AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | .
 

 meeting entre deux glaçons [jae hyun&katsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lun 1 Jan - 21:58
Voir le profil de l'utilisateur

Jae Hyun & Katsuki
⚜️ Meeting entre deux glaçons  ⚜️

Ta cheville est toujours douloureuse, mais aujourd’hui, tu devais patiner pour un gala de charité. Evidemment, la compétition allait reprendre… Tu avais dû déclarer forfait à la précédente et, cela t’avait arraché ton coeur sans vie. Tanaka san t’avait intimé de prendre du recul et du repos. A cette allure, tu sais que tu ne tiendras pas le rythme, entre être un homme d’affaires et un cygne sur la glace.. Peu de personnes se doutent de cette vie bien austère et sans vie que tu mènes. Tu es épuisé. Toutefois, l’appel de la glace est le plus fort. Beaucoup de journalistes se sont rués à ton téléphone et nouvelle adresse de résidence dès qu’ils ont su que tu étais en Corée. Est-ce que tu allais patiner ne serait-ce qu’une fois pour la Corée et tourner le dos au Japon ? Pourquoi être venu ici ? Tu avais donné des réponses brèves tout en restant courtois et allant directement au but. Aujourd’hui, était le jour de la reprise. Tu pourrais tenter d’y aller doucement, même ton coach a évoqué le fait, de créer une chorégraphie simple afin que tu puisses reposer ta « patte folle ». Toutefois, tu n’es pas de ceux qui préfèrent se reposer sur leurs lauriers. Tel un guerrier, qu’importe les risques, que tu te retrouves à terre, tu te relèves afin de donner le meilleur de toi. Il n’y a que sur tes patins, que tu livres ton ressentiment, que tu laisses entrevoir tes véritables sentiments. Sentiments qui sont généralement fermés à septuple tours dans ton for intérieur.

Les écouteurs sur les oreilles, ces dernières réceptionnent la douce musique de Beethoven : La cinquième Symphonie, les paupières fermées. Tu pianotes légèrement sur ton genou à l’aide de ta main droite au rythme des percussions que tu entends. Tu es dans ta bulle comme avant chaque compétition. Compétition, qui commencera après l’exhibition de chaque patineur. Tu vas retrouver des adversaires dont certains arrivent à te faire trembler malgré que tu sois le roi de la Glace.  Celui qui a battu le record du Monde et, ce trois fois. 20 ans…. Pour beaucoup c’est jeune, mais dans le monde du sport, 20 ans n’est plus considérés si juvénile que cela. Sans tes blessures, il te reste normalement 6 années. Aujourd’hui ? Peut-être trois ans. Personne ne connaît l’avenir et le sien est de finir derrière un bureau. Cela a déjà commencé. Tu es étudiant, mais tu es Diamantaire dans un important quartier d’affaires. Ton emploi du temps possède une organisation carrée. Il y a peu de trous. Raison pour laquelle, ton manager et ton majordome que tu considères comme un membre à part entière de ta famille, t’ont inscrit sur la célèbre application : You + I !

Tu fronces légèrement du nez à cette pensée que même la musique n’arrive pas à freiner ton apathie pour ce système qui pour toi est simplement un piège à pigeon ! Un moyen de se faire de l’argent sur le dos de pauvres gens qui sont trop fleurs bleues et qui croient au grand Amour. L’amour ? Quelle belle c*nnerie ! On ne la lui faisait pas à lui. L’amour c’était un sentiment surfait. Tu sors de tes pensées quand tu sens les vibrations de ta limousine s’arrêtaient. Tu ne sors pas de suite, tu attends que ce soit ton majordome qui t’ouvre. Tu remercies d’un signe de tête cet homme que tu considères un peu comme père, récupère ton sac qu’il te tend, et les écouteurs sur les oreilles tu montes les marches de la patinoire sous la lumière de quelques flashs des journalistes déjà présents. Tout n’est que marketing… Raison pour laquelle, tu affiches un sourire éclatant et faux. Quelques signes de la main en guise de salut pour que ton image ne soit pas descendue par la presse Coréenne  demain. Finalement, tu attends ton numéro de passage et qu’on t’indique ta loge à l’entrée et ce, pendant quelques minutes.

Il ne te fallut pas attendre longtemps pour avoir la désignation de ta loge, tu offres quelques timides sourires et des courbes en guise de salutation envers tes adversaires et rivaux hommes et connaissances féminines venus de pays différents. Arrivé devant ta porte, tu finis par faire entendre le son de ta voix pour la première fois depuis le trajet :

« Tanaka san c’est bon. Vous pouvez m’attendre autour de la glace. Je crois que Mr Browning est déjà présent ! »

L’homme d’en face se courbe devant ton « ordre ». Ce n’est que lorsqu’il te tourne le dos que tu abaisses la clenche de la porte pour t’y glisser et refermer cette épaisse porte derrière toi. Tu soupires bruyamment. Au moins tu étais arrivé à destination. Tu allumes ton vestiaire et titube un peu jusqu’à prendre place sur le banc devant. Heureusement que le médecin est venu te faire une piqure d’antidouleurs afin que ta cheville puisse tenir le coup. Tu commences par enlever tes chaussures, tes chaussettes où ton pied gauche est bandé jusqu’à la mi mollet. De la, tu commences à enlever ta veste, ton pull, ton sous-pull noir te laissant ainsi torse nu quand soudainement la porte s’ouvre sans avertissement. Tu gèles, te rappelant que tu as omis de fermer la porte à clé. Tu te tournes vers le perturbateur, espérant que c’était ton coach, mais non… Au lieu de ça tu tombes devant un visage connu…

