CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | .
 

 breathe it, feel it, sing it | ft. Lucas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jeu 21 Juin - 18:01
Voir le profil de l'utilisateur

breathe it, feel it, sing it

Immobile devant la fenêtre ouverte, il laissait ses yeux voyager sur le paysage, dessinant avec maladresse les traits des immeubles, du ciel et des nuages, s'amusant parfois à suivre quelques oiseaux qui passaient par là. Il essayait de peindre le reste, de laisser les sons le guider dans un croquis de ce qu'il ne voyait pas, inventant parfois des objets, des personnes, des couleurs. Bougeant enfin, il s'avança un peu plus, le regard toujours fixé sur le ciel qui les dominait tous. Ses doigts s'agrippèrent au rebord, sans trop y mettre de force, simplement pour le rassurer, pour lui faire prendre conscience qu'il ne pouvait pas tomber. Il pouvait observer ce genre de paysages pendant des heures, sans rien faire, juste à regarder, dessiner, tracer, écouter, imaginer. Il pouvait rester ainsi un long moment, à simplement essayer de comprendre, à s'interroger. Le vent lui chatouilla doucereusement les joues, lui faisait clore les paupières pour le laisser profiter, ses mains se détachant du rebord pour tomber mollement contre ses cuisses. Et là, les yeux fermés, le vent contre sa peau, il se demandait – comme souvent – ce que cela faisait de voler. Il se demandait – comme régulièrement – quelle sensation cela procurer de flotter. De flotter sans attaches, sans retenues, sans rien. De flotter, porter par le vent et son envie, près de ce ciel et de ces nuages, loin du bruit, loin de tout. Il enviait les oiseaux. C'était étrange, mais c'était vrai. Ils dessinaient la définition de la liberté selon lui. Voler, suivre le vent, les brises, le courant, ses désirs. Voler, vers le ciel, les nuages, cet ailleurs qu'eux seuls connaissaient. Voler, jusqu'à ce que l'envie s'arrêter, que l'instinct résonne et ne le fasse s'arrêter. S'arrêter où il le voulait, quand il le voulait. Être libre, dans un sens poétique et abstrait, celui de pouvoir partir et revenir sans devoir d'explications à personne, pas même à soi-même. Il voulait ressentir cette sensation, celle de flotter dans l'air sans être attaché ou tenu. Il voulait savoir ce que cela faisait, si cela apaisait, si cela procurait vraiment un sentiment de bien-être total. Et en rouvrant les yeux, il se demandait si sa mère l'avait ressenti, ce bien-être. Si sa mère avait voulu connaître cette liberté aussi. Il se demandait si c'était ce qu'elle avait cherché, ce qu'elle avait voulu sentir. Avait-elle réellement cru que tout disparaîtrait ? Ou qu'elle flotterait éternellement sans jamais avoir à se poser ? Peut-être était-ce ce qu'elle avait voulu. Voler, à jamais. Qu'avait-elle ressenti à ce moment-là ? Avait-elle compris que ce ne serait jamais le cas ? Ou s'était-elle entêtée à y croire ? Continuait-elle de voler depuis ? Ou s'était-elle enfin posée quelque part, en paix avec elle-même, heureuse et reposée ? Cela semblait difficile à imaginer. D'imaginer sa mère en tranquillité avec elle-même, avec ses pensées et son esprit malmené. Hors, il espérait pour elle que ce soit le cas, et que cela puisse être le cas pour lui un jour aussi. Un souffle vint mourir contre ses lèvres, se mêlant sans souplesse à la petite brise qui chanta contre sa peau alors que sa main se leva, s'étirant dans le vide dans l'envie ridicule d'essayer de comprendre et de sentir.
Son regard ne se tourna jamais vers le bas, restant fixé vers le haut. Toujours vers le haut. Vers le haut de ces immeubles, de ce ciel, de ces nuages. S'il le baissait un peu trop, son esprit tirait la sonnette d'alarme et ses prunelles remontaient directement. Regarder vers le bas, c'était regarder sa mère qui tombait. C'était regarder sa propre inertie droit dans les yeux. C'était se rendre coupable de choses dont il était innocent. C'était revenir en arrière. Bien qu'en soit, il revenait toujours en arrière. Il revenait toujours à cet instant. Il revenait toujours à ces images. Il y reviendrait probablement ce soir, une fois confortablement allongé sur son lit, une fois endormi.

Il se perdrait volontiers encore sur cet horizon durant des heures, laissant ses interrogations le transporter ici ou là. Laissant ses pensées valser dans son esprit sur une mélodie rythmées de souvenirs et de paroles. Il se perdrait volontiers dans ce tableau mélangeant péniblement passé et présent, supprimant brutalement tout futur. Il plongerait la tête la première dans cet océan rural, roulant sans broncher sur ces vagues d'idées qui le submergeraient.
Mais il n'avait pas le temps. Pas aujourd'hui. Peut-être plus tard. Peut-être demain. Il se recula sans bruit, fermant la fenêtre, se coupant de ce paysage, arrêtant son croquis, et il s'habilla soigneusement dans des mouvements presque un peu trop gracieux pour ce qu'il faisait.

Il quitta son appartement ensuite, se noyant dans les bruits de la ville à peine le premier pas posé sur le sol dur. Son regard se leva, sur une fenêtre, sur une autre, sur le haut d'un immeuble, sur le ciel. Toujours plus haut. Avant de dégringoler rapidement vers ses pieds. Une légère esquisse peinée glissa sur ses lèvres alors qu'il faisait le premier pas, qu'il avançait discrètement dans la foule, évitant avec dextérité chaque personne qui venait en contre-sens. Un coup d’œil sur sa montre, et sa frimousse devint un peu plus perturbée. Il allait être en retard s'il ne se dépêchait pas.

« Salut », prononça-t-il doucement dans un fin sourire face à Lucas, « Tu vas bien ? », il regarda à nouveau sa montre, mimant un petit air désolé dans un rapide mouvement d'épaules, « Tu n'as pas attendu trop longtemps j'espère ? », il commença à entrer dans la bâtisse, « Je t'offre une boisson pour me faire pardonner », il lui sourit avant de se diriger vers le comptoir afin de réserver une salle pour quelques heures. Il n'avait pas spécialement l'habitude de chanter – on ne comptait probablement pas les petits chuchotement qui quittaient sa bouche lorsqu'il était sous la douche – mais il pouvait bien faire l'effort pour ce soir de libérer la Mariah Carey qui se cachait là, quelque part, au fond. Ou du moins il espérait que Lucas se contenterait du sosie de la demoiselle. « Je te laisse le grand honneur d'ouvrir le bal aussi ce soir. Ne me remercie pas, c'est avec plaisir », il fit un bref mouvement de main, la plaçant rapidement sur son cœur, tentant de peindre sa générosité sur les murs, avant de se rendre en silence dans la salle qui les hébergerait pour quelques heures. Salle dont il observa les murs avec soin, ainsi que le sol, avançant doucement vers la banquette, la fixant bêtement tout en restant debout à côté, avant de se pincer les lèvres et de s'asseoir.
AVENGEDINCHAINS



☽☽ Again today, there are questions I don’t know. I’m trying to answer but I’m not confident. Is it this way or that way? I’m afraid of my decision. With an anxious heart I’m standing in front of the next choice

   
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Juin - 10:59
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y avait rien à faire, cet hématome n'allait certainement pas disparaître du jour au lendemain. Lucas se fixait dans le miroir de sa salle de bain, après que son regard se soit posé sur la deuxième brosse à dent qui restait aux côtés de la sienne, le sourire aux lèvres. Dieu que c'était cliché, mais il n'en avait même pas honte. Il estimait ne pas entrer dans cette catégorie de personne amoureuse et agaçante, ne jurant que par l'être aimé et devenant niaise. Il n'était pas comme ça. Mais savoir que Junhwan était à ses côtés, que les choses devenaient de plus en plus sérieuses entre eux le réconfortait. Il avait moins peur et commençait à se sentir plus fort également. Loin de la terreur qu'il avait pu éprouver le jour où il avait accepter de se donner une chance, lui qui jusque là avait toujours été maudit. Il semblerait que cette malédiction se soit enfin évanouie.
Pas comme la marque qu'il avait sur le bas du visage en revanche. Il osait poser le bout de ses doigts dessus, et même la légère pression qu'il y donna le fit grimacer de douleur. Lucas, sans se trouver particulièrement beau avait conscience que son visage était agréable à regarder. Mais ce n'était plus vraiment le cas, une marque violacée couvrait une bonne partie de son menton à présent.. Foutus gamins et leurs ballons. Il soupirait. Il avait paniqué, était tombé la tête la première sur un banc et voilà le résultat qu'il obtenait. Heureusement qu'un jeune homme était venu l'aider. Avec un peu de chance, Jaehwan ne ferait aucune remarque, mais il en doutait quelque peu.

