis inquiet, vous n’avez pas l’air d’aller bien et… On s’entend mal, ici. » Son cœur battait à tout rompre, dans sa poitrine, il ne savait pas d’où lui était venu cette excuse mais il espérait que ça fonctionnerait, qu’elle coopérerait, qu’il pourrait lui parler en tête à tête, tranquillement. Il voulait savoir qui elle était. Il voulait savoir si sa voix était aussi belle que son corps.



Don't wanna cry
The path that used to be familiar, it’s now unfamiliar. "Is this the path I know?" I ask myself. "What if she’s looking for me?" I’m looking for you right now. Don’t play around, I know you’re right there, feels like you’ll appear, so I’m just waiting. I need to find you, I need to go, but tears well up and it’s getting blurrier.
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Juin 2018 - 16:19
Voir le profil de l'utilisateur
"Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness "
Si j’avais souvent l’occasion de rencontrer des clients intrusifs et se permettant de tenir des propos désobligeants, j’avais également eu la chance de faire d’agréables rencontres. J’avais même créé quelques amitiés sur mon lieu de travail même si j’avais toujours un peu de mal à me lier réellement, surtout lorsque je sentais que j’appartenais à un monde trop différent de celui de mon vis-à-vis. Pour autant, il n’était pas évident de cerner une personne dans cet environnement qui ne laissait pas vraiment place à la discussion. J’avais d’ailleurs mal cerné cet individu qui avait tenter de lever la main sur moi, le pensant inoffensif. J’avais eu tort mais je m’en étais bien sorti grâce à cette personne qui me faisait encore face. J’ignorais ce qu’il avait pu dire pour que l’autre idiot prenne la fuite, mais j’étais reconnaissante, bien que trop fière pour admettre avoir eu besoin d’aide. C’était uniquement de la fierté mal placée car je savais que sans sa présence, j’aurais été bouleversée par la violence faite à mon encontre. « Vous inquiétez pas, je pense pas qu’il reviendra de sitôt. Je crois que vos menaces ont fonctionné vu la tête qu’il avait avant de fuir comme un lâche » Il n’avait pas besoin de me proposer son l’aide, ce n’était rien d’important et je ne voulais pas être traitée comme une demoiselle en détresse. Je savais qu’il disait ça par politesse ou peut-être par réelle envie d’aider mais je ne voulais pas qu’il perde son temps à tenir de tels propos alors que je pouvais très bien me débrouiller seule. C’était ce que j’essayais de faire depuis quelques mois et finalement, je ne m’en sortais pas si mal. Je me mettais, certes, dans des situations qui échappait parfois à mon contrôle, mais j’arrivais en général à garder la tête hors de l’eau et j’étais bien contente d’en être à ce stade. J’avais encore du chemin à faire mais j’étais bien partie.

Je le regardais avec surprise en entendant sa commande. « Pas d’alcool, um ?  » Je murmurais, encore étonnée. C’était rare qu’on me demande un soft, surtout qu’il ne semblait pas du tout alcoolisé. Je trouvais cela dommage de se priver alors que je comptais lui offrir un verre, c’était l’occasion de se faire plaisir. C’était certainement ce que j’aurais fait à sa place mais je n’étais pas un bon exemple, car l’alcool était une échappatoire. D’ailleurs, je ne tardais pas à me servir un shot de ce liquide pour me remettre dans le rythme. C’était devenu une triste habitude et j’avais sans aucun doute, un gros problème avec cette boisson... Ca ne datait pas d’hier et ce n’était pas maintenant que j’allais me rependre en main. J’avais plus urgent à régler. Je servais ainsi le verre à celui qui était venu à mon aide et je fronçais les sourcils alors qu’il me tendait de l’argent. «Pas besoin, je vous l’offre ! » Enfin, c’était plutôt l’établissement qui offrait mais ça revenait au même. De toute façon, au prix où on vendait nos boissons, le bar n’avait pas de souci à se faire même si on offrait quelques verres ou si les barmaids buvaient durant le service car je n’étais pas la seule. A vrai dire, dans ce monde de la nuit, c’était un peu notre moyen de tenir.

L’individu s’approcha à nouveau, cherchant à me dire quelque chose. J’essayais de l’écouter attentivement, mais les commandes fusaient dans tous les sens. J’avais cru comprendre quelques mots, mais j’étais un peu trop dans le jus pour vraiment comprendre ce qu’il avait voulu dire. J’hochais alors la tête de haut en bas, espérant lui faire comprendre que le message était bien passé. Il me semblait l’avoir entendu prendre de mes nouvelles, une seconde fois. Il n’avait pas besoin de s’inquiéter autant même si c’était attendrissant de sa part. Il semblait ne pas vouloir s’éloigner avant d’être certain de mon bon état. Je ne comprenais pas vraiment pour quelles raisons il insistait puisque j’allais bien. J’avais l’habitude de ce genre d’accident. Voulait-il lui aussi me faire des avances ? Il était tout à fait charmant, sans l’ombre d’un doute mais je ne pouvais pas me laisser avoir par ce joli minois. Quelque chose m’empêchait de m’approcher, une appréhension que je n’avais guère compris à cette époque. Je continuais ainsi de servir quelques verres, pensant avoir répondu à sa question.