« TOI?! »
⇜ code by bat'phanie ⇝


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Jan - 22:04
Voir le profil de l'utilisateur

Jae Hyun & Katsuki
⚜️ Meeting entre deux glaçons  ⚜️

Faire partie de l’équipe du journal de la fac, c’était un peu un passage obligé lorsqu’on était, comme Jae Hyun, en 3ème année de photographie à Yonsei. C’était plus un fardeau qu’autre chose pour le pauvre Jae Hyun dont le style trop conventionnel du journal ne collait pas du tout avec le sien. Lui, il aimait prendre des photos qui avaient une âme, un sens, un message à faire passer, pas ces photos bateaux qu’on prenait juste histoire d’illustrer un article. Il y a deux semaines, il avait dû faire un reportage sur le doyen de la fac. Pas de quoi frissonner. Et la semaine dernière, ça avait été pire… On l’avait obligé à se rendre à une compétition de patinage artistique. En deux mots : l’horreur. C’était vraiment le genre de truc qui l’horripilait Jae Hyun : non seulement il faisait un froid de canard et il détestait devoir garder sa grosse parka pour prendre des photos mais en plus, ça lui rappelait d’horribles souvenirs d’après-midi passés chez sa grand-mère, endormie devant sa télé sur ces interminables danses sur patin sur glace avec des mecs dont les costumes brillaient encore plus que la robe de bal hors de prix de Cendrillon… Même s’il détestait le sport en général, il avait décrété que le patinage artistique était le sport qu’il exécrait le plus. Quel plaisir y avait-il à sacrifier autant sa vie pour quelques instants de gloire ? Quand il voyait leur régime alimentaire trop strict et le nombre incalculable d’heures d’entraînement qu’ils se tapaient (sûrement 25h/24), il n’y avait vraiment rien qui l’attirait dans cette discipline. Ah et puis il faisait trop un froid de canard sur la glace. Il n’avait trouvé aucun plaisir à regarder et encore moins à prendre tout ça en photo. Il espérait qu’on ne l’enverrait plus dans un endroit comme ça. De toute façon, même si on le lui proposait, ce serait sans lui.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

« QUOI??!! »


Il avait hurlé dans le téléphone, faisant se retourner vers lui tous les clients du café. Ça avait été plus fort que lui, c’était sorti tout seul. Défait, il avait raccroché avant de balancer son téléphone sur la table en bois, juste à côté de sa part de gâteau au chocolat. C’est malin, maintenant il n’avait plus faim.

« Il t’arrive quoi ? » demanda Yoon devant lui qui était en train de se curer nonchalamment les dents, il arrivait pas à enlever un morceau de fraise qui restait coincé là, alors pour le coup Jae Hyun avait le droit à une formidable vue sur ses chicots.

« J’dois retourner à la patinoire.  rip »

« Encore ? Mais t’y es allé y a pas longtemps, non ? »

« La semaine dernière. :flag:  »
Il avait le visage défait comme un confetti en fin de vie après une soirée trop arrosée. Quelle torture… Il allait devoir retourner là-bas. Et tout de suite.
Poussant l’assiette de gâteau au chocolat vers Yoon, Jae enfourna le téléphone ainsi que le reste de ses affaires dans son sac à dos, prenant son précieux appareil photo en main.

« Faut que j’y aille si je veux pas être en retard. » Ouais, qu’il se grouille, surtout que c’était à l’autre bout de la ville.

« Force et robustesse, bro. » fit Yoon avant de tapoter avec son poing au niveau du coeur.

Ouais, il allait bien en avoir besoin… Putain de journée gâchée.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Il faisait le pied de grue devant le bâtiment depuis une bonne dizaine de minutes dans un vent glacial comme seul Séoul en avait le secret, un vent à vous paralyser. Sautillant sur place, Jae Hyun regarda autour de lui les journalistes qui s’affairaient, les photographes qui faisaient crépiter leurs flashs. Ça avait l’air d’être un sacré évènement s’il en jugeait par le nombre de chaînes et journaux présents différents.
Dire qu’il attendait comme une pauvre nouille que la journaliste sportive du journal de la fac se pointe. Une fois qu’elle serait devant lui, il allait lui souffler dans les bronches, histoire de bien lui faire comprendre qu’elle ne s’amuse pas à le faire attendre comme ça dans le blizzard une prochaine fois. Même s’il n’y aurait jamais de prochaine fois, foi de Jang Jae Hyun. On l’avait eu une deuxième fois, mais y en aurait pas une troisième. Déjà, il allait devoir à survivre à ce soir, il se voyait déjà en train de mourir d’ennui. Dire qu’il aurait pu être au café, bien pépère avec ses potes en train de siroter un bon Irish Coffee. Nan, il était au bout du monde, à devoir faire un truc dont il avait même pas envie.
Son téléphone sonna dans son sac et il mit quelques secondes à le retrouver dans tout son foutoir. Si c’était elle et qu’elle lui disait qu’elle serait en retard, il allait la planter là et elle se démerderait toute seule pour son article. Mais ce n’était pas le numéro de la jeune femme qui s’affichait mais celui du rédacteur en chef du journal.

« Jae Hyun, In Ha peut pas venir couvrir l’évènement, elle est clouée au lit avec une méchante grippe. »

Alors là il voyait rouge. C’était maintenant qu’on le prévenait ? Alors qu’il était en train de se transformer en Mr Freeze géant ? C’était lui qui risquait d’être cloué avec une mauvaise grippe au lit à cause de leurs conneries.

« Très bien, j’me casse alors. »
dit-il d’un air bougon. Avoir fait tout ce chemin pour rien… Niveau lositude, il se posait là.