Mais ce n'est certainement pas ça qui allait l'empêcher de voir son ami. Avec ses examens et son travail à l’hôpital Lucas avait eu peu de temps libre ces dernières semaines. Et dès que tout cela s'était calmé, il en avait profité pour passer du temps avec son petit ami. Mais il ne voulait pas délaisser le peu d'amis qu'il avait, lui qui souffre du syndrome d'abandon serait incapable d'agir ainsi. Alors il avait proposé au plus jeune de se retrouver dans un karaoke. Ce n'était le domaine de prédilection ni de l'un ni de l'autre, mais l'américain pensait honnêtement que ce serait une bonne façon de s'amuser.
Il lui restait un peu moins de deux heures avant leur rendez vous, il en profita pour s'occuper de ses plantes, un rituel journalier qui l'aidait à se détendre. Son moment de paix en quelque sorte, puis rapidement il commença à se préparer. Un jeans, un T-shirt trop grand comme toujours, un coup de peigne et il s'estimait suffisamment présentable pour sortir et prendre le bus.

Il arrivait le premier avec quelques minutes d'avance, sans étonnement et décida d'attendre devant le karaoke. Pour patienter il sortit son téléphone portable et commença à jouer à son jeu préféré, perdant ainsi toute notion du temps, plongé dans un monde mmorpg où orques, elfes et mages de la nuit se battaient au tour à tour. Rien de bien original en soit...C'est la voix de son ami qui le tira de sa rêverie, et Lucas interrompit immédiatement sa partie avant de ranger l'appareil dans sa poche. « Hey, ça va et toi? » Il jeta un rapide coup d'oeil à sa montre et secoua doucement la tête. « Une dizaine de minutes à peu près... Tu t'es encore perdu dans tes pensées? » De nature protectrice, le blond ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter pour ses proches. Il se retenait d'être trop pressant mais c'était parfois difficile. Il le suivait à l'intérieur de la boutique, et riait doucement à sa réplique. « Tu dis ça parce que la première consommation est toujours offerte? » Un sourire malicieux étirait ses lèvres tandis qu'on leur annonçait la salle qui leur était attitré. Si Jaehwan n'était pas une Mariah Carrey en devenir, il valait mieux ne pas parler de Lucas. L'américain était un terrible danseur, incapable d'avoir le sens du rythme. Il n'écoutait pas énormément de musique non plus alors cette après midi risquait d'être une petite catastrophe, mais tant qu'il s'amusait avec son ami, c'est tout ce qui importait.

« Quelle générosité. » Il levait les yeux au ciel, amusé et attrapait la manette de contrôle après avoir posé son sac à dos sur le sofa. Il remarquait bien la gêne de son ami, et pinça les lèvres. Lucas était observateur, et au bout de quatre ans, il commençait à bien connaître le brun. « J'ai des lingettes désinfectantes dans mon sac si tu veux. Mais... ce serait chouette si tu arrivais à t'en passer. » Il n'était pas psychologue, son truc à lui c'était les maladies physiques, mais il essayait à son échelle d'aider le plus jeune à combattre cette peur un peu trop développée qu'il avait. Il resta immobile quelques instants avant de se décider enfin pour la chanson Happy de Pharell Williams. Le genre de chanson qui ne s'use jamais et pas trop compliquée à chanter..


velvet mood
Through dark roads and fears I reach for your hand. Never let go, oh light in my summer night. Together we'll be stronger.
avatar
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juin - 22:59
Voir le profil de l'utilisateur

breathe it, feel it, sing it

De manière générale, on pouvait dire que Jae Hwan se posait beaucoup de questions. Peut-être un peu trop, parfois. Mais c'était dans sa nature. Plus que de la curiosité, c'était l'envie de savoir et de comprendre. Plus que de la curiosité qui le piquait, c'était le besoin d'avoir une réponse, quelque chose, pour contrer la question. Pour l'anéantir aussi vite qu'elle était venue. Souvent, quand il ne comprenait pas quelque chose, Jae Hwan se retrouvait à interroger tous les éléments autour de lui pour obtenir une réponse : professeur, ami(e), camarade, ou même internet, il cherchait. Ce n'était pas un caprice, il voulait simplement une réponse. S'il n'en avait pas, la plupart du temps, il poussait ses recherches à plus tard, il gardait la question dans un coin ou l'inscrivait sur un bout de papier. Pour se pencher dessus plus tard. Puis il y avait des interrogations où une réponse était inimaginable. Et c'était frustrant. Frustrant, parce que les questions tournaient dans son esprit à ne plus le laisser en paix. Frustrant, parce que la plupart du temps, il s'agissait de questions importantes : sur sa mère, sur la vie ou sur lui-même. Des explications que malheureusement personne ne pouvait lui donner. Des explications qu'il tentait de chercher seul – en vain. Cela donnait bien évidemment naissance à d'autres interrogations encore – un cercle continu. C'était un peu comme errer dans un labyrinthe en suivant un chemin que l'on imaginait nous conduire à la sortie mais qui ne faisait que nous ramener au point de départ, ou nous perdre un peu plus. C'en était frustrant et agaçant. C'en était triste, aussi. Parce que certaines de ces questions hantaient ses rêves. Pourquoi sa mère avait franchis le pas ? Objectivement, il devinait la réponse. Échapper à la peine, aux idées noires, à ses démons. Se libérer de ses chaînes, faire s'élever son âme, se sentir légère. Il n'avait jamais pensé que c'était égoïste, même si lui était resté derrière, sans elle. Il ne l'avait pas réellement blâmer pour cela. Il comprenait, en un sens, ce désir de fuir, de partir, de voler. Elle n'avait pas réussi à contenir les travers de son esprit, elle n'avait pas réussi à demander et à accepter de l'aide. Elle avait choisi de tout arrêter, parce que c'était trop dur. Et c'était son choix, personne ne pouvait le juger. Pas même lui. Parce que, réellement, qui était-il pour juger ? Et qui étaient les autres pour porter un jugement ? Les autres, tout comme lui, n'avaient pas été dans la tête de sa génitrice. Ils n'avaient pas su ce qu'il s'y passait et à quel point cela la rongeait. Ils n'avaient pas saisi l'importance de certains mots ou certains gestes. Ils n'avaient pas été mal comme elle au point d'en arriver à marcher sans se retourner.
Et puis de toute façon, c'était beaucoup plus simple de juger après que l'acte se soit déroulé, plutôt que de chercher à comprendre avant qu'il n'arrive. C'était comme si tout un chacun avait besoin d'attendre qu'une chose atroce n'arrive pour espérer empêcher la même chose de se reproduire. C'était le même schéma. Tout le temps le même schéma. Et personne n'en tirait de leçons dignes de ce nom.

« Je vais bien », répondit-il à son ami, une fine esquisse aux lèvres, le visage quelque peu penché. Ses iris observèrent sans filtre la marque sur le bas de son visage, et l'esquisse disparut. « On peut dire ça oui... », marmonna-t-il les sourcils quelque peu froncés, les prunelles toujours posées sur cette marque. Un léger air soucieux s'empara de sa bouille tandis que l'envie de comprendre pourquoi cette marque était là tournoyait dans son esprit. S'était-il battu ? L'avait-on attaqué ? Oh mon dieu on l'avait attaqué ??? « Comment oses-tu ? », souffla-t-il, reprenant conscience avec le présent, relevant ses yeux vers ceux de son camarade, une mine faussement choquée et peinée au visage. « Je suis outré, déçu, choqué... », dramaqueen un peu le Jae Hwan non ? Cependant, malgré ce qu'il pouvait bien raconter, sa voix s'harmonisait à un léger rire, ronronnant dans le fond de sa gorge. « Je dis ça parce que je suis gentil. Tu pourrais avoir un peu de reconnaissance... », ces jeunes franchement, aucun respect.