Bien vite, je vérifiais à nouveau derrière moi et je vis que je pouvais prendre ma pause. Ce n’était peut-être pas le moment idéal vu qu’il y avait encore grande monde à servir mais c’était toujours le cas. Que j’attende encore un peu ou non, cela n’allait rien changer. Je pris ainsi un dernier shot avant de me diriger vers un collège, pour l’avertir. Il semblait à cran alors que je lui parlais. J’haussais les épaules, sans écouter les âneries qu’il pouvait encore raconter. S’il voulait que je reste, il pouvait espérer en vain, je n’allais pas lui faire ce plaisir. J’avais besoin de prendre l’air. Récupérant mon sac, je me dirigeais à l’extérieur et malgré la différence de température, je fus ravie de respirer une bouffée d’air « frais ». Cela faisait du bien et heureusement, il n’y avait pas grand monde. Je me décalais pourtant un peu, souhaitant être tranquille. Pourtant, alors que je relevais les yeux, ressentant une présence, je vis l’inconnu devant moi. « Qu’est-ce que vous voulez ? » Je demandais, sur la défensive. Il était ici depuis combien de temps ? M’avait-il suivi ou était-il arrivé avant mais, perdue dans mes pensées, je ne l’avais pas remarqué ? Au moins, j’allais pouvoir comprendre ce qu’il me disait cette fois-ci. J’attendais d’ailleurs d’entendre clairement le son de sa voix pour me faire un avis sur lui. Il était encore trop tôt pour que je le prenne pour quelqu’un d’insistant. Il ne me donnait, étrangement, pas cette impression….  

Codage par Libella sur Graphiorum


endlesslove She's strong enough to walk away, but broken enough to look back... I miss you for some reason tonight, tears rise up inside my rising heart
avatar
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Juin 2018 - 16:46
Voir le profil de l'utilisateur


Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness
La soirée de Kuan Ti semblait bien se profiler, au final, même si elle avait commencé de manière un peu… bousculée. Mais il ne regrettait pas d’être sorti, il était ravi d’avoir pu rencontrer cette jeune femme, cette belle inconnue. Elle semblait insister pour lui offrir un verre et alors même que le chinois venait de lui donner de l’argent. Soupirant, un léger sourire aux lèvres, le jeune homme rangea les billets. Ils ne s’entendaient pas assez pour qu’il puisse insister et, apparemment, elle semblait… Occupée. Ou préoccupée. Dans un rare élan de courage, Kuan Ti lui proposa d’aller parler dehors et il ne put empêcher sa poitrine de vibrer sous les coups extatiques de son cœur. Elle avait hoché la tête, elle était d’accord. Il cacha son sourire dans son verre, buvant une gorgée. Sourire qui disparut lorsque la serveuse partit, elle aussi. Elle s’occupait certes uniquement d’autres clients mais il ne pouvait s’empêcher de la surveiller, du coin de l’œil. Vérifiant qu’il ne lui arrivait rien, qu’elle n’était plus face à un client harceleur. Il buvait tranquillement, laissant ses jambes se balancer au rythme de la musique, observant les gens autour de lui et surtout la jeune femme. Puis, elle partit. C’était son moment, sans doute… ? Il n’était pas sûr, elle ne lui avait pas fait signe, ne lui avait plus adressé un regard, rien… Perplexe, Kuan Ti décida malgré tout de la suivre et vida son verre d’une traite, faisant signe à un serveur, un peu sur la gauche, et lui donnant les billets que la serveuse avait refusés. Puis, se levant, il se dirigea vers la porte derrière laquelle la jeune femme avait disparue. Et il la trouva, là, un peu en retrait. Il s’appuya légèrement contre le mur, mains dans les poches de son pantalon, un petit sourire aux lèvres. La lumière de la rue l’éclairait doucement, la décorant de couleurs chaudes et la rendant presque céleste, lui créant un halo de chaleur, de douceur. Il eut cette brusque impulsion de la prendre dans ses bras, de la garder au chaud, de la protéger du noir de la nuit, de la protéger du monde dans lequel ils vivaient. Puis le moment fut brisé alors qu’elle se tournait, l’apercevant. Le sourire de Kuan Ti disparut alors qu’elle l’agressait presque verbalement. Reculant d’un pas pour lui montrer qu’il ne lui voulait pas de mal et levant les mains en l’air, paumes vers elle, il se redressa et lui parla, sans avoir besoin de crier, cette fois : « Je suis désolé, je suis juste venu discuter, vous vous souvenez ? Je vous avez demandé à discuter, dehors, vous avez dit oui… » Le chinois avait soudainement l’impression qu’ils s’étaient moins bien compris que ce qu’il avait pensé, vue la surprise de la jeune femme… « Je suis désolé, je pensais que vous m’aviez entendu, j’aurai dû vérifier, je n’avais pas pensé à la musique, que vous ne m’entendriez pas bien… » Soupirant, Kuan Ti se décida à baisser les mains et avança d’un pas, tendant sa main droite vers la jeune femme. « Je m’appelle Titi, au fait. Et vous… ? » Avec un peu de chance, les choses se passeraient bien, cette fois.