« Quoiiii !! Mais non !! On a besoin de toi !! On a besoin de cet article ! Tu te rends pas compte ! On a une interview quasi exclusive avec Katsuki Sumeragi ! C’est un miracle qu’il ait accepté d’être interviewé par un petit journal de fac.»

Ça lui faisait une belle jambe à Jae.

« Jae Hyun, il nous faut cet article pour le journal. Tu prends deux-trois photos, tu lui poses une dizaine de questions et c’est bon, l’affaire sera dans la boîte. »

Les yeux ronds, Jae Hyun parla un peu plus fort dans le téléphone. « Nan mais t’as oublié une petite chose là…. Je fais des études en photo, pas en journalisme ! » Interviewer il ne l’avait jamais fait et ce n’était définitivement pas son truc. Non non non. Ils pouvaient se foutre le doigt dans l’oeil jusqu’au coude, jamais de la vie il ne leur ferait cet interview.

« J’dois te rappeler que chaque article que tu fais pour le journal compte pour ta moyenne… »

Oh putain, c’était pas beau ça. Du chantage…

« Ok… » soupira-t-il. Ou comment se plonger tout seul dans une sacrée galère…

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Il avait été surpris de voir à quel point la liste de journalistes accrédités pour pouvoir pénétrer dans l’enceinte était réduite. Ils devaient être cinq à tout casser. Jae en avait d’ailleurs suivi deux, qui se rendaient dans le box dédié aux journalistes de presse écrite. Sans le vouloir, (c’est cela oui….), il avait laissé traîner son oreille.

« C’est incroyable que le champion Sumeragi soit ici en Corée, tu ne trouves pas ? »

« Tu crois qu’il va rester longtemps ? Il paraît qu’il habiterait sur Séoul… »

Tiens, tiens, ça parlait du lascar qu’il allait devoir interviewer tout à l’heure, après la compétition. Ces gaillards venaient sans le vouloir de lui donner une piste pour orienter ses questions. Mais en attendant, il avait plus urgent à faire que de penser à la dizaine de questions qu’il allait devoir poser à ce Sumo Rageux, non…, Soumirami, Samorani ? Merde, c’était quoi son nom déjà ? Et il ne savait même pas à quoi il ressemblait… Bref, il fallait qu’il trouve les toilettes parce que là, y a une urgence pipi qui se faisait ressentir.
Bon, ils étaient où ces toilettes ? C’était quoi ce dédale de couloirs, c’était un vrai labyrinthe ici….! Et que de monde, c’était une vraie fourmilière, ça se bousculait dans tous les sens. Il ne devait pas être loin des loges des champions… Ah une porte avec un bonhomme dessus, ça devait être là ! Confiant, Jae Hyun enclencha la poignée et pénétra dans la pièce. Il eut un mouvement de recul lorsqu’il vit un mec torse à poil devant lui. Euh merde, il venait peut-être de se tromper là… pourtant il avait bien vu le logo d’un bonhomme sur la porte… Enfin, il croyait, il n’en était plus très sûr maintenant qu’il se retrouvait à quelques mètres de ce mec en train de se changer. Ou de faire un strip tease. Lorsque les yeux de l’inconnu s’arrondirent quand il le vit, Jae Hyun eut la même réaction que lui.

« TOI ?! »

« TOI ?! »  :o:n:

Mais qu’est-ce qu’il faisait là celui là ? La petite crevette de la semaine dernière qui avait failli se retrouver les quatre fers en l’air alors que Jae n’avait fait que le bousculer légèrement dans le couloir….! Jae Hyun regarda autour de lui, prenant en compte l’endroit dans lequel il s’était retrouvé bien malgré lui. Un costume paillettes à la Cendrillon était posé sur l’un des canapés et il n’y avait définitivement pas de toilettes en vue….

Ce gars était… un patineur artistique ? Même si cette pensée le surprit à l’instant où elle lui traversa l’esprit, ce n’était pas si étonnant que ça en fait. Le gars avait vraiment le physique pour l’emploi. Un corps tout menu et des muscles à chercher à la loupe.
Jae Hyun recula d’un pas pour regarder la porte de la pièce par laquelle il venait d’entrer. Y avait peut-être un bonhomme bleu dessiné sur une pancarte dessus mais il y avait également, inscrit au feutre en dessous, un nom. « Sumeragi Katsuki »

Il ne lui fallut qu’un quart de seconde avant de laisser échapper un « oh merde » d’entre ses lèvres…
Ce mec… c’était lui qu’il allait devoir interviewer… Et vu comment ça s’était passé la semaine dernière entre eux… Oh putain, il était un homme mort, il n’allait jamais pouvoir ramener l’article au journal.

« J’suppose que c’est pas les petits coins ici ? » fit-il avec son petit air niais.

C’était définitivement pas les toilettes ici. Mais il était tout de même dans la merde jusqu’au cou.




avatar
Jang Jae Hyun
How to mend a broken heart?