Laissant simplement un sourire amusé prendre place sur ses lèvres, il resta silencieux au commentaire de Lucas, l'observait distraitement après s'être assis. Ses genoux étaient fermement pressés l'un contre l'autre et son dos, droit comme un piquet, refusait de toucher l'arrière de la banquette. Ses mains résidaient sur ses cuisses. Il déglutit rapidement aux paroles de son ami, levant le regard vers lui. « Ca ira », dit-il, se mordant la lèvre parce qu'au fond, il en aimerait bien une. Ou deux. Peut-être même trois. Ses doigts frottèrent inconsciemment ses cuisses, comme s'il se contenait de dire oui. « Allez chante » tenta-t-il délicatement de changer le sujet dans une voix douce, fixant la marque sur le visage du plus âgé. Marque qu'il ne lâcha pas du regard. Il ne faisait même pas vraiment attention au reste, se concentrant uniquement sur ce bleu. Et il voulait commenter. Il voulait demander ce qu'il s'était passé mais... il se demandait si elle était réelle et s'il était le seul à la voir. Il sortit de ses pensées quand la musique s'arrêta, tapant généreusement dans ses mains dans un sourire un peu crispé sur les bords.
Il choisit une chanson de Bruno Mars, The lazy song, non sans relever son regard à plusieurs reprises vers cette marque qui semblait le narguer. « Je veux bien une lingette finalement », murmura-t-il en tendant la main dans une mine désintéressée, le regard rivé sur l'écran.
AVENGEDINCHAINS



☽☽ Again today, there are questions I don’t know. I’m trying to answer but I’m not confident. Is it this way or that way? I’m afraid of my decision. With an anxious heart I’m standing in front of the next choice

   
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Juin - 21:16
Voir le profil de l'utilisateur
Avec les années Lucas apprenait à connaître quelques déclencheurs de ses crises d'angoisses. Le fait que quelqu'un ait la tête ailleurs alors qu'il parle, qu'on évite un contacte physique de sa part, ou simplement qu'on l'envoie balader si l'on a passé une mauvaise journée. Adolescent il se mettait très vite en colère ou fondait en larmes, difficile à calmer. En vieillissant il arrivait petit à petit à se contrôler, surtout en ce qui concernait ses excès de colère. Lui qui frappait les murs ou le mobilier avait changé et se contentait de serrer les poings, ses ongles marquant la peau de ses paumes. Ca n'avait pas été facile, d'autant plus qu'il avait refusé de voir un psychologue. Ce n'est qu'avec de nouvelles connaissances, de nouveaux amis et avec les expériences qui lui offrait la vie que ses crises se faisaient moins violentes, bien que toujours présentes. S'il ne connaissait pas Jaehwan aussi bien il serait déjà à l'heure qu'il est en train de paniquer le harcelant de messages ou d'appels comme il avait pu le faire aux débuts de leur relation quand il commençait à s'attacher à lui. Incapable de savoir s'il devait être furieux ou dévasté... Après quatre ans, le blond avait fini par comprendre que simplement son ami n'était pas tout le temps ami avec la ponctualité. Et du moment que ses retards n'étaient pas exagérés, Lucas ne s'inquiétait plus et occupait son esprit comme il le pouvait.

Heureusement pour lui il n'eut pas à attendre longtemps, après quelques minutes Jaehwan se tenait en face de lui, un sourire tirant les traits de son visage, pas même coupable de son (petit) retard. Lucas étant observateur et son ami n'étant pas discret, il ne lui fallu que quelques secondes pour se rendre compte qu'il fixait son menton. Rien d'anormal là dedans, son bleu était plutôt visible. « On peut dire ça? Qu'est-ce que tu veux dire par là? Il s'est passé quelque chose? » Non on ne le changera jamais. Il avait des tendances à surprotéger ses proches, il n'y pouvait rien. Et Jaehwan n'était en aucun cas une exception, au contraire, l'américain le considérait même comme l'un de ses amis les plus proches. Il n'imaginait pas un instant que le plus jeune pouvait se poser autant de questions sur sa blessure.
Il éclatait de rire ensuite, de son rire si particulier, face à la comédie du brun. « Tu en fais trop Jae, c'est pas crédible. » Venant du plus mauvais acteur de la planète ce n'était clairement pas un compliment. Il osait même tirer la langue à son ami avant d'entrer dans le karaoke. Il se figeait devant le comptoir, tournait la tête vers lui et lui lançait un regard qui signifiait très clairement tu-ne-m'auras-pas-sur-ce-coup-là. « Paye moi la deuxième consommation et là je te ferai toutes les louanges que tu voudras. » Il ponctua sa phrase d'une petite tape sans violence sur l'épaule du brun avant qu'ils ne paient.

Lucas devait bien admettre qu'une salle de karaoke n'est pas le lieu le plus hygiénique du monde. Lui même avait un peu de mal à toucher n'importe quel objet qui se trouvait dans un lieu publique. Mais le plus jeune avait un tout autre niveau de phobie.. Il le voyait bien à sa posture qu'il n'était absolument pas à l'aise, alors par réflexe il fit mention de ce qu'il y avait dans son sac. Il n'aurait peut être pas dû mais il ne voulait pas non plus que Jaehwan ne profite pas du moment. Il restait silencieux d'abord et se contentait de hocher la tête, d'abord à sa réponse, puis à son ordre. « Bien monsieur. »
C'est ainsi que le brun eu la chance (ou non) de voir le futur médecin s'amuser à chanter une chanson vieille de quelques années, sans danser bien évidemment, lui qui était si mauvais. Par moments Lucas quittait l'écran des yeux, connaissant la chanson par cœur, et dès que son regard se portait vers son ami, il voyait bien que se dernier fixait encore son menton. Une fois la chanson terminée, et avant qu'il puisse à son tour choisir une chanson, l'américain reprit la parole. « Je vois bien que tu fixes mon menton... Je sais c'est pas beau à voir. Je me suis prit un banc... » Il soupirait, s'attendant à une taquinerie de sa part. « Y'avait des gosses dans le parc avec des ballons. Évidemment ils se sont amusés à les exploser, et tu connais ma phobie.. j'ai paniqué et je suis tombé. Mais ça va. »  
Finalement il choisi une chanson à son tour et l'américain lui lança un regard perplexe avant d'acquiescer tout de même, fouillant dans son sac à dos pour en sortir une lingette et la lui donner. « Si tu as l'intention de frotter mon bleu avec sache que c'est hors de question. Ca me fait beaucoup trop mal quand j'appuie dessus. »


velvet mood
Through dark roads and fears I reach for your hand. Never let go, oh light in my summer night. Together we'll be stronger.
avatar
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Juin - 1:01
Voir le profil de l'utilisateur

breathe it, feel it, sing it

En arrivant sur Séoul, en découvrant une famille dont il n'avait jamais entendue parler, Jae Hwan s'était perdu. Littéralement et métaphoriquement. Il ne connaissait rien de la ville, rien des deux personnes chez qui il allait devoir vivre. Il ne pensait qu'à sa mère, et à sa chute. Traumatisé ? C'était sûr. Et il s'était muré dans le silence. Il s'était dit que parler ne servait à rien, puisque personne n'écoutait. Dire ce qui n'allait pas ? Personne ne s'en souciait. On voulait qu'il parle de ce qu'il avait vu, et ses lèvres restaient scellées tandis que les mots pleuvaient dans son regard brisé. Il ne parlait à personne. Il s'enfermait dans ses pensées et ses souvenirs. Personne ne voudrait l'aider, même s'il disait quelque chose. Sa mère avait parlé, et le résultat était là : elle avait tout de même sombré. Alors à quoi bon ?
Il avait tout de même fini par retrouver la parole. Des petits mots par-ci par-là mais jamais une syllabe sur ce qu'il s'était passé. Il avait dressé un mur et il était le seul à porter passer de l'autre côté. Il n'avait pas envie de dévoiler ce qui se trouvait là. Il avait peur qu'on l'enferme, ou qu'on le traite comme un fou sans chercher à voir plus loin que ces habitudes étranges qu'il avait ou ces questions absurdes qui lui traversaient l'esprit.
Durant ces mois de silence, il avait accusé la terre, le ciel, l'air et même l'eau de lui avoir enlevé sa mère. Il avait encore besoin d'elle, aussi sordide que cela puisse paraître pour certains, et elle lui manquait. Il avait encore tellement de choses à lui raconter. Il avait accusé les médecins, les infirmières, les voisins... Ceux qui avaient vu et qui avaient su mais qui n'avaient rien fait. Ceux qui avaient été là mais qui étaient restés silencieux, simple spectateurs de la dégradation de la santé mentale de sa mère. Il leur en avait voulu, se souvenant des paroles de sa génitrice dans ces moments-là. Ils ne faisaient rien pour elle, ils ne voulaient pas l'aider. Ils la rendaient malade. Et il s'en était rendu presque malade. Ce genre de pensées avaient tourné pendant des jours et des jours jusqu'à ce qu'enfin, la vérité ne lui explose soudainement au visage un beau matin.
Ce n'était pas eux les fautifs. Ce n'était pas sa mère non plus.
Mais c'était lui.

Et c'était aussi lui qui était arrivé en retard aujourd'hui. Pas de grand chose, il avait sauvé les meubles... il espérait du moins. Haussant un sourcil dans un air perplexe, le coin de ses lèvres se leva quelque peu, amusé mais aussi quelque peu attendri. Il secoua son visage, répondant dans des sons silencieux qu'il n'y avait rien eu. « Je réfléchissais, et le temps est passé trop vite, c'est tout », il haussa les épaules dans un autre petit sourire, non sans réussir à éviter cette marque qui lui posait clairement problème.
Une esquisse, plus grande cette fois, se dessina sur sa bouche en entendant le rire de son ami. « Dommage », soupira-t-il, optant pour une mine outrée à nouveau. Il fit une petite grimace, à défaut de tirer la langue puis leva les yeux au ciel – sérieusement, les jeunes d'aujourd'hui, ce n'était plus vraiment ça... « Hey », qu'il souffla sans aucune force, « Je t'offre le second verre alors », fit-il après une mini seconde de réflexion.