Don't wanna cry
The path that used to be familiar, it’s now unfamiliar. "Is this the path I know?" I ask myself. "What if she’s looking for me?" I’m looking for you right now. Don’t play around, I know you’re right there, feels like you’ll appear, so I’m just waiting. I need to find you, I need to go, but tears well up and it’s getting blurrier.
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Juin 2018 - 0:17
Voir le profil de l'utilisateur
"Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness "
J’avais été étonnée de découvrir une silhouette devant moi alors que je mettais mise à l’écart, espérant profiter de ma pause pour être seule et faire le point. Même si je ne le montrais pas, cette altercation, m’avait quelque peu bouleversée. Son geste me restait en travers de la gorge alors que je réalisais à quel point cela semblait facile pour certaines personnes de se montrer violent. Je me souvenais de la triste réalité des derniers moments de ma précédente relation amoureuse et à quel point Jung Ho avait tourné d’une manière déplorable. Je ne voulais pas regretter toutes ces années passées à ses côtés mais ça m’était difficile alors que j’avais dû tout reprendre depuis le début. J’avais fait des progrès, c’était certain, mais ce n’était pas suffisant, pas assez bien…

Etudiante, je poursuivais enfin les étudies dont j’avais tant rêvé mais j’avais des années de retard par rapport à mes camarades et aucune raison valable pour expliquer ce délai. Pouvais-je avouer sans tabou, lors de mes futurs entretiens d’embauche, que j’avais simplement choisi l’amour au lieu de mes études, sacrifiant mon rêve par la même occasion ? Me connaissant, j’allais surement assumer mais ça risquait de me causer des difficutés, même si ma vision de l’amour avait depuis bien changé.

J’enchainais deux boulots pour survivre et me payer mes études ainsi qu’un toit sur la tête. Egalement, je désirais rembourser rapidement mon frère qui avait été mon soutien dès le début, alors que j’avais enfin eu la force de reprendre ma vie en main. Je ne voulais pas lui devoir quoi que ce soit, souhaitant lui montrer que j’avais changé et que j’avais enfin la tête sur les épaules et les yeux dans la bonne direction. Pourtant, ces deux boulots étaient de deux environnement bien différents et je me retrouvais souvent dans un état lamentable lorsque je travaillais au bar, buvant trop de boissons alcoolisées pour tenir le rythme. Enfin, « tenir le rythme », était un moyen d’excuser mes problèmes d’alcool et j’en avais conscience mais ce n’était pas encore ma priorité car malgré les inconvénients que cela pouvait me causer, ça restait une échappatoire plus ou moins efficace et surtout, une habitude d’un passé instable.

Il avait l’air si différent de moi et dès le premier regard, je l’avais senti. Pourtant, je n’arrivais pas à détacher mes yeux de lui, bien que je le toisasse du regard, par reflexe. Je ne comprenais pas pourquoi il était là… M’avait-il suivi ? J’avais des doutes et ma réaction était honnête, et certainement sans délicatesse mais j’étais sur les nerfs après cet évènement. « J’ai dit oui ? » Murmurais-je, essayant de me rappeler notre discussion. Les images m’apparurent alors et, en effet, je n’avais tout simplement pas compris ses propos et n’avais pas pris la peine de revenir vers lui, m’échappant rapidement. C’était de ma faute, je le reconnaissais, j’avais envoyé de mauvais signaux. Il devait regretter de m’avoir suivi, à présent. Je baissais ainsi les yeux, m’attendant à ce qu’il parte mais je remarquais qu’il s’était avancé vers moi. Je relevais le regard, plongeant mes iris dans les siens, étonnée de le voir toujours présent. Il avait tendu une main vers moi et je la regardais un instant, sans dire un mot. Il avait des gestes étonnants, différents de ce qu’on avait tendance à me proposer habituellement. Je ne savais pas comment interpréter son attitude. «Ha Neul… Je m’appelle Ha Neul ». Je répondis, sans bouger d’un poil. Je n’étais pas fan du contact physique, surtout lorsque la personne m’était complètement inconnue tout comme ses intentions. J’arquais un sourcil : « Titi, vous dites ? » Je n’avais jamais étendu un tel prénom… C’était… adorable ? « C'est de quelle origine ?  » Ce n’était pas dans mes habitudes de faire la conversion mais puisqu’il était là et qu’il m’avait rendu service, je n’allais pas me montrer trop froide envers lui.. Qui plus est, ce jeune homme n’était pas agréable à regarder et ce n’était pas pour me déplaire.

Codage par Libella sur Graphiorum


endlesslove She's strong enough to walk away, but broken enough to look back... I miss you for some reason tonight, tears rise up inside my rising heart
avatar
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Juin 2018 - 13:05
Voir le profil de l'utilisateur


Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness
Dehors, tout allait être plus simple. Kuan Ti et la serveuse allaient mieux s’entendre, pouvoir réellement discuter. Il allait savoir qui elle était. Il allait pouvoir mettre un nom sur ce visage qui commençait à peine à le hanter. Mais il était évident que le chinois aurait dû être plus attentif, s’assurer qu’elle avait bien compris. Le mal était fait et il était inutile de s’attarder dessus, il fallait avancer, aller de l’avant. C’était une chose qu’il s’efforçait de faire depuis qu’il avait quitté la Chine. Depuis que la claque avait résonné, dans sa vie, depuis qu’elle avait fait tremblé les piliers qui le tenaient debout. Face à cette jeune femme, le jeune homme se contentait de sourire, veillant à ne pas être trop près pour ne pas envahir son espace vital. Il avait l’impression d’être face à un animal sauvage qui pourrait le mordre si jamais il faisait un geste trop brusque, s’approchait de trop. Il se doutait, en réalité, que la serveuse ne l’agresserait pas mais plutôt qu’elle partirait, qu’elle le planterait sur place. Elle se méfiait de lui, il le sentait, mais il était déterminé. Il saurait l’apprivoiser, lui montrer qu’elle n’avait rien à craindre de lui. Il voulait faire parti de sa vie et il en ferait parti, d’une manière ou d’une autre. Mais s’il avait conscience que leur relation avait déjà commencé, s’il voulait ne plus être un simple visage qu’elle reconnaîtrait, dans une foule, il fallait qu’il lui donne de quoi se souvenir de lui. Alors il lui donna son nom. Enfin. Pas tout à fait. Mais elle ne réagit pas tout de suite, lui donnant son propre nom à elle. Ha Neul. Le ciel, en coréen. Ce nom était tellement plus poétique que son propre nom à lui. « Ha Neul ? C’est joli… » Et il lui allait très bien. Elle lui faisait penser à des nuages, éblouissant mais fuyant, changeant facilement de couleur. Il lui souriait toujours, répétant dans sa tête la façon dont elle parlait, doucement, comme si elle osait à peine parler. Et il était extatique de toutes ces découvertes, ne perdit même pas son sourire lorsqu’il comprit qu’elle ne prendrait pas sa main. Car il se rendait compte qu’il avait encore du chemin à faire pour qu’elle l’accepte, et il était prêt à attendre, à être patient, à avancer tout petit pas après tout petit pas. Il allait s’assurer qu’elle n’ait jamais envie de le laisser planter, il allait s’assurer qu’il ferait parti de sa vie, d’une manière ou d’une autre. Il aurait peut-être dû s’inquiéter de cette soudaine envie de faire parti de sa vie, d’être près d’elle mais il n’en avait ni l’envie ni la présence d’esprit, sur le moment. Il se contentait juste de fourrer ses mains dans ses poches de pantalon, pas le moins du monde vexé par le fait que Ha Neul ait refusé de serrer sa main. Cependant il ressortit rapidement sa main droite pour se masser la nuque, un peu mal à l’aise. Les choses étaient toujours comme ça, quand il se présentait. Les gens ne comprenaient pas son nom. Et, pour la première fois, Kuan Ti décida d’expliquer : « C’est un surnom, en réalité. Mais je n’aime pas mon prénom alors… Je m’en suis débarrassé ! » Il lui sourit, prenant un ton léger afin de montrer que ce sujet n’était pas si sensible que ça pour lui… Même s’il espérait qu’elle ne lui demanderait pas plus de détails. Il n’était pas sûr qu’il arriverait à être honnête jusqu’au bout. Mais il avait malgré tout l’impression qu’elle n’était pas du style à poser des questions aussi personnelles. Même si elle était curieuse. « Et je suis chinois. Je suis né dans le sud de la Chine. Je vis à Séoul depuis mes dix-huit ans donc, ça fait… cinq ans… Wow, le temps passe vite, dis donc ! » Il rit doucement puis s’appuya à nouveau contre le mur, mains dans les poches. « Et vous, vous êtes née à Séoul… ? Cette ville est tellement dingue, j’y vis depuis cinq ans mais je n’arrête pas de découvrir de nouvelles choses, j’ai l’impression que je ne finirai jamais d’apprendre de nouvelles choses… ! »



Don't wanna cry
The path that used to be familiar, it’s now unfamiliar. "Is this the path I know?" I ask myself. "What if she’s looking for me?" I’m looking for you right now. Don’t play around, I know you’re right there, feels like you’ll appear, so I’m just waiting. I need to find you, I need to go, but tears well up and it’s getting blurrier.
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Juin 2018 - 18:41
Voir le profil de l'utilisateur
"Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness "
J’ignorais pour quelles raisons je répondais à ce jeune homme alors qu’il m’était simple d’écourter cet échange que je n’avais pas voulu. Pourtant, je l’écoutais et lui répondais en toute simplicité. Il ne me paraissait pas mauvais en soi, même si je ne comprenais pas ce qu’il espérait en venant vers moi. Je n’avais pas vraiment fait d’effort envers lui et ce, même s’il était venu me donner un coup de main. Coup de main qui avait été fort utile, je devais l’admettre. J’étais reconnaissante mais trop fière pour l’exprimer clairement même si j’avais tenté de lui faire comprendre à ma manière. Je n’aurais toutefois pas pensé qu’il me suivrait, ou plutôt qu’il allait souhaitait converser avec moi. J’étais distante et méfiante de nature, et je n’avais pas envie de jouer avec lui. Il m’avait aidé et me semblait tout à fait charmant. Je dirais même que de la gentillesse pure semblait émaner de lui et je ne voulais pas abimer une personne comme lui. Il semblait si différent, appartenant à un autre monde. J’ignorais pourtant tout de lui et des blessures qu’il avait peut-être connu dans la vie mais une chose me semblait évidente, il avait ce quelque chose qui m’intriguait malgré moi. Je mettais cet intérêt de côté, n’y prêtant pas plus d’attention. Tout ce que je voulais, c’était penser à autre chose que le boulot et le rythme effréné que j’allais bientôt retrouver.  