Rang Wolf
Cutie Admin
❀ Messages : 384
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Jan - 22:05
Voir le profil de l'utilisateur

Jae Hyun & Katsuki
⚜️ Meeting entre deux glaçons  ⚜️

Ok, on respire et on se calme… On respire et on se calme !! Non, mais comment tu pouvais même penser à rester calme dans ce genre de situations hein ? On t’a sûrement jeté le mauvais sort, ou le mauvais œil.. Dans les deux cas, cela sentait mauvais dans l’air, et c’était peu de le dire. Déjà, il avait dû déclarer forfait à cause de la torsion de sa cheville suite à un mauvais saut. De toute façon, personne ne pouvait toujours être au top de sa forme. Tu le sais, tout le monde le sait, mais tu continues malgré tout de forcer comme un âne et le résultat est que tu t’es contenté de regarder ton autre confrère japonais remportait la place qui aurait pu te revenir. Tu étais content pour lui, que la coupe, le titre reste japonais et non russe ou américain. Tu n’es pas un si mauvais bougre. Tu entretiens quand même une certaine amitié avec le patineur masculin qui représente l’Espagne, les patineurs japonais et même américain puisque, tu t’es retrouvé sur le podium en même temps que lui. Tu n’es pas fait pour rester sur la touche sinon, ça serait depuis longtemps et ton grand-père ne t’aurait jamais permis de continuer cette « folie » comme il le dit lui-même. Qu’importe ce que ce dernier pensait, tu fus touché qu’il ait fait le déplacement et ait compris tes sentiments. Il n’y avait que dans ce genre d’occasion que ton regard, tes expressions, tu ne les dissimules pas. Tu es vrai.. Tu es toi, mais non, ils se sont tous mobilisés contre toi pour que tu déclares forfait. Après tout, tu es le champion du monde et olympique actuel, mais tu as raté la Coupe de Chine… Pour l’Isu c’est mort ce soir. Toutefois, pour ce gala, tu comptes montrer que tu n’en restes pas moins l’Empereur. Qu’on ne t’enterre pas de suite et cela passe par une chorégraphie soutenue qui peut avoir de fortes répercussions sur ta cheville pas complètement remise. Tu as accepté cette invitation et le fait de devoir affronter les patineurs coréens sur leur propre terrain ainsi que deux patineurs russes qui ont été conviés aussi pour ce soir. Il y avait des patineurs chinois aussi, si tu en crois le couple de danse que tu as croisé en venant jusqu’à ta loge. Oui… TA LOGE !!!

Apparemment, dans ce pays, certains ne savent vraiment pas lire, ou sont aveugles. Déjà que tu stressais à cause de ta blessure, il fallait que la vie, ou une personne qui souhaite te voir t’écrouler au choix, te mette sur le chemin la dernière personne que tu souhaitais voir en cet instant. Bon ok, tu ne souhaitais voir personne en particulier. Ce n’est pas comme si dans tes contacts, tu as des amis. Qu’est-ce que des amis d’ailleurs ? A part des boulets que tu traines aux pieds ? S’attacher est une faiblesse, comme montrer ses véritables émotions. Tu as grandi dans un Monde de requins et de hyènes, pour changer cette méfiance que tu portes envers tous les inconnus que tu croises… Bon courage à celui qui voudra te montrer le Monde sous un autre Jour avec un grand J. Il va en avoir besoin. Tu grimaces à l’entente de la surprise de cet importun qui a osé brisé ta bulle de calme, ta préparation aussi… Qu’est-ce qu’il foutait ici hein ? Tu te pinces à l’aide de ton index et ton pouce, l’arrête nasale tout en fermant les yeux une fraction de secondes. Ce visage… Comment l’oublier hein ? L’affaire remonte à la semaine dernière, ce gars t’avait bousculé sans même t’excuser et à cause de lui, tes affaires se sont retrouvées éparpillées sur le sol. Tu lui avais même lancé un : « Non mais, achètes toi des lunettes ». Apparemment, tu allais devoir dépenser ton propre argent pour lui en acheter dix paires avec les verres les plus forts. Tu l’observes et serre les dents et les fesses. Il faut que tu gardes ton calme, ta posture.. Ne pas perdre son sang froid hein ? Il ne faut pas que tu te décomposes, pas devant ce malotru qui ne connaît pas le respect semble t’il.

« J’espère pour toi que tu as demandé comme présent pour Noël une nouvelle paire de lunettes loupes ! Si ce n’est pas le cas, ajoute-y sur ta liste un Cerveau. Je crois que c’est le plus important dans ton cas ! »

Tu es venimeux et alors ? Ce type t’agace… Subtilement sur ta langue, bien que ton intonation fut calme, la « colère » s’y est glissée. Il t’énerve et pas qu’un peu. Est-ce que tous les citoyens de ce pays ne connaissaient aucune retenue ? La politesse aussi ? Voilà un grossier personnage qui te tape rapidement sur le système nerveux. Retiens-toi, ne lui saute pas à la gorge, tu as quand même plus de tenue que lui ! Cependant, sa dernière question te fait grincer des dents. « Les petits coins hein ? » Non, mais il se fout littéralement de toi là non ? Ce n’est pas possible d’être aussi niais quoi qu’avec cet air qu’il arbore devant toi, cela laisse planer sérieusement le doute.

« Ah ? Parce que pour toi cette loge ressemble à des toilettes ? Tu vois de quoi te soulager ? »

Il devait être une exception. Car tu as rencontré des Coréens qui savaient se tenir. Cet énergumène ne faisait définitivement pas partit de cette catégorie. Non, lui il faisait partit de la catégorie des personnes dont tu te tiens habituellement éloigné. Peut-être parce que la génération de maintenant était gagnée par la paresse… L’envie et l’espérance que tout leur tombe dans le bec sans rien faire. Toi, tu es né avec une cuillère en diamant peut-être, mais la vie ne t’a pas épargnée. Tu travailles encore et encore pour être capable de faire face à tes parents qui sont dans l’autre monde, ton  grand-père paternel qui tenait la fortune familiale et la majorité des affaires. Il ne fallait pas non plus oublier ta grand-mère maternelle que tu aimais plus que tout qui aimerait aussi que tu reprennes la firme de la maison de thé. Tu as appris tout ce que tu devais savoir depuis que tu sais marcher dans ce domaine, mais autant tu préférais ça que jouer au diamantaire, tu n’arriveras sans doute pas à tout gérer. Toutefois, tu menais une triple vie et lui il menait quoi ? On ne juge pas un livre à sa couverture… Oh tu le sais.. Toutefois, ce visage, cet irrespect total et ne parlons même pas de ce ton, de ce sourire.. Non, vraiment tout en lui t’agace. D’ailleurs, tu finis par reprendre en te rendant compte de quelque chose d’important dans ta question :