Après être entré dans la salle et l'avoir observée, il prit place sur la banquette, soucieux de quasiment tout ce qui l'entourait. Il ne savait pas combien de personnes avaient été là avant et ce qu'ils avaient fait. Il ne savait pas ce qu'elles avaient touché, si elles s'étaient lavées les mains... Cela faisait un peu trop de données inconnues et cela résultait à des milliers de possibilités. Lavaient-ils régulièrement les salles ? Il refusa la proposition de Lucas, il n'avait pas besoin. Pas du tout. Il essayait de s'en convaincre, mais c'était dur. Il n'arrivait pas non plus à se concentrer sur la chanson, trop préoccupé par la marque sur son visage. « Un banc », répéta-t-il bêtement, les paupières clignant doucement. Il n'imaginait pas la marque, quel soulagement. Un banc avait juste attaqué son ami… Une minute. « Le banc n'a rien, au moins ? », adorable cet enfant. Il lui envoya un léger sourire bien que son regard pétillait d'inquiétude. « Oh », souffla-t-il, « Désolé », il lui envoya un regard soucieux, parce que oui il savait, et oui ça l'inquiétait. « T'as mis de la pommade dessus ? », il s'humecta brièvement les lèvres, l'écran totalement oublié alors que Lucas lui donnait une lingette. Lingette qu'il fit glisser entre ses doigts, le remerciant d'un signe de tête. Un rire roula dans sa gorge et il secoua son visage, « Non t'en fais pas, je suis pas idiot à ce point », déclara-t-il tout en frottant méticuleusement la lingette sur le micro, les lèvres pincées dans une mine concentrée, « Si tu veux j'ai une pommade efficace contre les bleus », il tourna la tête à gauche et à droite, et se leva pour jeter la lingette à la poubelle. Il fixa le micro un instant, une petite grimace au visage. Puis il observa distraitement son ami avant de se tourner vers l'écran. « Fais attention à toi hein », souffla-t-il rapidement avant que la chanson ne commence, son visage s'étirant dans une frimousse préoccupée et anxieuse. « Tu devrais passer une rad... », un son perturbé lui brûla les lèvres, le coupant dans sa lancée. Ah oui, la chanson...
AVENGEDINCHAINS



☽☽ Again today, there are questions I don’t know. I’m trying to answer but I’m not confident. Is it this way or that way? I’m afraid of my decision. With an anxious heart I’m standing in front of the next choice

   
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Juin - 18:58
Voir le profil de l'utilisateur
Peut être que Lucas était une mère poule, c'est vrai. Il avait un besoin constant d'être sûr que ses proches allaient bien. D'un part parce qu'ils n'étaient pas nombreux, mais aussi parce qu'eux supportaient bien ses angoisses et ses crises. Quand il se mettait en colère ou bien fondait en larmes, ils le soutenaient, supportaient, le réconfortaient aussi. Il ne pouvait tout simplement pas ne rien faire en retour pour eux. Et il savait que son ami avait la manie de se perdre dans ses pensées, qu'il tournait bien souvent vers sa défunte mère. Bien sûr c'était normal qu'il pense à elle, mais l'américain avait un étrange sentiment à ce propos. « Hum... d'accord si tu le dis. Mais sache que je ne suis pas totalement convaincu. » Il n'avait même pas besoin de le dire, Lucas ne sait pas cacher ce qu'il ressent. Son regard trahissait clairement son doute, mais il n'allait pas non plus pousser le brun à lui parler. Il sait mieux que quiconque que l'on a tous besoin d'avoir notre jardin secret.
Si Lucas avait pour point commun avec son petit ami d'être très têtu, avec Jaehwan en revanche c'était de ne pas savoir très bien jouer la comédie. A moins que le plus jeune le fasse exprès, ce qui était aussi tout à fait possible. Il sourit face à son air outré et entra dans le karaoke, relevant la tête en entendant son appel. « Ça marche. Tu es tout pardonné! » Pardonné de quoi, il ne s'en rappelait même plus. Mais au moins il riait avec sincérité.

C'était décidé (par Jaehwan mais ça ce n'était qu'une formalité), Lucas ouvrait le bal. Ou plutôt le concert dirons nous. Son ami ne semblait pas à l'aise, il comprenait en un sens. Les lieux publics quels qu'ils soient sont souvent synonymes de nids à bactéries, même si un karaoke vaudra toujours mieux qu'une rame de métro, on en conviendra. Le blond arrivait à bloquer ces pensées de son esprit, mais Jaehwan lui avait plus de difficultés, lui qui faisait trop souvent des examens de santé, allait à l’hôpital et se trouvait parfois des symptômes qui n'existaient pas. En attendant, il remarquait bien son regard rivé sur son visage et se devait de lui donner une explication, même s'il trouvait étrange que le plus jeune ne lui demande rien. « Oui un banc...et non il... attends. » Il le fixait, fronçant légèrement les sourcils. « Tu te préoccupes plus du banc que de moi? C'est du bois hein. » Ses lèvres se mouvaient en une moue boudeuse quelques secondes, puis il haussa les épaules. Si sur le coup il avait eu une folle envie d'étriper ce groupe d'enfants, il avait eu le temps de reprendre ses esprits et de se raisonner. Ça les amusait évidemment, et lui était phobique des ballons. « Ne sois pas désolé, c'est la vie. Je n'ai pas eu de chance c'est tout. » Junhwan ne l'avait pas encore vu comme ça, nul doute que lui aussi risquait de s'inquiéter en le voyant.
Sa question l'amusait. Bien sûr qu'il avait mit de la pommade, dès qu'il était rentré chez lui et que son saignement s'était arrêté. Mais il était déjà trop tard à ce moment là ; une belle marque s'était formée sur sa peau. Il hochait la tête en guise de réponse et se concentra sur sa chanson après avoir donné une lingette à son ami. « J'ai ce qu'il faut à mon appartement mais merci c'est gentil. » Il levait une main pour la glisser dans la chevelure brune du plus jeune et le décoiffait un peu. « Oui maman, je ferais plus attention à l'avenir, promis. »

Le plus jeune fut interrompu lorsque sa chanson commença, et à son tour Lucas alla s'installer sur le sofa. Même s'il était tombé plutôt violemment, il savait qu'il n'avait pas besoin de faire de radio, sa mâchoire allait bien, mieux que ses lèvres en tout cas. Rapidement il s'empara de l'instrument à grelots et sans gêne aucun endossa le rôle de choriste et cheerleader pour Jaehwan, ayant surtout envie de s'amuser avec lui.


velvet mood
Through dark roads and fears I reach for your hand. Never let go, oh light in my summer night. Together we'll be stronger.
avatar
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Juin - 23:23
Voir le profil de l'utilisateur

breathe it, feel it, sing it

C'était facile d'accuser les autres. Cela avait été la chose la plus évidente qu'il ait faite, au début. Sa mère n'était pas en faute, alors qui ? Ceux qui restaient. Les médecins, les infirmiers, les voisins... Ceux qui l'avaient vue passer mais qui n'avaient pas bouger. Cela avait été plus facile de leur en vouloir à eux que de regarder la vérité en face. Du moins, l'une des vérités. Cela avait été plus simple pour lui de se dire que ce médecin n'avait pas fait son travail, que ce voisin aurait pu s'intéresser un peu plus, que cette famille qu'il avait quelque part aurait pu chercher à prendre des nouvelles. Et son père, ce père dont il ne connaissait ni le nom ni le visage, qui aurait pu tenter de voir si elle allait bien. Où était-il, d'ailleurs ? Savait-il que sa mère n'était plus ? Avait-il au moins connaissance de son existence ? Peut-être n'était-il même pas au courant qu'il avait un fils. Dans tous les cas, cela avait été presque trop facile de tout rejeter sur les autres et de leur en vouloir. Avant de comprendre que lui aussi avait sa part de responsabilité. Avant de se dire qu'il était encore plus fautif que les autres.
Il avait été le plus proche. Il avait été celui qui avait tout vu depuis tout jeune. Il avait été là. Tout le temps. Il l'avait vu sombrer, il l'avait vu montrer des signes de faiblesses et d'angoisses. Elle lui avait montré une partie de son âme brisée, et au lieu d'agir, de l'aider, il était resté en retrait. Il avait eu peur qu'on les sépare. Il avait eu peur de la blesser, de la vexer et d'agrandir ce trou dans son cœur en lui disant que non, il n'y avait rien aux murs. En lui conseillant d'aller voir un spécialiste. Il avait eu peur de la perdre. Au final, il l'avait tout de même perdu.
Un simple sourire sympathique fut sa seule réponse pour Lucas. Que pouvait-il lui dire d'autre ? Lui faire part de toutes les pensées qu'il l'avaient perdu au point de le faire arriver en retard ? Pas sûr que cela aide à mettre une bonne ambiance pour la suite. Pas sûr que son ami ait réellement envie de savoir ça. Et puis, il ne voulait pas lui décrire ce coin-là de son esprit. Lucas avait déjà ses propres soucis, il n'avait pas besoin de lui en rajouter, même s'il était très reconnaissant envers le blond de simplement être là. « Merci, je suis touché », articula-t-il dans un air angélique. Un sourire vint décorer sa bouche dans une parfaite innocence.