J’haussai les épaules à sa remarque. Il avait dit trouver mon prénom joli et pour être honnête, ça m’avait fait plaisir. Je n’avais plus de contact avec mes parents depuis longtemps mais au moins, ce prénom me rattachait encore à ceux qui m’avait donné de l’amour dès mes premiers cris. Je regrettais toutes les horreurs que j’avais pu leur dire dans la colère et l’incompréhension. Jeune et stupide, je n’avais pas su prendre des pincettes ni même écouter ceux qui ne voulait que m’offrir le meilleur et me guider dans ce monde plein de lacunes. « Um, je comprends mieux…  » Je me demandais quel était ce prénom qu’il détestait tant, suffisamment pour ne plus vouloir se présenter par celui-ci et surtout, pour quelles raisons il ne souhaitant plus en faire usage. C’était intriguant mais je ne posais pas de question supplémentaire. J’étais naturellement curieuse mais si je lui posais des questions trop indiscrètes, j’allais faire un pas de trop envers lui. Je ne voulais pas que ma curiosité soit prise pour un intérêt particulier alors qu’il était hors de question que je me laisse séduire par un inconnu.

Il était chinois, ce qui expliquait ce petit accent qu’il avait malgré un excellent vocabulaire. Il m’avait également donné une information supplémentaire dans son discours, son âge. Il était plus âgé que je n’aurais pensé en voyant son visage mais en même temps, je percevais une certaine maturité dans son attitude. C’était encore trop tôt pour le cerner et, je ne pensais pas avoir cette occasion dans le futur. « Je suis née à Incheon » Une ville que j’avais quitté depuis longtemps et si, l’envie d’y retourner était puissante, je n’étais pas encore prête à y remettre les pieds. Je savais que les souvenirs de mon enfance allaient me revenir de plein fouet et je n’étais pas capable de gérer ce flux d’intense émotions s’abattre sur moi. Je n’y retournerais que lorsque j’aurais mis de l’ordre dans ma vie et que je me serais débarrassée de tous ces démons m’empêchant d’avoir une vie stable. Je soupirais, revoyant cette maison dans laquelle j’avais grandi et qui me manquait atrocement. J’avais surtout envie de revoir le visage souriant de mes parents, les images qui me restaient s’affaiblissant avec le temps. « C’est vrai que Seoul a beaucoup de choses à offrir… » Je ne me rendais pas toujours compte de la beauté de notre capitale, trop obnubilée par ma pauvre vie, pitoyable pour beaucoup. « J’ai une question », continuais-je, changeant de sujet : « Vous pratiquez un sport de combat, quelque chose comme ça ? » J’avais remarqué le contrôle qu’il avait su canaliser en usant de sa force, et ses gestes m’avaient paru parfaitement maitrisés. Comme s’il savait exactement ce qu’il faisait. Ce constat m’ayant intrigué, je profitais de sa présence pour en savoir plus.

Codage par Libella sur Graphiorum


endlesslove She's strong enough to walk away, but broken enough to look back... I miss you for some reason tonight, tears rise up inside my rising heart
avatar
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Juin 2018 - 22:02
Voir le profil de l'utilisateur


Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness
Elle parlait peu, ses phrases étaient courtes, mais Kuan Ti ne s’en lassait pas. Il aimait entendre sa douce voix, il aimait savoir qu’elle lui parlait à lui, qu’il avait toute son attention. Ils étaient seuls et elle ne voyait que lui, ne pensait peut-être qu’à lui, à cet instant. Il savait que c’était stupide, puéril, mais il ne pouvait empêcher son ego de grossir, de se sentir plus confiant. Mais il se refusait à le montrer, il ne voulait pas qu’elle soit dégoûtée par son attitude, qu’elle ait envie de partir. Il voulait qu’elle reste, qu’elle ait envie de le revoir. Qu’elle pense à lui, une fois qu’ils seraient séparés. Mais peut-être en demandait-il trop. Il ne savait pas. Il s’en fichait, pour l’instant. Ha Neul était concentrée sur lui, pour l’instant, et c’était tout ce qui comptait. Ainsi que les quelques petits éléments qu’il pouvait glaner, sur la serveuse. Jusque-là, il était content de ne pas avoir eu tort, par rapport à elle. Il l’avait plutôt bien cernée et avait l’espoir de ne pas la faire fuir, de parvenir à non seulement lui donner envie de rester dans sa vie mais aussi et surtout de lui en donner la possibilité. En attendant, il en apprenait un peu plus, doucement, sur elle. Elle venait d’Incheon, une ville qu’il ne connaissait que très peu. Sourcils froncés, Kuan Ti n’hésita pas à manifester ce doute : « Incheon ? Je n’y suis allé qu’une fois, c’est là où mon avion a atterri, quand je suis arrivé en Corée du Sud. Depuis, je n’y suis jamais retourné… Il y a des choses intéressantes, à y faire ? Je ne connais vraiment pas la Corée du Sud, je devrais peut-être prendre le temps de visiter, maintenant que je vais y rester… » Il savait déjà où il voulait aller : Busan, Jeju, Kwangju, Daegu… Et plein d’autres endroits. Peut-être devrait-il rajouter Incheon à la liste. Le jeune chinois fut tiré de ses pensées lorsque Ha Neul lui posa une question. Kuan Ti cacha son excitation et s’accroupit par terre, dos contre le mur, pour répondre. Comme ça, elle le regardait de haut. Elle était en position de force, même si le jeune chinois savait parfaitement comment la mettre à terre et, surtout, la mettre hors d’état de nuire, même en étant plus bas qu’elle. Souriant, le jeune homme lui répondit : « Oui, je pratique du wushu depuis… Depuis que j’ai commencé l’école donc depuis mes trois ans. Je l’enseigne, ici, c’est mon seul avenir, actuellement mais ça paie bien et j’aime beaucoup ça ? Je rencontre plein de gens différents et surtout des enfants, ils sont toujours remplis d’entrain et de volonté, c’est adorable ! » Il rit en repensant à son groupe d’enfants le plus jeune, de quatre à cinq ans. Il les aimait vraiment beaucoup. « Et vous, vous faites quoi, comme travail ? Juste le bar, ici ? » Il avait encore plein de choses à lui demander, encore plus de sujets à aborder, de détails qu’il voulait découvrir… Et il avait peur que la nuit soit comme celle de Cendrillon : qu’elle doive s’arrêter à minuit. Soit, beaucoup trop tôt.