« Laisses tomber la question, pas besoin de répondre. Puisque tu dois faire remplacer tes globes oculaires, normal que tu ne puisses rien voir ici non ? »

Tu uses d’un peu d’ironie dans la forme de ta question, mais en même temps… Qu’est-ce que tu peux y faire ? Tu finis par lâcher un gros soupir et le regarde blasé. Tu n’as pas très envie de le regarder dans le blanc des yeux. S’il voulait s’y rendre… Parce qu’au moins, tu voyais l’occasion de te débarrasser de lui. Tu décides de jouer le gentil petit patineur qui ne fut pas dérangé le moins du monde et qui avait pas le coeur de laisser ce pauvre coréen se débrouillait tout seul. Tu te rapproches de lui, ouvre de nouveau la porte, sors de ta loge et là en désignant le côté gauche avec ton index sans le regarder, tu l’as assez vu pour la soirée, la journée même alors que vous étiez le soir :

« J’espère pour toi que tu as des oreilles… Tu vois là-bas. Tu continues encore là bas jusqu’au carrefour qui n’est pas loi, tu tournes à droite et ils sont là ! »

Tu n’attends même pas qu’il te remercie ou pas. En fait, non tu rentres de nouveau dans ta loge pour lui claquer ta porte au visage sans lui demander son reste. Il te restait à te changer et à te préparer. Au moins, s’il n’a pas compris le message, c’est qu’il fallait vraiment lui acheter de toute urgence un petit cervelet peut-être. Tu espères sincèrement qu’il ne se trompe pas et tombe dans la partie réservée aux femmes. Car, là tu n’as pas envie d’être coupable de complicité de voyeurisme. Tu n’as pas envie de voir ton nom lié à une salle affaire ! Bonjours les dégâts et les retombées médiatiques. Tu peux déjà imaginer la réaction des derniers membres de ta famille restant. Tu serais appelé d’urgence à revenir au Japon et tu pourrais abandonner tes chaussons de glace. N’essayant pas de t’imaginer le pire, tu décides d’enfiler une chemise rose pastel en soie où tu y rajoutes une cravate dans la même catégorie de tissu pour resserrer le col et compléter parfaitement le rôle du personnage que tu as opté d’incarner pour ce soir lors de ta performance dans le gala de de ce soir qui ne serait pas notée. Ce n’était que l’ouverture de la future compétition qui commence dès demain aux aurores. Pour ce soir, ton objectif était de faire le show devant le public qui remplit petit à petit les gradins. Tu as encore de la marge avant le début du défilement de chacun. De là, tu commences à quitter ton pantalon pour enfiler un pantalon noir que Charlie Chaplin portait à l’époque avec des bretelles dont tu passes les bras pour poser chacune d’entre elles, sur tes épaules. Seulement, faut croire que l’on a décidé de ne pas te laisser tranquille pour ce soir, surtout que tu te rappelles soudainement avoir permis qu’on t’interview enfin, ça ce n’était pas surprenant… Ce qui sort de l’ordinaire c’est qu’il y avait une demande de ton établissement… Non… C’était impossible ? Cela ne pouvait pas être « lui » n’est-ce pas ?
⇜ code by bat'phanie ⇝


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Jan - 22:16
Voir le profil de l'utilisateur

Jae Hyun & Katsuki
⚜️ Meeting entre deux glaçons  ⚜️

Il fallait absolument qu’il arrive à prendre sur lui.

Merde…

C’était une chose qu’il n’arrivait pas à faire ça, Jae Hyun, prendre sur lui. Quand il était énervé, il était plutôt le genre de gars à extérioriser tout ça. Soit en criant un bon coup, soit en tapant dans quelque chose.
Mais là tout de suite, aucune de ces deux solutions ne lui semblait être bonne. La voix de son rédacteur en chef n’arrêtait pas de passer dans sa tête. « L’interview, il nous faut l’interview ! » Peut-être qu’à force de se le répéter, il allait finir par y arriver, à réussir à prendre sur lui et ne pas craquer.
Y avait une chance sur combien pourtant qu’il se retrouve à nouveau nez à nez avec ce type ? Il était sûr que c’était encore plus élevé que ses chances de pouvoir gagner un jour au loto…! D’ailleurs y avait pas un tirage ce soir ? Il devrait aller jouer, vu comment cette journée était placée sous le signe de l’improbabilité….
Bon, on résume la situation… Il allait devoir interviewer le gars qu’il avait bousculé la semaine dernière (et qui s’était déjà énervé une fois contre lui, ça l’avait tellement pris de court sa réaction que Jae en était resté bouche bée. On parle du légendaire calme japonais… ce type devait certainement faire exception à la règle…), il était rentré dans sa loge sans frapper et le surprenait torse nu. Et pour couronner le tout, il avait fallu qu’il lui pose une question débile. (Et non, sa question de savoir où étaient les toilettes n’était pas la première question de l’interview… lol !) C’était pas juste. Quand Yoon posait une question débile avec son air niais tout le monde riait. Mais quand c’était lui, c’était pas le cas. Mouais, pas sûr que même le roi de la rigolade Ahn Yoon aurait réussi à dérider Mr-J’ai-Mes-Règles-Et-Chuis-D’une-Humeur-Massacrante ici présent…
C’était mal barré. Mais il fallait voir les choses du bon côté : Jae Hyun était tellement au fond du trou qu’il ne pouvait que se rattraper et remonter la pente. Ça ne pouvait pas être pire que ça ne l’était déjà.