Innocence qui disparut dès qu'il entra dans la salle. Il n'était pas à l'aise, et c'était là des mots encore bien faibles pour décrire comment il se sentait. Mais il ferait avec. Il n'allait pas mourir – il n'allait pas mourir hein ? Puis rien ne l'empêcherait d'aller se laver les mains souvent, ou de subtiliser des lingettes à son ami. Peut-être qu'ils auraient dû commencer par nettoyer la salle entière, il aurait été rassuré au moins. Il se sentait néanmoins perturbé par autre chose, et désinfecté la salle de fond en comble n'aurait rien changé : la marque sur le visage de Lucas. Trop effrayé à l'idée de demander des explications, il était resté silencieux. Son ami avait dû remarquer son regard insistant pas très discret. Et c'était avec soulagement qu'il accueillait les détails, le remerciant dans des mots muets d'avoir compris. Une esquisse plus qu'amusée se dessina sur ses lèvres, ses épaules bougeant discrètement alors qu'il retenait son rire. « Je me préoccupe pas plus du banc que de toi. Il a personne pour le plaindre, alors je pense à lui », il mima un air crédule. Et puis quoi encore, il allait créer une manifestation pour la protection des bancs publics ? Il pencha quelque peu son visage dans une mine compréhensive, les lèvres finement pincées. « J'espère que ça guérira vite », et si ce n'était pas le cas, il avait une pommade efficace... Jae Hwan, futur vendeur en pharmacie. Mais apparemment, Lucas avait tout chez lui. Il hocha la tête sans rien dire, tout de même soucieux que ce bleu persiste. Peut-être s'était-il cassé quelque chose sans le savoir ? Après tout, un banc, c'était costaud. Il lui envoya un simple regard interrogateur, ne pouvant rétorquer quelque chose à cause de la chanson qu'il devait suivre. Maman ? Depuis quand était-il devenu une mère ? Se recoiffant brièvement, il lui tira rapidement la langue dans une frimousse de gamin de trois ans – et c'était ça, l'avenir du pays.

Si au début de la chanson les paroles qui sortaient de sa bouche étaient claires et précises, son articulation totalement au point, cela ne fut réellement le cas quand Lucas devint une cheerleader. Un léger rire se mélangeait à ses mots alors qu'un large sourire s'appuyait contre ses lèvres. Suivant le rythme de son ami, il tenta quelques mouvements en accord avec la musique, riant parfois ouvertement, manquant des paroles et reprenant comme si de rien n'était dans la seconde suivante.
Et une fois la chanson terminée, son rire ronronna plus bruyamment, l'une de ses mains se cala contre sa bouche alors que son corps tremblait sous son amusement. « Dis-moi... », commença-t-il, « Tu rêvais pas d'être capitaine des cheerleader par hasard ? », il pencha son visage sur le côté, un air plaisantin collé au visage. « T'as ça dans le sang », qu'il fit comme pour l'encourager à recommencer, lui tendant le micro en prime dans un geste qui lui voulait tout dire. Son épaule vint délicatement cogner la sienne, alors qu'un nouveau rire venait de s'accrocher à ses lèvres. Son regard passa contre sa volonté sur la marque, souhaitant qu'elle disparaisse au plus vite.
AVENGEDINCHAINS



☽☽ Again today, there are questions I don’t know. I’m trying to answer but I’m not confident. Is it this way or that way? I’m afraid of my decision. With an anxious heart I’m standing in front of the next choice

   
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Juin - 23:31
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas avait ses propres démons, c'est vrai. Il ne jugeait pas Jaehwan sur sa phobie un peu trop poussée des microbes parce que lui aussi avait comme qui dirai quelques soucis. Cette peur incessante de finir sa vie seul, abandonné de tous. Sa mère d'abord, ses amis de collège et de lycée. Ses anciens petit(e)s ami(e)s qui l'accusaient de les étouffer et puis son petit frère qui avait préféré rester aux Etats Unis avec leur génitrice plutôt que de suivre leur père en Corée du Sud. Après son adolescence cette peur était tellement développée qu'il en était arrivé à refuser de s'ouvrir à quiconque s'approchait de lui. Ça n'avait pas duré longtemps au final, car même si Lucas est quelqu'un de silencieux et de discret il n'en restait pas moins sociable. En revanche il avait fermé son cœur pendant des années, avant qu'un certain brun s'y fasse une place petit à petit. Quand il se sent rejeté le blond est capable de crises de colère et de larmes incontrôlables.Il devait aussi soutenir son petit ami. Junhwan avait fait une overdose il y a plusieurs mois de cela. Et même s'il s'est très bien rétabli, il lui arrive aussi parfois de ressentir des manques. Lucas tenait absolument à être là pour lui dans ces moments là, qu'il savait difficiles. Mais malgré tout cela ça ne l'empêchait pas de vouloir aider son ami s'il allait mal lui aussi. C'est quelque chose de normal pour lui. Il n'est pas un super héros il sait bien, mais ne serait-ce qu'empêcher un peu le plus jeune de broyer du noir serait déjà un bon début. Ils entraient, et Lucas secouait doucement la tête devant le jeu d'acteur de Jaehwan, sourire au lèvres.

En apprenant à connaître Jaehwan l'américain avait découvert en lui un allié en matière de mauvais comédien et surtout de laisser paraître ses émotions. Malgré la pénombre qui régnait dans la pièce il n'avait pas raté le regard insistant qu'avait le brun sur son menton. Même s'ils étaient proches au point qu'il se confie à Lucas à propos de sa mère, il ne lui avait cependant jamais parlé de ses pensées obsessionnelles envers les tâches. Lucas croyait naïvement qu'il s'inquiétait silencieusement pour lui, et avait fini par résumer l'histoire. « Si c'était un être vivant je veux bien, mais là. Qui irait plaindre un objet? Et puis il a pas saigné lui... » Oui il boudait, littéralement, au sens propre du terme. Lucas était quelqu'un de mature mais il lui arrivait d'avoir ses moments aussi. Heureusement, pour se rattraper Jaehwan lui proposait de la pommade et semblait vouloir savoir s'il avait passé une radio. Peut être que finalement son était le préoccupait quand même un peu. « J'espère aussi. Je dois voir Junhwan après demain. Je suis sûr que dès qu'il verra mon bleu, il va croire que je me suis fait tabasser et il va s'enflammer.. » Il râlait un peu mais souriait surtout. Son petit ami était une forte tête, il avait aussi tendance à s'emporter très vite dès qu'on s'en prenait à ses proches. Mais c'est quelque chose que Lucas trouvait très attirant, un opposé de sa propre personnalité un peu trop posée.
Sa chanson commençait et le brun répondait à sa taquinerie par une moue adorable qui le fit rire. Et puis une pensée lui traversa l'esprit. Ce serait bien que Jaehwan trouve quelqu'un lui aussi. Le blond n'était pas le genre de personne à jouer les conseillers matrimoniaux, mais l'idée que son ami rencontre quelqu'un lui réchauffait le cœur. Et si cette personne pouvait l'aider à surmonter ses craintes, ce serait encore mieux. Il n'en dit rien cependant et continua de chanter.