Don't wanna cry
The path that used to be familiar, it’s now unfamiliar. "Is this the path I know?" I ask myself. "What if she’s looking for me?" I’m looking for you right now. Don’t play around, I know you’re right there, feels like you’ll appear, so I’m just waiting. I need to find you, I need to go, but tears well up and it’s getting blurrier.
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin 2018 - 22:25
Voir le profil de l'utilisateur
"Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness "
Un filet d’air passa entre mes lèvres alors que je levais les yeux vers le ciel. Il n’y avait aucune étoile... Le ciel était sombre et vide, un peu comme mon cœur à cet instant précis. Les souvenirs venaient une nouvelle fois me hanter, alors que je repensais à cette ville qui m’avait vu grandir. Je n’avais pas envie de parler de cet endroit, parce que je m’interdisais d’y reposer le moindre pied. C’était si proche, à porter de mains, et pourtant, je ne pouvais pas y retourner. C’était douloureux mais c’était une torture que je m’infligeais pour aller de l’avant. Il était hors de question que j’apparaisse dans cet état devant mes parents. Même s’ils avaient vu pire… et je voulais à tout leur faire oublier cet état lamentable dans lequel il m’avait trouvé quelques années plus tôt. « C’est d’une ville sympathique et plaisante. Il y a de quoi faire… » Je n’avais pas envie de citer d’endroits spécifiques car je savais que des images allaient me revenir et il était hors de question que mon moral soit au plus bas. J’avais vraiment besoin de me changer les idées…

Mon regard se posa vers notre droite, alors que je remarquais un petit groupe d’individus fumer près de l’entrée de la boîte de nuit, tentée.

Si j’avais bien compris, ce jeune homme, le dénommé Titi, comptait rester en Corée du Sud. C’était tout du moins le message que j’avais cru décrypter dans ses propos et je me demandais pour quelles raisons. Peut-être était-il tombé sous le charme de la capitale, peut-être avait-il rencontrer quelqu’un ou tout simplement trouver une profession confortable qu’il ne voulait pas laisser en retourner dans son pays d’origine. J’aurais pu être curieuse, tentée d’en savoir un peu plus sur lui mais je n’avais pas envie de poser des questions. Je ne voulais pas m’intéresser à quelqu’un que je n’allais tout simplement pas revoir, c’était une perte du temps. J’aimais le silence et l’air frais qui venait s’abattre sur ma peau dénudée. Il faisait frisquet par rapport à la chaleur intérieure mais ça ne me dérangeait pas tant. Sentir de telles sensations me faisait me sentir vivante, aussi bizarre que cela puisse paraitre pour certains. « Du wushu ? » J’avais décidé de ne pas poser de question, mais pourtant, je n’avais pas pu m’en empêcher. J’avais repensé à son intervention, et j’avais essayé de deviner la profession ou les études qu’il pouvait suivre, d’où cette interrogation soudaine. Comme prévu, j’en apprenais plus que je ne l’aurais pensé. Il était tout mon inverse, plus éloquent que je ne l’étais. Peut-être était-ce aussi un moyen de combler le silence que je laissais naturellement s’installer. « Je ne connais pas vraiment. » Je n’avais pas de connaissances étendues dans les sports de combat et je ne risquais pas d’en pratiquer non plus, même si peut-être des gestes d’auto-défenses auraient pu me servir… Être tétanisée n’allait pas vraiment me faciliter la tâche.

Il avait un rire agréable, je devais l’avouer et je détournais les yeux par reflexe, mal à l’aise. Il devait penser aux enfants qu’il entrainait… « Juste le bar ?  » J’arquais un sourcil, piquée à vif par cette remarque maladroite. J’aurais aimé n’avoir qu’un emploi mais cela n’était pas suffisant avec mes études que je devais fiancer et même si j’aimais cet endroit et cette ambiance, ce n’était pas un métier d’avenir dans mon cas. J’avais d’autres rêves mais je ne les avais pas encore atteints… Pour autant, travailler dans un bar n’avait rien de honteux mais le salaire n’était pas suffisant pour vivre à mon stade « Je travaille dans un café, aussi. » Un métier bien différent, en soi puisqu’iil se déroulait la journée, la lumière du soleil illuminant les lieux, lors des jours cléments. Sinon, c’était la lumière artificielle qui venait réchauffer les lieux mais contrairement au bar, je n’étais pas à l’aise derrière mon comptoir.