« J’espère pour toi que tu as demandé comme présent pour Noël une nouvelle paire de lunettes loupes ! Si ce n’est pas le cas, ajoute-y sur ta liste un Cerveau. Je crois que c’est le plus important dans ton cas ! »

C’était marrant comme le poing de Jae le démangeait en cet instant précis. En une semaine, la colère du japonais ne semblait pas s’être calmée. Nan mais pour qui il se prenait lui ? Quoi ? Des lunettes loupes ? Et puis un… cerveau !? C’était quoi ce manque de respect total ! Il l’avait pas fait exprès, d’abord !, la semaine dernière quand il lui était rentré dedans. Et là, il l’avait pas fait exprès non plus de rentrer dans sa loge en pensant que c’était les chiottes. Ça arrivait à tout le monde de faire des erreurs ! Ce gars avait un niveau de tolérance qui avoisinait le level -100 !!

« Ah ? Parce que pour toi cette loge ressemble à des toilettes ? Tu vois de quoi te soulager ? » Là tout de suite, oui, y avait bien un truc qui l’aurait soulagé, Jae. Et ça ressemblait beaucoup à s’y méprendre à son poing dans sa figure mais heureusement pour lui qu’il ne pouvait pas se le permettre parce que dans d’autres circonstances, ça se serait sûrement passé ainsi.
Zen, il devait rester zen. Jae Hyun respira un bon coup avant d’arborer un sourire forcé et un air dans le regard qui voulait dire « Vas-y continue de me prendre pour un con… » Le japonais s’avança vers lui, l’air toujours aussi aimable. Mais contre toute attente - il s’attendait vraiment à ce qu’il le foute à la porte sans ménagement - le brun l’avait emmené dans le couloir, jouant au guide.

« J’espère pour toi que tu as des oreilles… Tu vois là-bas. Tu continues encore là bas jusqu’au carrefour qui n’est pas loin, tu tournes à droite et ils sont là ! » Et là, la porte claqua. Ah bah voilà, ça ressemblait beaucoup plus au japonais pas aimable qu’il connaissait jusque là ! « P’tit con… » murmura Jae Hyun en regardant la porte de la loge qui venait de se refermer dans un bruit assourdissant. Dire qu’il allait devoir interviewer cet abruti. Il allait pas être déçu, il allait lui mijoter un article bien salé, ça lui ferait les pieds. Et puis, peut-être que comme ça, au journal, ils allaient éviter de lui refourguer des missions relou comme celle-là…! Il ferait d’une pierre deux coups.
Mais en attendant, il fallait vraiment qu’il trouve ces satanées chiottes. Il lui avait dit quoi Mr-Pas-Aimable déjà ? Au bout à droite, c’est ça ? Jae Hyun se faufila parmi les membres du staff et les patineurs qui étaient déjà prêts. Il avait l’impression d’être à un concours de Miss Univers avec toutes ces paillettes et ces strass. Arrivé au bout du couloir à droite, il trouva effectivement les toilettes. « Ah j’ai besoin de lunettes….! Ah j’ai besoin d’un cerveau…! Tu vas voir l’article de malade que je vais pondre sur ta gueule…  :nrv: » Il était toujours tellement énervé le Jaejae qu’il en avait du mal à remonter sa braguette. Le gars qui pissait dans l’urinoir d’à côté le regarda en coin. « Quoi ?  :oh: » demanda-t-il excédé en faisant peur au pauvre membre du staff. « J’ai jamais aimé le Japon. Ça se confirme quand on voit l’imbécile qui patine pour ce pays  :bouh: » Ses mains une fois lavées, Jae quitta les lieux, revenant sur ses pas dans le couloir. Il allait falloir qu’il regagne le carré des journalistes, là où il allait pouvoir tranquillement regarder le gala et établir sa liste de questions. Ouvrant la pochette zippée de son sac à dos, le jeune brun en sortit son accréditation qu’il fit pendouiller l’instant d’après autour de son cou, en compagnie de son appareil photo. Il avait à peine fait quelques mètres dans le couloir qu’il sentit une main l’attraper par le bras. « Vous êtes le journaliste du Yonsei University News ? » « Euh techniquement non mais ce soir, malheureusement, oui…. » « Vous êtes terriblement en retard pour l’interview jeune homme ! » Hein ?? « Et Sumeragi-san déteste les retards. Venez, sa loge est par ici. » Il se sentit tiré par le bras et Jae réalisa tout à coup ce qui était en train de se passer. « Mais… Attendez, c’est pas après le gala l’interview ? » « Mais pas du tout, ça fait dix bonnes minutes déjà que vous auriez dû terminer votre interview. Sumeragi-san risque d’être d’une humeur massacrante… » Sans blague… Le petit doigt de Jae lui disait qu’il était déjà bien à braise le Sumeragi-san… « Je serais vous, je lui présenterais mes plus plates excuses. » fit l’homme en toquant à la porte que Jae connaissait plutôt bien maintenant. S’excuser ? Il pouvait toujours se gratter…! « Mais lol… » murmura Jae. « Hein ? » « Non rien… » Un air innocent peint sur le visage, Jae Hyun ne se sentait pas vraiment à l’aise. Il avait préparé genre zéro question. Mais tant pis, il allait jouer au roi de l’impro, ça risquait d’être rigolo.
La porte s’ouvrit. « Sumeragi-san, le reporter du journal de l’université est là pour votre interview. Il s’excuse pour son retard, il s’est perdu en chemin. » Jae n’hésita pas à rebondir là-dessus. « Oui, y a un imbécile qui m’a dit que les toilettes étaient au bout du couloir à droite alors qu’en fait ils étaient à gauche. Y en a qui ont peut-être besoin d’un cerveau mais on dirait qu’il y en a qui ont besoin d’un GPS. » Et vlan. Et tant pis si c'était même pas vrai et que les toilettes se trouvaient vraiment à droite. C'était juste trop jouissif de pouvoir lui en claquer une dans les dents.  :moustache:
Le gars à côté de Jae fronça des sourcils, ne comprenant rien à ce qui se passait.
« Recoucou !  :hi: » fit Jae Hyun, affichant le sourire le plus niais qu’il ait jamais fait de sa vie. « J’suis sûr que tu t’attendais pas à moi, avoue ! » Maintenant, c’était l’heure de se marrer. L’homme quitta la pièce laissant Jae et le japonais seuls. « C’est… sexy tout ce rose.  :pouf: » fit le jeune homme en regardant la tenue du patineur. « On dirait qu’ils vous aiment pas en patinage, ils vous font porter les trucs les plus improbables quand même…  :pouf: » Jae appuya sur le bouton de son appareil photo, prenant sa toute première photo de la soirée. « Jae Hyun, j’suis en 3ème année de photographie à Yonsei et techniquement ce soir, je me transforme en journaliste. Pour ton plus grand malheur. Et le mien aussi. » Il lui tendit la main. Mais pas sûr que Sumeragi-san se décide à lui tendre la sienne. Et même si Jae risquait de passer une sale soirée, ce qui était encore plus bon, c'était de se dire que le gars face à lui était dans le même cas, si ce n'est pire, vu la tronche qu'il tirait en comprenant que c'était son pire cauchemar qui allait l'interviewer...