Et ce fut le tour de son ami. Il ne manqua pas de jouer les choristes, gardant le sourire tout le long de la chanson et riant parfois aux petits mouvements de danse qu'osait faire le plus jeune. Lui n'essayait même pas. Il n'avait jamais vraiment eu le sens du rythme et était très mauvais danseur. « Capitaine des cheerleaders? D'où te vient une idée pareille? » Il lui posait la question avec étonnement mais était plutôt amusé en réalité. « Est-ce une moquerie parce que tu sais que mon sens du rythme est approximatif ? » Il plissait légèrement les yeux, lui lançant un regard suspicieux avant de choisir une chanson à son tour, un groupe de Kpop cette fois.
L'heure défile à vitesse grand V, à coup de maracas, de fausses notes, de rires, de taquineries et coups de coudes. Sans oublier les boissons bien évidemment, que Lucas se fit un malin plaisir de lui rappeler. Une fois dehors il se tournait vers le plus jeune, s'agrippant à son bras. « Il n'est pas encore trop tard, ça te dirai d'aller manger un truc quelque part ? Et promis, cette fois c'est moi qui paye. »


velvet mood
Through dark roads and fears I reach for your hand. Never let go, oh light in my summer night. Together we'll be stronger.
avatar
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Juil - 23:18
Voir le profil de l'utilisateur

breathe it, feel it, sing it

Aurait-il réussi à empêcher tout cela ? Jae Hwan se posait souvent la question. Seul, allongé dans son lit, l'obscurité pour seule compagnie, il se perdait sur cette idée. Il imaginait un passé différent, un présent plus léger et un futur plus étincelant. Il se plongeait dans un autre univers, créant divers scénarios, façonnant le monde à sa vision, à sa volonté, à ses rêves. Il fabriquait sa vie comme il l'aurait voulue. Une existence sans embarras – mais qui vivait ça sérieusement ? – une existence un peu plus paisible. Et surtout, une existence où sa mère était encore ici, avec lui. Une vie où elle serait guérie. Une vie où il l'aurait rattrapée juste à temps, où il ne serait pas arrivé en retard, où il n'aurait pas assisté à ce spectacle. Serait-il différent si tout ceci avait été le cas ? Serait-il ici aujourd'hui ? Probablement que non. Il serait certainement resté à Ulsan. Il n'aurait jamais rencontré sa famille, celle dont il n'avait jamais entendue parler. Il n'aurait rencontré aucun de ses ami(e)s. Lucas n'aurait pas fait parti de son existence, et les autres non plus. Cela l'attristait un peu, en y pensant, de se dire qu'il ne les aurait pas rencontrés. Et en même temps, il se sentait égoïste de vouloir les garder dans sa vie, mais aussi de retrouver sa mère. Il avait compris, depuis longtemps, qu'on ne pouvait pas tout avoir. Et il n'aurait sans doute jamais tout.
Aurait-il dû intervenir plus tôt ? Probablement. Il était le premier à se le dire. On lui dirait que non, qu'il avait été trop jeune. Hors pour lui ce n'était pas une excuse. Il avait tout vu, il n'avait rien fait. C'était aussi simple que cela, même si cela était beaucoup plus dur à encaisser, et à réaliser surtout.
Et que dirait-on s'il laissait ses pensées parler à sa place ? Que penserait-on ?

« Moi ? », dit-il, amusé. Parce que bien sûr, il était le genre à plaindre un bout de bois... C'était plutôt sa manière de taquiner ses proches. « Mais attends t'as saigné ? » et si Lucas tendait bien l'oreille il pourrait presque entendre l'alarme qui criait dans la tête du plus jeune. Une mine dramatique étira son visage, sa bouche s'ouvrant finement dans un souffle, totalement horrifié d'apprendre que Lucas s'était cogné au point d'en saigner. Il le regarda, les pupilles brillant d'inquiétude. Ca commençait à le stresser cette histoire. « En même temps... », souffla-t-il avant de se mordre la lèvre, « C'est la première chose à laquelle on pense », il pencha quelque peu la tête, « On pense pas une seule seconde qu'un banc t'a attaqué », il arqua un sourcil dans une petite esquisse, voulant paraître taquin à nouveau mais sa frimousse soucieuse disait totalement autre chose. Cependant il était soulagé que Lucas ait quelqu'un Jun Hwan. Il n'était pas seul, et il avait quelqu'un sur qui se reposer et s'appuyer dans les mauvais moments. Quelqu'un pour prendre soin de lui, aussi. Sa grande vision, naïve, de l'amour lui susurrait que cela devait être agréable d'avoir une complicité pareille avec quelqu'un. Avec sa « moitié ». Lui ne voulait pas perdre de l'énergie à courir après, il attendait. Cela viendrait un jour, pas vrai ? Il voulait y croire en tout cas – et mettre de côté cette pensée qui lui disait que, peut-être, personne ne l'attendait et qu'il finirait seul.

Grâce à son super choriste et cheerleader, Jae Hwan termina sa chanson dans la bonne humeur, laissant ses interrogations s'évaporer. Il voulait juste profiter un peu. Il tenta même quelques petits mouvements de danse, pas sûr d'être très accordé ni parfait mais cela montrait qu'il était détendu. « Je ne sais pas », dit-il en haussant les épaules, un rire aux lèvres, « Hum... », il fit mine de réfléchir, « Je ne sais pas non plus », mais son rire voulut absolument tout dire. Ce n'était pas méchant, et il savait que Lucas s'en doutait. Il le laissa choisir la chanson suivante, l'accompagnant à son tour, laissant le temps défiler au rythme des chansons, et des boissons – qu'il paya bien sûr il avait promis – avant qu'ils ne quittent enfin la bâtisse.

Ses doigts s'accrochant faiblement en haut de son ami, il l'écouta avec attention, les lèvres pincées et le regard fixé sur son visage. « C'est alléchant », commenta-t-il dans un faible rire, « Je suis partant », qu'il accepta, avançant tranquillement dans la rue, ses prunelles détaillant les bâtiments qui se dressaient tout autour d'eux. « C'était sympa », qu'il souffla après quelques secondes, laissant un sourire reconnaissant à son ami. « Je ne sais toujours pas chanter », il rit faiblement, « Mais c'était sympa », et son sourire exprimait tout sa sincérité. Sa main pointa ensuite un restaurant sur le trottoir d'en face tandis que l'autre se mit à tirer délicatement sur le vêtement du plus âgé, « On va là ? », qu'il lui demanda en lui adressant un petit air suppliant. En soit, il ne le prendrait pas mal si Lucas voulait aller autre chose. Lui avait juste envie de s'arrêter dans des toilettes, histoire de bien pouvoir se laver les mains. Ca le démangeait un peu trop.
AVENGEDINCHAINS



☽☽ Again today, there are questions I don’t know. I’m trying to answer but I’m not confident. Is it this way or that way? I’m afraid of my decision. With an anxious heart I’m standing in front of the next choice

   
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Juil - 18:36
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas reste silencieux mais fixe son ami longuement, son regard en disant long sur ses pensées. Un mélange de '' t'es pas drôle'' et de ''tu le fais exprès?'' si facilement lisible. Il faut dire qu'il ne sait pas cacher ce qu'il ressent et qu'en plus de cela il ne cherchait pas à le faire à cet instant même. « Évidemment que j'ai saigné, je me suis mordu la joue, une horreur. Enfin bref, je te passe les détails. » Il semblerait que non, il n'ai pas entendu l'alarme qui raisonnait dans la tête du brun. A  vrai dire il voulait surtout éviter de se remémorer la douleur qu'il avait pu ressentir à ce moment là, ce n'était pas un souvenir plaisant. Il glisse le bout de sa langue contre l'intérieur de sa joue et sens la cicatrice encore quelque peu enflée, une petite moue se dessinant sur ses lèvres.
Son regard se porte vers Jaehwan lorsqu'il lui répond et comme à son habitude l'américain reste silencieux tandis qu'il réfléchit. Est-ce qu'il opterait lui aussi pour cette hypothèse en premier s'il voyait un proche avec un hématome comme le sien? Peut être bien oui. Mais il n'écarterai l'idée d'un accident non plus. Sauf que Junhwan n'est pas comme lui. Son petit ami est plus impulsif et colérique que lui. Nul doute qu'il risquerait de s'imaginer le pire en un instant. « Tu crois? Il vaudrait peut être mieux que je le prévienne par message avant alors. » Inconsciemment il porte le bout de ses doigts vers son menton et frôle sa peau bleutée tout en soupirant doucement. « Moque toi va. Mais c'est presque ça en vérité. » Sauf que le banc n'avait pas bougé... et que c'était Lucas qui lui était tombé dessus. Un détail.

Lucas ne comptait pas jouer les entremetteurs pour Jaehwan pour deux bonnes raisons, Tout d'abord parce qu'il partageait sa vision des choses. Courir après l'amour, il ne comprenait pas vraiment la raison. Bien sûr s'inscrire sur un site de rencontres pouvait provoquer le destin mais.. c'était un peu étrange selon lui. Enfin là dessus il ne dira rien, sa rencontre avec Junhwan n'avait rien de romantique non plus, bien au contraire. La raison suivante était que son cercle d'amis était restreint, à vrai dire, à par Jaehwan, l'américain n'avait que deux autres amis proches, Eddy et Yujeong... Les options étaient donc un peu trop limitées.
« Cette facilité a dire que tu ne sais pas alors que tu te trahis tout seul... » Il fronce son nez et plisse les yeux, joueur. « T'as de la chance que je t'aime, j'espère que tu t'en rends compte. » Oui, lui aussi pouvait par moments exagérer un peu. Sur ce point là ils se retrouvaient parfaitement. Il lui donne un léger coup de coude, puis les chansons s’enchaînent encore pendant presque une heure avant qu'ils finissent par sortir du karaoke.