Je sortais mon portable pour vérifier l’heure, et visiblement, j’aillais bientôt devoir retourner à l’intérieur pour reprendre mon service. J’avais besoin d’un nouveau stimulant pour reprendre mes aises… Un énième soupire fila entre mes lèvres alors que je baissais mon regard vers Titi, curieuse malgré moi. Il était resté durant toute ma pause alors que pourtant, je n’avais pas vraiment fait d’effort pour engager la conversation. Il était intriguant.

Codage par Libella sur Graphiorum


endlesslove She's strong enough to walk away, but broken enough to look back... I miss you for some reason tonight, tears rise up inside my rising heart
avatar
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Juin 2018 - 14:55
Voir le profil de l'utilisateur


Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness
Ha Neul était réellement intrigante. Kuan Ti essayait de mieux la comprendre, il observait la façon dont elle parlait, dont elle se tenait. Elle ne bougeait presque pas mais semblait petit à petit se détendre, même si cela était encore très lent. Il ne pouvait s’empêcher d’être heureux de cette constatation car cela voulait dire qu’elle se sentait un peu à l’aise, en sa présence. Suffisamment pour ne plus vouloir son départ de manière active. Elle répondait à ses questions, même s’il était évident qu’elle n’était pas très bavarde et pas très à l’aise, encore. Mais le jeune homme était plein d’espoir. Il cherchait juste quels étaient les bons sujets, comment lui donner envie de parler. Apparemment, Incheon n’était pas un bon sujet, sûrement parce qu’elle n’y avait pas de bons souvenirs ou bien que la ville lui manquait et qu’y repenser lui faisait mal. Ou bien pour une toute autre raison, il ne savait pas réellement qui elle était, quel était son passé, il ne pouvait que faire des suppositions et prier pour ne pas faire d’erreurs. Ha Neul semblait quand même s’intéresser à lui, elle lui avait posé une question. Une seule mais c’était déjà un bon pas en avant. Elle n’était pas uniquement passive, dans cette conversation. « Oui, du wushu, ça faisait parti des matières obligatoires, dans l’école où j’étais… Ça me plaisait beaucoup, alors j’ai continué et je n’ai toujours pas arrêté. » Kuan Ti sourit à la serveuse avant de continuer. « Ça se pratique généralement avec une arme : une lance, un sabre, une épée, un bâton, nunchaku… Mais ça peut aussi se pratiquer à mains nues. Personnellement, je suis plus à l’aise avec un bâton ou un nunchaku. Après, ce n’est pas non plus très utile dans la vie de tous les jours, même si ma souplesse est très pratique ! » Le jeune homme sentit qu’il avait mal abordé le sujet suivant. Son sourire disparu alors qu’il voyait qu’elle n’appréciait pas trop. Il ne comprenait pas, à vrai dire, où était le problème mais il ne pouvait pas trop lui demander. Il fut soulagé de voir qu’elle lui répondait. Cependant, sa réponse le perturba. Elle travaillait avec des gens « pourtant vous fuyez le contact humain et vous semblez ne pas aimer être– » Le jeune homme s’interrompit, portant sa main à sa bouche. Il avait parlé à voix haute. Se levant immédiatement, il recula d’un pas pour remettre de la distance entre eux deux et leva les mains, paumes vers elle : « Je… Je suis désolé, ça m’a échappé, je n’aurais pas dû– Ça ne me regarde pas, c’était déplacé de ma part, de faire ce genre de suppositions je… Je suis vraiment désolé… »



Spoiler:
 


Don't wanna cry
The path that used to be familiar, it’s now unfamiliar. "Is this the path I know?" I ask myself. "What if she’s looking for me?" I’m looking for you right now. Don’t play around, I know you’re right there, feels like you’ll appear, so I’m just waiting. I need to find you, I need to go, but tears well up and it’s getting blurrier.
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 71
✮ DATE D'INSCRIPTION : 15/05/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 08/03/1995
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Juin 2018 - 15:29
Voir le profil de l'utilisateur
"Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness "
Je n’aurais pas pensé, en posant cette question, obtenir une telle réponse. Si j’avais été dans un autre état d’esprit, cela m’aurait certainement fait sourire, charmée par cette passion qu’il semblait avoir pour ce sport. J’avais eu de nombreux détails et une chose était évidente, c’était un sport qui proposait de nombreuses facettes et de nombreuses possibilités, ce qui devait expliquer cet engouement qu’il avait en parlant de son métier. Il avait de la chance, peu de personne arrivait à vivre de leur passion et lui, avait eu cette capacité et semblait s’épanouir dans sa profession, c’était en tout cas l’impression que j’en avais. Je me rappelais alors mon adolescence, alors que j’exprimais à tout va cette passion que j’avais pour les mots et mon envie de partager au monde entier des messages d’importance, souhaitant impacter les autres et avoir la possibilité d’agir à ma manière. J’avais toujours rêvé être journaliste et j’en avais eu une image très particulière alors qu’à présent, je me prenais conscience que le chemin était encore long pour en arriver au stade qui me faisait tant envie. Je ne pouvais pas claquer des doigts et devenir une journaliste suffisamment reconnue pour avoir l’a possibilité de dire mon ressenti et pointer du doigt ce qui faisait défaut en ce monde. Et dieu qu’il y en avait… Je savais que j’allais être au bas de l’échelle, écrire un temps des articles sans trop d’importance afin de progressivement faire mes preuves. J’espérais alors pouvoir évoluer au plus vite pour m’épanouir à mon tour dans un domaine qui m’a toujours parlé. Je me souvenais encore des heures que j’avais passé à travailler sur le journal de mon lycée alors que pourtant, il n’était pas souvent lu. Mais cela m’avait parmi de pousser des coups de gueules et de me libérer de certains poids. Puis, j’avais tout laissé tomber. J’avais mis de côté ce rêve pourtant si cher à mon cœur pour suivre la personne que j’aimais. Il ne m’avait pas demandé de tout arrêté mais j’avais voulu être comme lui pour mieux le comprendre, pour mieux le sauver. Ça avait été fort naïf et j’en payais encore en ce jour les frais. Heureusement, j’avais réussi à me relever et doucement je reprenais ma vie en mains.