⇜ code by bat'phanie ⇝




avatar
Jang Jae Hyun
How to mend a broken heart?

Rang Wolf
Cutie Admin
❀ Messages : 384
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Jan - 22:18
Voir le profil de l'utilisateur

Jae Hyun & Katsuki
⚜️ Meeting entre deux glaçons  ⚜️

Les ennuies continuent de tomber sans qu’il puisse y faire quoi que ce soit ! Finalement, cela lui apprendra de n’en faire qu’à sa tête. Il aurait mieux fait d’écouter Tanaka san quand ce dernier lui a demandé d’attendre et décliner poliment l’invitation que ce pays lui a offert. Oui, il aurait dû, mais maintenant, il est trop tard pour regretter son action, même si ce visage qu’il a jeté plutôt lui fait de nouveau face avec ce même sourire niais qu’il aimerait lui effacer à coup de cutter ! Violent lui ? Il déteste ça, toutefois il est encore éligible aux envies de meurtres vous savez ? Particulièrement quand on se retrouve face à un coréen qui ne possède aucune grâce, un personnage grossier dans toute sa splendeur qui ose lui dire que c’est sa faute s’il est arrivé en retard ! Oh, pour sûr que cela devait le démanger, alors pour ne pas perdre la face, il répond simplement du tac au tac :

« Je commence vraiment à m’inquiéter pour ton ouïe cette fois, après tout, le premier qui s’est perdu ce n’est pas moi. Je suis persuadé qu’ils te l’offriront gratuitement quand ils verront à quel point tu en as besoin. »

Et vlam à nouveau dans les dents ! Un autre sourire hypocrite s’affiche sur le visage, pendant qu’on se croirait que les deux se lancent une guerre silencieuse. Le pauvre membre du staff ne devait rien y comprendre à ce combat sanglant que les deux jeunes hommes menaient. Des éclairs fusaient de leurs prunelles sombres à tous les deux. La guerre des étoiles vous connaissez ? C’était un peu le remake que ces deux idiots étaient en train de se la jouer ! Aucun ne voulant baisser la tête devant l’autre. Le premier qui briserait le contact visuel, perd. Règle égale à la gaminerie de ces deux là ! S’il y avait un adulte responsable, il leur assénerait sûrement une bonne paire de claque derrière la tête à chacun pour qu’il n’y ait pas de jaloux. Finalement, ils finirent par n’être plus que tous les deux à son soulagement, il détestait qu’on piétine son espace vital. Evidemment, ce n’était pas avec ce gredin qu’il voulait passer les prochaines dix minutes enfermés dans sa loge alors qu’il n’avait pas encore aspergé sa cheville de son spray pansement. Puis sérieusement, c’était quoi ce « coucou » hein ? Ils étaient amis au moins ? Ils n’ont pas élevés les cochons ensemble, comment pouvait-il se permettre d’être si familier à son égard hein ? Calme… Il fallait qu’il reste calme, même s’il n’avait qu’une envie lui écraser son visage avec ses patins. Tiens, mais ce n’était pas une mauvaise idée ça ! Son expression avait été blasée et ce, depuis qu’il était de nouveau entré dans sa loge. Il se pince à nouveau l’arrête nasale, tout en luttant contre lui-même pour ne pas lui dire ses quatre vérités. Non pas, quand il comprend qu’il est le dernier journaliste, le journaliste de Yonsei qui doit l’interviewer. De mieux en mieux tiens… Et ce flash, l’agace aussi. De mieux en mieux, sa soirée ne pouvait être pire. Et voilà qu’il critique sa tenue. Il voulait mourir en fait ce gamin qui, techniquement semble plus âgé que lui.