Il n'avait pas envie de le quitter de suite. Avec ses études Lucas ne profitait pas suffisamment de ses proches, et quand il avait un peu de temps libre il le passait en priorité avec Junhwan. Alors cette après-midi il comptait bien se rattraper. Il n'était pas encore trop tard et s'ils pouvaient manger ensemble alors il n'allait pas rater cette occasion. « Le fait de manger est alléchant? Ou que ce soit moi qui paye? » Il arque un sourcil accompagné d'un sourire malicieux et se laisse porter par Jaehwan, arpentant les rues à la recherche d'un endroit où dîner. « Oui c'était très sympas. Et je te rassure, je ne sais toujours pas danser, on se complète. » Il rit doucement et resserre l'étreinte autour de son bras tournant la tête en direction du restaurant que le plus jeune pointait. Lucas n'était pas compliqué en ce qui concerne la nourriture alors il acquiesça immédiatement, attendant que le feu pour les voitures passe au rouge avant de traverser le passage piéton. A peine passé la porte, on les invite à s'asseoir à une table. Il était encore trop tôt pour que les restaurants du quartier soient bondés, ils s'y étaient pris à temps.


velvet mood
Through dark roads and fears I reach for your hand. Never let go, oh light in my summer night. Together we'll be stronger.
avatar
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Juil - 1:01
Voir le profil de l'utilisateur

breathe it, feel it, sing it

Passer du temps avec Lucas le faisait décompresser un peu. De manière générale, Jae Hwan était trop sérieux. Du moins on lui disait qu'il l'était et qu'il devrait se détendre. Chose qu'il faisait actuellement. Il n'était bien sûr pas le plus détendu de la planète, mais il s'en sortait pas mal. Durant les cours, il notait avec précision tout ce que le professeur racontait. La moindre chose lui paraissait importante, alors il ne pouvait pas laisser une information filer. A la bibliothèque ou chez lui, il était le plus souvent plongé dans des livres, sur ses cours ou sur ses pensées. Il s'accordait des moments de pause, bien sûr. Il lui arrivait de regarder la télévision, ou de se perdre sur internet. Mais c'était à croire que son esprit était constamment en mouvements. Un océan qui ne contrôlait jamais ses vagues.
Scrutant avec une lueur terrifiée dans ses pupilles, il ne sut quoi dire ou quoi répondre. Des détails, il n'en voulait pas mais en même temps il voulait savoir. Combien de temps avait-il saigné ? Était-ce cicatrisé maintenant ? Avait-il demandé à quelqu'un de l'hôpital de vérifier la plaie ? Était-elle profonde ? Risquait-elle de s'infecter ? Il en avait les mains un peu moites à cause de la faible panique qui grattait son esprit. Il secoua doucement son visage, se concentrant sur le reste plutôt que là-dessus – mais ne retint pas le regard qu'il lança vers le bleu à nouveau. « Préviens-le oui », chuchota-t-il dans un hochement de tête, « Au moins il saura à quoi s'attendre en te voyant », il lui offrit un léger sourire, ses épaules bougeant faiblement. « Je n'oserai pas me moquer. C'est pas mon genre. Je suis déçu que tu penses ça de moi », dit-il dans un sourire un peu plus large, une mine faussement innocente collée au visage – et on pensait fortement à ce pauvre banc qui n'avait rien demandé, blessé dans sa dureté. Néanmoins, il espérait sincèrement que ce vilain hématome disparaisse rapidement du visage de son ami. C'était perturbant de le voir là, collé à sa peau comme s'il voulait y rester. Il espérait qu'il n'ait pas de complications non plus. Après tout, on ne savait pas. D'un simple coup à la tête pouvait résulter des choses graves. Peut-être que Lucas n'en avait pas encore conscience, ou ne ressentait pas encore la douleur. Il faudrait cependant qu'il arrête d'y songer ou il risquait de paniquer pour de vrai.

Ce qui le rassurait, c'était de savoir que Jun Hwan était là. S'il devait arriver quelque chose à Lucas, il ne serait pas seul, et c'était tout aussi efficace que des médicaments. Le savoir seul l'aurait affreusement angoissé et il aurait été du genre à aller le voir tous les jours pour s'assurer que tout allait bien. Mais il n'était pas seul, cette pensée apaisant les battements de son cœur.
Lui l'était, par contre. Mais il voulait croire qu'un jour viendra où il ne le sera plus. Naïveté ou espoir, on ne savait pas trop. Un mélange des deux sans doute, avec un soupçon de déni.
« Je ne vois pas de quoi tu parles voyons », oui bien sûr et la marmotte... Un nouveau rire ronronna dans sa gorge, sa main se calant devant sa bouche alors que ses épaules se secouaient à un rythme irrégulier. « Ohhh », souffla-t-il, « Je suis touché », et sincèrement, il l'était. « J'en ai de la chance alors », le taquina-t-il en souriant malicieusement. Il répondit à son coup de coude par un coup de coude dans une frimousse enfantine.

Les minutes s'écoulèrent plus vite qu'il ne l'aurait cru, et les voilà dehors en train de marcher tranquillement. L'air frais était agréable, d'ailleurs. Après avoir passé ces instants enfermé, il pouvait se remplir les poumons. D'un air pas totalement sain – pollution et tout ça – mais il essayait de ne pas trop y penser. Un éclat de rire le prit soudainement et il observa Lucas avec amusement, « Les deux, en fait », le coin de ses lèvres se redressa dans une esquisse maligne, son visage s'étirant dans une moue adorable. « On se complète effectivement », qu'il commenta dans un léger rire, « On formerait un bon duo, j'en suis sûr », et l'on voyait déjà la foule en délire à l'annonce de leur venue... ou pas.
Gardant ses doigts accrochés au bras de son ami, il copia ses mouvements, traversant la rue, le regard rivé sur le restaurant. Ils eurent la joie de directement s'asseoir. Ce que Jae Hwan ne fit pas longtemps. A peine assis, il se releva, indiquant d'un geste de la main les toilettes à son ami dans un petit sourire avant de filer. Là-bas, il s'avança directement vers les lavabos, allumant précipitamment l'eau. Il appuya à plusieurs reprises sur le distributeur de savon et frottant ses mains dans des gestes précis. Gestes qu'il recommença une seconde fois, avant de se sécher les mains et de retourner à table, s'asseyant confortablement aux côtés de Lucas. « Tu sais déjà ce que tu vas prendre ? », lui demanda-t-il, la tête faiblement penchée. Il se pinça les lèvres un instant, laissant son regard voyager dans la salle, inspectant le mur et les sols. « T'es déjà venu ici d'ailleurs ? », il posa son regard sur la table puis sur son ami, dans une petite mine inquiète. Il espérait qu'ils ne servent pas des produits périmés. Et que l'hygiène en cuisine était impeccable. Lui ? Parano ? Un peu sans doute.
AVENGEDINCHAINS



☽☽ Again today, there are questions I don’t know. I’m trying to answer but I’m not confident. Is it this way or that way? I’m afraid of my decision. With an anxious heart I’m standing in front of the next choice

   
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Juil - 20:36
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas était lui aussi quelqu'un de très voir trop sérieux. C'était peut être pour cette raison que Jaehwan et lui s'entendaient si bien? Ils n'aimaient pas particulièrement attirer les regards, avaient, chacun de leur côté, des études prenantes et parfois complexes. La médecine, la psychologie.. des domaines pour le moins particuliers. Et si l'américain n'était pas autant féru de littérature que son ami, passer une soirée à lire un roman fantastique ne lui déplaisait pas. Mais surtout, malgré cet aspect de leur personnalité, tous deux pouvaient se montrer taquins avec leurs proches, plaisanter gentiment et se comprendre plus facilement que s'il s'agissait d'autres personnes. Ou peut être pas tant que ça finalement. Lucas voyait bien l'inquiétude se former sur les traits du visage du brun mais n'avait pas la moindre idée de la quantité de questions qui lui traversaient l'esprit en cet instant même. Il hochait la tête, murmurant un faible «Oui, je le ferai ce soir. » Son petit ami allait forcément s'inquiéter aussi et n'hésiterai pas à lui poser toutes les questions que Jaehwan s'était dit silencieusement. Mais il valait mieux ça plutôt que de le voir s'emporter à l'idée qu'il se soit battu. Ce qui aurait peut être été moins ridicule comme situation que de tomber sur un banc..
« Si c'est justement ton genre Jae. Mais je sais que c'est sans méchanceté aucune. Je te connais hein? » Il plisse les yeux et l'observe avec un regard mi suspicieux mi joueur, avant de sourire à son tour. Un Jae qui ne le taquinait pas signifiait que quelque chose n'allait pas. Alors il préférait nettement le voir comme ça, c'était rassurant.

Avec le brun il se sentait bien. C'était différent des moments qu'il partageait avec son petit ami, une douceur plus innocente, le désir d'être parfait beaucoup moins présent. Junhwan était celui qui connaissait le mieux ses défauts et pourtant Lucas n'avait aucune honte à se montrer tel qu'il est avec son ami. Il levait les yeux au ciel face à sa mauvaise foi mais ne disait pas un mot. L'américain est du genre silencieux, à ne pas ressentir le besoin de dire quelque chose s'il pense que c'est inutile. « Beaucoup de chance oui. Tu sais que tu es ma personne préférée? Enfin après junhwan et mon père... et peut être Eddy. » Un sourire malicieux étirait ses lèvres et il décida de s'écarter bien vite au cas où le brun aurait eu l'idée de se venger de sa plaisanterie.