J’avais été légèrement agitée par les propos de mon vis-à-vis, me demandant s’il était lui aussi en train de sujet mon métier. Il n’aurait pas été le premier, puisque j’avais déjà eu droit à quelques regards hautains ou tout simplement incompréhensifs. Pour certaines personnes, cela ne semblait pas avoir une bonne image, surtout pour une étudiante. Pourquoi est-ce que je me retrouvais dans une boîte de nuit plusieurs fois par semaine alors que j’aurais pu trouver un travail plus stable et moins éprouvant ? Personne ne pouvait comprendre le besoin que j’avais de garder un pied dans un environnement comme celui-ci, sentant l’odeur de l’alcool jusque dans mes vêtements et l’odeur de la cigarette venant s’infiltrer dans chaque morceau de tissus et dans ma chevelure. C’était parce que j’étais habituée à ses odeurs et à voir des gens enchainer les verres. Enchainer des verres pour oublier, pour supporter la vie ou tout simplement pour s’amuser. Différentes raisons pouvaient pousser une personne à commander de l’alcool et les miennes était les mauvaises mais au moins, je n’étais pas dans un lieu oppressant. Je n’avais pas non plus besoin de sourire pour tout et n’importe quoi simplement pour plaire et offrir un service exemplaire à des personnes hautaines, nous voyant uniquement comme des personnes d’une classe inférieure. Juste parce que l’image de la réussite était pourrie.

Je relevais à nouveau les yeux vers lui, les plongeant dans les siens. Il semblait regretter ses propos et c’était une bonne chose parce qu’il avait réussi à me titiller encore plus, dans un mauvais sens. Je n’avais pas besoin de son avis, ce qu’il pensait savoir de moi ne lui donnait pas le droit d’être surpris de mes choix de carrière. « Oui, c’était déplacé. » Je répondis dans un premier temps, très peu fan de la tournure de la conversation. Il était sympathique mais maladroit dans ses paroles, c’était évident. Il n’avait pas mauvais fond et en réalité, il m’avait fait bonne impression mais malgré tout, je ne voyais pas l’intérêt de continuer cette discussion. Il était clair que nous étions trop différents et qu’il ne pouvait pas comprendre quelqu’un comme moi. Je ne comptais pas lui laisser cette opportunité, malgré l’aide qu’il avait pu m’apporter plus tôt dans la soirée. Je ne voulais pas non plus rester avec quelqu’un qui semblait s’intéresser à moi, ne comprenant pas ce qu’il pouvait trouver d’intéressant vu le peu d’échange que j’avais accepté d’avoir avec lui. J’haussais les épaules avant de reprendre la parole : « Juste pour information, quand on a besoin d’argent, on évite d’être difficile. C’est tout. » C’était ma réponse à son étonnement. Je n’aimais pas particulièrement travailler au café, servir des gens en pleine journée et me montrait polie en toutes circonstances, mais je n’avais pas le choix. C’était une opportunité que j’avais pu trouver et que me permettait, en plus du bar, de payer mon loyer et mes études, tant bien que mal. Il m’avait en parti cerné et je devais m’éloigner de cette personne. Intéressante mais d’un monde trop éloigné du mien… « » J’avais hésité à rajouter quelque chose mais j’optais pour garder le silence. Ma pause était terminée, je n’avais plus de raison de rester dehors. J’avais surtout besoin d’un remontant efficace pour terminer cette étrange soirée.

Ainsi je tournais le dos au jeune homme, m’apprêtant à retourner à l’intérieur.

Codage par Libella sur Graphiorum


endlesslove She's strong enough to walk away, but broken enough to look back... I miss you for some reason tonight, tears rise up inside my rising heart
avatar
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans
Rang Wolf

✮ MESSAGES : 98
✮ DATE D'INSCRIPTION : 18/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/03/1994
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
 

[TINEUL] Hope is being able to see that there is light despite all of the darkness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?
» 01. Only Hope • Dakota (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seoulmates :: Les quartiers de Séoul :: Hongdae (홍대)-