« au moins, vous reconnaissez que c’est sexy, que voulez-vous j’ai la chance de porter tout cela à la perfection. Après, quand on a aucun goût sur la mode, je peux comprendre votre raisonnement ! »

Quoi ? Il le casse juste subtilement. Il n’est pas virulent dans son ton ou même dans ses mots. De toute façon, les tenues des patineurs variaient selon les patineurs et le morceau choisi. Il se demandait vraiment si ce dernier y connaissait quelque chose dans le monde de la glace. Il prend son chapeau melon feutré en bleu nuit et le porte sur sa tête devant une glace. Il essaie de se remémorer chaque pas de la chorégraphie qu’il avait répété avec douleur. Il ne serait sûrement pas aussi bon que les autres fois, peut-être en dessous mais il allait lutter, car sur la glace, il n’y a pas de place à la faiblesse et c’est ce qui faisait tout le charme et la beauté de ce sport. On était seul sur cette place, sous la lumière des néons et sous le regards de nombreuses personnes dont certaines vous jugent. Le penchant un peu en avant, il prêta de nouveau son attention à ce garnement quand ce dernier se présente devant lui. Au moins, il avait son nom et prénom. Il le reluque de la tête aux pieds, pesant le pour et le contre pour accepter sa poignée de main même si, en réalité c’était juste pour le plaisir sadique de le faire attendre. Autant s’amuser comme on peut hein ? Ce pauvre gamin ne connaît pas les plaisirs de la vie, ni de passer du temps avec des amis faut l’excuser. Finalement, avec assurance, il attrape la main de ce coréen pour se présenter en bonne et due forme :

« Sumeragi Katsuki. 3 année en commerce international et patineur. Enchanté de vous rencontrer et de mettre un nom sur votre visage ! Je sens que cette interview va être un véritable délice vous ne pensez pas ? »

Ironie, ironie et non « souvenirs, souvenirs » de Claude François. Au moins, ils partageaient le même supplice. Parce qu’il était quand même bien élevé malgré ses remarques et ce sourire commerçant qu’il porte sur le visage. Il l’invite à s’assoir sur l’un des petits canapés en silence. Pas besoin de gaspiller davantage sa bave pour cet énergumène. Enfin, il repose son accessoire, et fouille dans son sac de sport son spray anti-douleur et en pansement transparent. Il aurait aimé se soigner loin devant ses yeux, mais bon, c’était soit ça, soit il allait devoir se trimballer avec une cheville bandée qui le serre davantage sur son chausson. De plus, il ne pouvait pas perdre plus de minutes. Ces dernières étaient précieuses. Prenant place sur l’autre canapé en cuir pour faire face à son cauchemar de la soirée il :

« J’espère que cela ne te dérange pas, mais j’ai besoin de prendre en charge ma cheville. »

Il replie doucement le genou sur le cuir pour présenter sa jambe gauche complètement bandée. Et puis au diable son avis, de toute façon, c’était lui le patineur et lui, souhaitait avoir une interview non ? Donc, que cela plaise ou non, il allait devoir supporter le fait, que le petit prince porterait un plus grand intérêt dans le soin de son membre que sur lui-même. Commençant à dérouler la bande, s’attendant à être harcelé de question comme tous bons journalistes. A croire qu’il était venu sans réfléchir… Une autre attitude qu’il déteste et il finit par arquer un sourcil pour lui demander de but en blanc :

« Rassures-moi, vous êtes venus avec une ou deux questions dans votre poche à veste ? Vous vous y connaissez même un peu en patinage ou en sport ? »

Parce qu’il n’avait pas non plus envie de mâcher tout le travail de ce gars. Parce que le babysitting, il ne connaît pas et ce n’est pas non plus sa tasse de thé. Pourquoi est-ce qu’il devrait l’aider dans ses questions déjà ? Ah oui, parce qu’il est un jeune athlète civilisé, raison pour laquelle, il avait accepté d’être questionné par les membres du journal de son université. Résultat ? Il allait passer les  prochaines minutes avec un incapable qui plus est ! Sérieusement, ce club de journalisme, il commence à se demander si c’était vraiment un club sérieux. Continuant de faire ce qu’il était en train de faire, laissant ainsi apparaître son épiderme bleutée qui a tourné au violet. Ouais ok, il y avait une plus belle vue et d’ailleurs en pensant à la photo « surprise » il :

« N’essayez même pas de prendre une photo ! Vous connaissez les droits à l’image non ? En tant que photographe, c’est une des règles élémentaires de base je crois ~~ »


Certes, voir qu’il allait danser sur la glace avec une telle blessure, lui rapportera certainement des fans, mais il ne cherche pas à ce que le Monde sache que sa cheville n’est pas guérie, ni même recevoir de la pitié ou de le Compassion. S’il cherchait ça, cela ferait longtemps qu’il se serait montré dans ses plus mauvais jours physiques. Il avait quand même trouvé un moyen de jouer sur l’ironie.. Toujours le mot pour rire ou pas ! Il secoua la première bouteille de spray, une fois sa cheville libérée pour se l’asperger. Elle était encore gonflée… Ouais, vraiment pas besoin que toute l’Université voit ça !! Ce serait une photo digne d’être dans le musée des Horreurs !



⇜ code by bat'phanie ⇝


I m sorry
Because
I do not know what you expect from me

avatar

Rang Wolf
Frozen Admin
❀ Messages : 242
❀ Date d'inscription : 09/12/2017

Revenir en haut Aller en bas
 

meeting entre deux glaçons [jae hyun&katsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seoulmates :: Les quartiers de Séoul :: Autres lieux :: Lotte World :: Patinoire-