Ils sortaient, l'air était tiède. Pas aussi chaud que dans la journée, mais pas aussi frais que durant la nuit. Lucas s'était habitué aux saisons en Corée et n'était pas gêné. Il riait à la réponse de Jaehwan, secouant doucement la tête. « Le contraire m'aurait étonné... » Et puis il arquait un sourcil. Un bon duo.. il n'en était pas si sûr. Lui qui était un piètre danseur serait avant tout ridicule. « On aurait du succès uniquement grâce à ta jolie tête d'ange. Mais des fois quand je vois ces idoles, je me dis qu'il n'y a pas besoin de beaucoup plus. » C'était un peu méchant, il devait bien l'avouer. D'autant plus qu'il en écoutait parfois même si la musique ce n'était pas tellement sa tasse de thé.
Ils arrivaient au restaurant, s'assirent et c'est sans surprise que Jaehwan se releva. Lucas avait l'habitude. Mais il ne disait rien, parce que se laver les mains avant de manger était une chose pour le moins logique. Mais lui se contenta d'attraper une de ses lingettes dans son sac à dos la rangeant dans la poche avant une fois utilisée, le brun revenant peu de temps après. « Non et non. Mais arrête de t'inquiéter un peu. Je sais pas trop ce qui se passe dans ta tête mais je suis sûr que t'imagines le pire des scénarios là. » Après lui avoir lancé un regard accusateur, il porta son attention sur le menu, optant pour du poulet frit et des légumes sautés. Quand un serveur arriva pour prendre leur commande il laissa Jaehwan s'exprimer d'abord avant de commander à son tour. « La prochaine fois ce serait sympa qu'on sorte tous les trois avec Eddy, t'en penses quoi ? »



velvet mood
Through dark roads and fears I reach for your hand. Never let go, oh light in my summer night. Together we'll be stronger.
avatar
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans
Rang Puppy

✮ MESSAGES : 266
✮ DATE D'INSCRIPTION : 12/04/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 04/09/1993
✮ AGE : 24 ans

Revenir en haut Aller en bas
Hier à 17:46
Voir le profil de l'utilisateur

breathe it, feel it, sing it

Il s'en voulait quelques fois de ne pas tout révéler à Lucas. Comme actuellement. Il se disait qu'il pouvait, qu'il était libre de le faire et il savait que son ami l'écouterait. Mais quelque chose l'empêchait de réellement le faire. Sa gorge se serrait, son cœur pompait un peu plus rapidement, son esprit s'embrouillait et c'était s'il perdait la faculté de parler. Un petit chuchotement lui répétait que ce n'était pas le moment, que ce ne serait jamais le moment et qu'il ferait mieux de se taire. Qu'il ferait mieux de ne jamais rien dire. Autant pour le bien de Lucas que le sien. Néanmoins, peut-être que s'il avait le courage – parce que c'était bien ça qui lui manquait, le courage – de lui avouer, Lucas comprendrait certainement mieux ses agissements, et son inquiétait quant à la marque sur son visage. Il hocha simplement la tête à la rétorque de son aîné, frottant inconsciemment son propre menton avant de laisser ses doigts glisser dans sa chevelure brune. Même s'il avait eu l'explication, même s'il avait eu matière à ne pas s'inquiéter, Jae Hwan le faisait malgré tout. Parce qu'il adorait Lucas et parce qu'il voulait qu'il soit en bonne santé. Il voulait être vraiment sûr que tout allait bien. Il ne fallait jamais se fier aux apparences. Peut-être que quelque chose allait clocher plus tard... et ça l'angoissait. Mais il ne pouvait pas traîner Lucas à l'hôpital et le forcer à passer des examens s'il ne le voulait pas. Ce n'était pas son genre, l'idée lui rappelant un peu trop sa mère.
« Hmmm... Peut-être bien », répondit-il, un sourire aux lèvres, « Tu me connais ? T'es sûr ? », et la malice brillait un peu trop fortement dans ses pupilles avant qu'il ne se mette à rire en voyant l'air de son ami. Il baissa le visage, comme pour se cacher, avant de le redresser, la même esquisse pliant sa bouche. S'il pouvait le taquiner, c'était que tout allait bien – il se rassurait comme il le pouvait.

Il se sentait bien, là. S'il oubliait momentanément l'inquiétude par rapport à l'état de son ami, il se sentait bien. Pas forcément dans son élément. Son élément, c'était la bibliothèque. Ici, c'était plus bruyant, plus animé, mais contre toute attente, ça lui plaisait. Certainement parce qu'il était avec Lucas, et que ce dernier arrivait sans trop d'efforts à l'apaiser. « Ah ? », fit-il, intéressé, les prunelles illuminées. Il pencha son visage sur le côté, une petite moue boudeuse mais compréhensive. C'était normal de passer après le père et le petit-ami mais pourquoi Eddy ??? Ses joues se gonflèrent nettement et il croisa les bras sur son torse, pas content. Faussement pas content. « Je passe après Eddy ? Sérieux ? », demanda-t-il, choqué, trahi, et tout ce qui suivait, « Han... », qu'il râla dans un souffle, « Je retiens. Je retiens », qu'il lui dit en le regardant, un sourire malgré tout présent sur ses lèvres.

Et ce fut le moment de sortir et de quitter cette pièce pour respirer l'air de l'extérieur. Il haussa simplement les épaules dans une mine innocente aux paroles de son ami. Il n'allait pas dire non à un repas payé par ses soins. Même si dans le fond, ça le gênait de se faire invité, cela avait aussi un petit côté plaisant. Son rire résonna brusquement, cachant sa bouche de sa main il se mit à secouer son visage. « Bon t'as pas tort », admit-il après quelques secondes, « C'est vrai que le succès serait là grâce à moi mais tout de même, accorde-toi un peu de mérite. T'es pas trop trop mal non plus », et il se mit à rire encore une fois. Ses chevilles allaient bien, promis. De plus, il ne se considérait pas plus beau qu'un autre et pour le coup pas plus beau que Lucas. Il était banal. Mais c'était plus drôle de taquiner son ami de cette façon.
A peine assis aux côtés de son ami, Jae Hwan se releva : direction les toilettes. D'où il revint après s'être lavé les mains. A la réponse de Lucas, il se contenta de le regarder sans rien dire durant plusieurs secondes, les lèvres à peine pincées dans un air gêné, et embêté. Le pire des scénarios ? Il n'y avait même pas pensé dis donc. Et si on leur servait quelque chose qui n'était plus bon ? Et si l'hygiène de la cuisine était horrible ? Mon dieu et si le cuisinier ne se lavait pas les mains avant de préparer les repas ? Effectivement, Lucas ne savait pas ce qu'il se passait dans sa tête. « Non mais t'imagines le cuisinier se lave pas les mains ? », il eut une mine dégoûtée, « Ew... » qu'il souffla dans une grimace. Puis il se pencha sur le menu, quelque peu incertain, la gorge un peu serrée. Quand le serveur arriva, Jae Hwan mit quelques secondes avant de s'exprimer, choisissant tout simplement une assiette de légumes, se retenant de harceler ce pauvre serveur de questions. Il laissa Lucas commander à son tour et se tourna vers lui ensuite. « Pourquoi pas, ça peut être amusant », il haussa rapidement les épaules avant de froncer quelque peu les sourcils, « Je viens vraiment après lui dans ton classement ? », lui demanda-t-il, la moue boudeuse et suppliante. « Parce que si c'est le cas je ne voudrais pas déranger ta sortie avec ton ami préféré tu vois... », il fit un vague geste de la main dans une légère mine faussement blessée, le coin de ses lèvres levé dans ce pli malicieux et amusé que Lucas devait connaître que trop bien. « Mais sinon oui, pourquoi pas », qu'il répéta doucement dans un sourire détendu.
AVENGEDINCHAINS



☽☽ Again today, there are questions I don’t know. I’m trying to answer but I’m not confident. Is it this way or that way? I’m afraid of my decision. With an anxious heart I’m standing in front of the next choice

   
avatar
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans
Rang Unicorn

✮ MESSAGES : 278
✮ DATE D'INSCRIPTION : 19/06/2018


✮ DATE DE NAISSANCE : 24/08/1994
✮ AGE : 23 ans

Revenir en haut Aller en bas
 

breathe it, feel it, sing it | ft. Lucas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lucas di ke Aristide ekri sou fo nom lan entenet la ,
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE
» a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS
» LUCAS a menti au sujet de fevry.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seoulmates :: Les quartiers de Séoul :: Hongdae (홍대)-